GNA NPP delayed Bolga-Bawku-Pulimakom road construction GNA Ghana to host 2021 West Africa Conference on CelebrateLAB GNA Aburihene confers ‘maawerehene’ title on President Akufo-Addo GNA Dr Kingsley Nyarko donates street lights to Kwadaso Municipal Assembly AGP Tournoi UFOA U20 : La Guinée domine la Mauritanie (1-0). AGP Nzérékoré/Insécurité : Cinq bandits présentés aux autorités préfectorales AGP Nzérékoré/Covid-19 : 21 enseignants formés en technique de communication et d’engagement communautaire AGP Guinée/Santé : La prévalence nationale des MGF est de 95% selon l’enquête démographique de Santé Publique de 2018 AGP Guinée/Covid19 : ‘’Des Covid-héros’’ récompensés  par l’Agence More & More APS GESTION DES DÉCHETS : UNE CAMPAGNE POUR UN CHANGEMENT DE COMPORTEMENT LANCÉ À TIVAOUANE

Bonne gouvernance : Le Gabon classé 29ème au plan africain (Fondation Mo Ibrahim)


  20 Novembre      9        Politique (12978),

   

Libreville, 20 Novembre (AGP) – D’après le classement 2020 de la Fondation Mo Ibrahim, le Gabon arrive à la 29ème place continentale, mais au 1er rang dans la sous-région Cémac, considérée comme l’un des plus mauvais élèves des regroupements communautaires africains.

Pour l’édition 2020, le Gabon a obtenu, selon la Fondation, une note de 47.7/ 100, en très légère hausse par rapport à 2019 (+1 point).

Dans la sous-région, le Gabon fait mieux respectivement que le Cameroun (37e) ; le Congo (45e); le Tchad (47e); la RCA (50e) et la Guinée Equatoriale (51e).

Selon le rapport, pour la première fois depuis 2010, on note un recul de la performance continentale dans le domaine.

Le classement africain reste dominé par l’Ile Maurice (1er); le Cap-vert (2e) et les Seychelles (3e). Tandis que les bonnets d’âne reviennent à l’Erythrée (52e), le Sud-Soudan (53e) et la Somalie (54e).

Notons que d’après la définition de la Banque mondiale, la bonne gouvernance recouvre aussi bien la capacité du gouvernement à gérer efficacement ses ressources, à mettre en œuvre des politiques pertinentes, que le respect des citoyens et de l’État pour les institutions, ainsi que l’existence d’un contrôle démocratique sur les agents chargés de l’autorité.

Pour établir son classement, la Fondation Mo Ibrahim utilise quatre catégories d’indicateurs d’évaluation : La sécurité; l’État de droit; la participation et droits de l’Homme; le Développement économique durable et développement humain.

Dans la même catégorie