INFOPRESS Bailarino Djan Neguim impulsiona criação da Rede de Dança da CPLP Inforpress Bailarino Djan Neguim impulsiona criação da Rede de Dança da CPLP GNA Corruption: Government must pay attention to internal auditing GNA Dr Bawumia is an embodiment of competence– Friends ANG Forças Armadas/Conselho do CEMGFA apela militares a se absterem da política partidária AIP Le gouvernement veut propulser définitivement la Côte d’Ivoire au rang des pays à revenus intermédiaires AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Filets sociaux productifs : la Banque mondiale renouvelle sa confiance en l’Etat ivoirien AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La participation du secteur privé annoncé au séminaire gouvernemental Inforpress São Vicente: Problema de escassez de ovos no mercado resolvido só em meados de Maio – director da Sociave Inforpress Santiago Norte: Profissionais de saúde da linha da frente no combate à covid-19 já foram todos imunizados

Boké-Energie: Les lampadaires étouffés, les quartiers plongés dans le noir


  8 Avril      17        Société (31118),

   

Boké, 08 avr. (AGP)-Les quartiers et ruelles de la commune urbaine de Boké sont plongés dans une obscurité notoire due à la vétusté et au manque d’entretien des 300 lampadaires offerts par le gouvernement de la 3ème République, à la faveur de la célébration de l’An 54 de l’indépendance nationale dans la Région administrative.

A en croire un citoyen qui a préféré garder l’anonymat, « depuis leur installation, ces lampadaires ne sont pas entretenus par les autorités administratives qui accordent peu d’importance à l’entretien.» c’est pourquoi, ces appareillages servant à l’éclairage public, sont régulièrement étouffés par des nuées de poussières qui s’abattent sur la ville.

De l’avis d’une vendeuse de salade rencontrée à Dembaya, « Ces lampes devant permettre à nos clients de nous repérer à distance,  s’éteignent chaque jour que Dieu fait, à partir de 22 heures, par contre, d’autres ne s’allument même pas depuis des années.»

Pendant ce temps, elles sont nombreuses ces vendeuses qui se plaignent des lampes chinoises électriques dont l’autonomie journalière  ne dépasse pas deux (02) heures.

Une situation que déplorent certains élèves et étudiants qui rallient tous les jours ces endroits illuminés par les lampes solaires.

Dans la même catégorie