ANP L’ambassadeur du Nigéria reçu par le Chef d’État du Niger ANP Maradi: Lancement d’une campagne sur de la planification familiale APS Cité du savoir de Diamniadio, un futur  »écosystème » pour la création d’entreprises et de start-up (Responsable) APS L’État invité à anticiper les pertes d’emplois liés au numérique APS Saint-Louis: Inhumation des quatre pêcheurs retrouvés morts au Cap-Vert APS Médias: Macky Sall plaide pour un message positif sur l’Afrique NAN Nigerian Army destroys bandits’ camp in Zamfara, Northwest Nigeria NAN Abuja chamber calls for strengthening of Nigeria-India economic ties MAP Rwanda : 14 mineurs tués dans l’éboulement d’une mine dans l’est du pays ATOP UNE JOURNEE PORTE OUVERTE SUR LA GEOGRAPHIE A L’UNIVERSITE DE KARA

Bissau : Réunion du Comité des femmes parlementaires de l’UPA avec la participation du Maroc


Envoyé spécial, Taoufik El Bouchtaoui

Rabat, 04 déc. 2015 (MAP) – Le Comité des femmes parlementaires de l’Union parlementaire africaine (UPA) a entamé, vendredi à Bissau, les travaux d’une réunion consacrée à l’examen « des actions parlementaires pour lutter efficacement contre les violences faites aux femmes et aux enfants », avec la participation du Maroc.

Cette rencontre, dont la séance d’ouverture a été rehaussée par la présence du président de la Chambre des Représentants et président de l’UPA, Rachid Talbi El Alami, se veut une occasion de faire le point des défis auxquels est confrontée l’Afrique en matière de protection et de promotion des droits des femmes et des enfants.

S’exprimant lors de la séance d’ouverture, la vice-présidente du comité, Mme Aminata Diallo, a fait observer que malgré les progrès importants enregistrés au niveau des législations dans les pays africains pour assurer l’égalité entre les femmes et les hommes, force est de constater que la plupart des femmes dans le continent ne connaissent pas leurs droits et leurs devoirs.

Mme Diallo a mis l’accent, à ce propos, sur « les contraintes culturelles » qui encouragent, a-t-elle dit, la violence, la discrimination et la marginalisation des femmes en Afrique, freinant ainsi leur épanouissement au sein de la famille et dans la société.

Elle a attiré l’attention sur les pratiques traditionnelles préjudiciables à l’instar de la mutilation génitale de la petite fille dans les pays africains.

Pour lutter contre ces violences faites aux femmes et aux enfants, « il importe, non seulement de sanctionner les auteurs mais aussi changer les mentalités au sein des sociétés et d’améliorer les conditions économiques et sociales associées à ces actes », a-t-elle préconisé.

Il s’agit, a-t-elle poursuivi, pour les « pays africains de rattraper les retards en matière de législation internationale » dans le domaine de protection et de promotion des droits des femmes et des enfants.

A cet égard, Mme Diallo a invité les femmes parlementaires africaines à « jouer leur partition à travers la mise en place de textes législatifs pénalisant les auteurs des violences et de protéger les victimes », soulignant l’importance des actions de sensibilisation dans ce domaine.

Les travaux de cette rencontre, organisée en marge de la 67e Session du Comité exécutif de l’UPA et de la 38ème Conférence des présidents d’Assemblées parlementaires nationales de l’Union, devront se poursuivre par l’examen notamment de résolutions visant à prévenir et à lutter contre les violences faites aux femmes, la traite et l’exploitation des enfants en Afrique.

Le Maroc est représenté à cette rencontre par Mme Amina Maelainine, du groupe de la Justice et du Développement à la Chambre des Représentants et membre de la section des femmes parlementaires de l’UPA.

TB—BI.
HA.

Dans la même catégorie