GNA Madina Divisional Police confirms assassination of investigative journalist GNA Political Parties’ Fund: Afari-Gyan blames NDC and NPP Inforpress São Vicente: Embaixador da Índia perspectiva “caminho brilhante” nas relações económicas Índia/Cabo Verde Inforpress Santo Antão: Criadores “aliviados” com anúncio do Governo de priorizar Porto Novo com novo plano de emergência Inforpress Pintura mural na Clínica Godente incita a campanha do aleitamento materno NAN Nigeria joins PAPU to celebrate PAN African Post Day NAN Anambra govt. to establish Art, Craft Village NAN Corps member to rehabilitate 20 ex-convicts in Osun NAN UNICEF laud journalists for promoting public health AIP Côte d’Ivoire/ Des vendeurs de drogue interpellés à Soubré

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


  27 Septembre      41        Développement durable (3775),

   

Rabat, 27/09/2017 (MAP)- Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du mercredi 27 septembre :.

 

Sénégal :

— Le gouverneur de la région de Louga, Alioune Badara Mbengue, a lancé mardi l’opération « un fonctionnaire, un arbre » avec l’objectif de participer à la lutte contre la désertification au Sénégal.

« Cette opération fait suite à la Journée nationale de l’arbre célébrée à Déaly, dans le département de Linguère et a pour objectif de contribuer à la lutte contre la désertification dans notre pays », a notamment dit M. Mbengue à la presse, à la fin de la cérémonie de lancement.

« Notre région n’est pas bien dotée par la nature en arbres et nous devons aider à inverser la tendance », a-t-il exhorté. Il a signalé également que « Louga abrite l’un des projets les plus ambitieux en matière de lutte contre la désertification avec une partie de la Grande Muraille verte, un projet de 8000 km2 sur son sol ».

 

–Ibrahima Guèye, le président de CropLife/Sénégal, une association qui regroupe les professionnels de l’agrochimie, a souligné mardi que la gestion des pesticides représente « un sérieux problème par rapport à l’environnement, la santé humaine et la santé animale ».

« Effectivement, les pesticides périmés indésirable représentent un sérieux problème par rapport à l’environnement, par rapport à la santé humaine et à la santé animale », a-t-il notamment dit, à l’occasion de la cérémonie de lancement du projet « CleanFarms ».

L’objectif de ce projet « est d’identifier des pesticides périmés et indésirables existant au Sénégal en vue de rechercher une solution adéquate pour les éliminer ».

Ce projet consiste, dans les trois mois à venir, à « identifier les pesticides périmés au niveau du Sénégal, à les recenser et à en faire l’inventaire », a indiqué le président de CropLife Sénégal.

 

— L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) organise ce jeudi un atelier sur le lancement des produits « enhancing national climate services » (ENACTS), annonce un communiqué.

Selon la même source, l’objectif de cette rencontre est non seulement de présenter l’approche « ENACTS » qui a permis de créer les données spatialisées, mais aussi de partager les données de pluie et de température générées grâce à l’approche « ENACTS ».

Il s’agira également de recueillir des commentaires et suggestions en vue d’améliorer la plateforme de partage de données, renseigne le communiqué.

 

Kenya :

–Les bouteilles d’eau en plastique seront interdites au niveau de la forêt de Karura et du Parc National de Nairobi, a annoncé, récemment, la ministre kényane de l’environnement, Judi Wakhungu, citée par des médias locaux.

Ainsi, les visiteurs de ces deux sites naturels ne seront plus autorisés de porter des bouteilles jetables en plastique en vue de faire de ce parc et de cette forêt des sites sans plastique, souligne-t-on.

Mme Wakhungu a également souligné que cette interdiction sera généralisée ultérieurement dans l’ensemble des sites et réserves naturels à travers le pays.

Cette décision intervient dans le sillage de l’entrée en vigueur, le 28 août dernier, de l’interdiction de l’utilisation, la production et l’importation des sacs en plastique.

Côte d’Ivoire :

— La ministre de la Femme, de la Protection de l’enfant et de la Solidarité, Mariatou Koné, et celle de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable, Anne Désirée Ouloto, ont apporté des vivres et des aides, au nom de l’État ivoirien, aux 7.000 sinistrés des inondations survenues suite aux pluies diluviennes dans la région du Cavally).

La remise symbolique de ces dons, d’une valeur de près de 40 millions de FCFA, a eu lieu à Diaï, un village de la sous-préfecture de Méo, choisi en raison de l’importance des dégâts matériels provoqués par les inondations, selon le discours explicatif de l’état des lieux donné par le préfet de Toulépleu, Ibrahima Cissé, en présence du maire Denis Kah Zion et des cadres de la région.

 

–1.948 ha de vergers cacaoyers, attaqués par la maladie du swollen shoot dans la délégation régionale café cacao de Gagnoa sur la période 2014-mars 2017, ont été arrachés dans le cadre de l’élimination des vergers infectés, a révélé Issiaka Yaméogo, chargé des programmes au Fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricole (Firca).

« Soit 409 ha à Gagnoa, 304 ha à Oumé et 1235 ha à Sinfra », a précisé l’expert du Firca, dans un entretien avec la presse, assurant que dans la délégation régionale de Gagnoa, composée des départements de Gagnoa, Oumé et Sinfra, le niveau d’infiltration du swollen shoot est « très fort », singulièrement, dans les deux dernières localités citées.

 

Ghana :

–Un atelier de formation de trois jours sur la technologie de l’énergie solaire a ouvert ses portes à l’Université technique de Koforidua (KTU), avec la participation des universités, des institutions et des entreprises privées engagées dans la production et la promotion de l’utilisation de l’énergie solaire.

Organisé conjointement par le Centre ECOWAS pour l’Énergie Renouvelable et l’Efficacité Energétique (ECREEE) et l’Institut des Technologies Durables en Autriche (AEE-INTEC), cet atelier vise à inciter à se tourner vers l’énergie renouvelable.

 

Togo :

Le commerce illicite de l’ivoire et des dents d’hippopotames prend de l’ampleur au Togo ce qui menace d’extinction ces deux espèces, indique la presse locale.

Des réseaux de trafiquants font tout pour passer par les mailles grâce à la corruption, ajoute la même source, notant que les diverses estimations du ministère togolais de l’Environnement relèvent que les populations d’éléphants ne sont plus nombreuses sur le territoire du pays (entre 100 et 350 individus).

OE/MM/CJ

Dans la même catégorie