APS PLUS DE 42% DES MÉNAGES RURAUX ONT ACCÈS À L’ÉLECTRICITÉ (OFFICIEL) AIP Côte d’Ivoire/Le centre de santé urbain de Bonon réhabilité Bonon APS FÊTE DU 4 AVRIL : LE PRÉFET DE MBOUR VEUT « UN DÉFILÉ INCLUSIF ET POPULAIRE » AIP Côte d’Ivoire/ SIFCA aux côtés de jeunes mobilisés pour l’environnement et le climat (Communiqué) AIP Côte d’Ivoire/Un militaire abattu par des coupeurs de route à Bouna APS SÉCURISATION DES MARCHÉS : UN PROGRAMME D’URGENCE DE 300 MILLIONS AIP Côte d’Ivoire/ Pose de la première pierre d’une nouvelle maternité à Bonon APS UN SPÉCIALISTE RELÈVE UN « MANQUE CRIARD DE CHIRURGIENS-DENTISTES’’ APS L’ISLAMOPHOBIE PRÉOCCUPE LES MOUVEMENTS ET ASSOCIATIONS ISLAMIQUES DU SÉNÉGAL ET L’OCI MAP Sérénité et esprit positif guident la participation marocaine à la 2ème table ronde de Genève

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


   

Rabat, 19/10/2017 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du jeudi 19 octobre :

Sénégal :

— La contribution de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) dans la fourniture de l’énergie au Sénégal s’est améliorée avec la réalisation d’ouvrages de seconde génération, a souligné, mardi à Saint-Louis, le chef du service dispatching de la SENELEC (Société nationale de l’électricité du Sénégal), Idrissa Traoré.

M. Traoré à cité à cet effet la centrale hydro-électrique de basse chute de Félou, au Mali, d’une puissance de 60 mégawatts et dont l’inauguration a eu lieu en décembre 2013.

L’ouvrage que partagent le Mali, la Mauritanie et le Sénégal et dont les travaux ont duré 5 ans, a été financé par la BEI (Banque européenne d’investissement) et la Banque mondiale pour un montant global estimé à environ 165 milliards de FCFA.

Le barrage de Félou dispose d’un taux productible en 2016, de 330,23 GWh et le Sénégal y a un quota de 82,55 GWh pour SENELEC, soit 25% du productible de Félou hors consommation du site.

 

Gabon :

— Une séance de travail entre l’Ong Greenpeace Afrique et ses partenaires a eu lieu, lundi dernier, à bord du navire de l’Ong « l’Esperanza », qui a accosté au large des côtes camerounaises le 13 octobre 2017.

Selon les responsables de la communication de Greenpeace, cet atelier avait pour but d’explorer l’importance de la gestion des forêts à haute teneur en carbone (Hcs), dans la conservation des forêts.

 

Ghana :

—  Les effets sociétaux du changement climatique se font déjà sentir dans la région de Brong Ahafo au Ghana, comme en témoignent la productivité alimentaire et la disponibilité de l’eau.

Un changement brutal du régime des pluies, le manque des ressources en eau sont quelques effets du changement climatique dans les communautés productrices de cacao de la Région, rapporte la presse.

La durabilité de la sécurité alimentaire nationale dépend de la capacité à relever les principaux défis environnementaux associés au problème dans la région, qui a également connu une déforestation rapide avec des conséquences néfastes sur la biodiversité et les personnes dépendantes culturellement et économiquement des ressources forestières.

 

Mali :

— Le lancement du Réseau Climat et Développement section de Mali, a eu lieu récemment à Bamako, selon la presse locale.

Le Réseau climat et développement (RDC) a été créé en 2007 et regroupe plus de 100 associations francophones qui œuvrent pour l’accès au développement et contre le changement climatique.

Le point commun entre toutes ces organisations membres est leur conviction que la lutte contre les effets néfastes du changement climatique peut devenir un instrument de sortie de la pauvreté et devenir, en même temps, la promesse d’un développement sobre en carbone et résilient.

Côte d’Ivoire :

— La direction des Affaires juridiques et du contentieux (DAJC) du ministère de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable (MINSEDD) veut passer à la répression des comportements inciviques portant atteinte à l’environnement.

Lors d’un atelier sur la stratégie de gestion du contentieux pour l’application effective de la réglementation en matière de salubrité, le conseiller technique du MINSEDD, Kamenan Omer, a indiqué « qu’il est urgent aujourd’hui plus qu’hier de passer à la répression de tous les comportements inciviques portant atteinte à notre cadre de vie et toute violation de la réglementation ».

 

Congo :

— Réunis début octobre à Brazzaville, pour accélérer l’opérationnalisation de la Commission du bassin du Congo, les pays d’Afrique centrale et de l’Est ont convenu d’un plan de financement d’environ 600 millions de francs CFA par an, pour financer divers projets de viabilisation du bassin du fleuve Congo.

Connue sous le nom de « fonds bleu », l’initiative a été ratifiée par 12 pays de la région, signale-t-on. Elle met l’accent sur la préservation des eaux et forêts du bassin du Congo, par le biais de la valorisation de l’économie bleue, à savoir la pêche, le transport, le tourisme, le secteur énergétique, entre autres.

 

DM/CJ/MM/BZ/OE

Dans la même catégorie