MAP Le Burkina Faso éliminé de la CAN-2019 MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines ANGOP Hyundai va monter des véhicules en Angola ANGOP Sonangol a un nouveau navire de forage MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) MAP Le criquet un plat savoureux au Niger… MAP Sur Très Hautes Instructions Royales, envoi d’une aide humanitaire d’urgence aux victimes du cyclone Idai au Mozambique ANGOP Le Gouvernement veut une presse véritablement publique ANGOP L’Angola a besoin de 450 stations météorologiques

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


   

Dakar, 14/12/2018 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du vendredi 14 décembre:

Sénégal :

La réalisation d’infrastructures devrait davantage prendre en compte la conservation des écosystèmes naturels, au risque d’entraver le développement socio-économique du Sénégal, a prévenu le colonel Boucar Ndiaye, directeur des Aires marines communautaires protégées (AMCMP).

« La réalisation d’infrastructures pourrait, à long terme, entraver le développement socio-économique du Sénégal, si elle ne prend pas suffisamment en compte la conservation des écosystèmes naturels du pays », a-t-il dit lors d’une visite de terrain.

Cette visite a été initiée dans le cadre d’un atelier organisé à Toubab Dialaw (Rufisque), sur le thème : « La réduction des impacts des infrastructures sur les écosystèmes côtiers : Enjeux et défis au Sénégal ».

Selon le colonel Ndiaye, cette visite de terrain vise, entre autres, à montrer aux participants à cet atelier, ainsi qu’aux parlementaires et élus locaux, les difficultés auxquelles l’écosystème est confronté.

Burkina:

La capitale burkinabè, Ouagadougou, accueille ce vendredi les festivités de célébration du cinquantenaire de l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement.

Le président tchadien, Idriss Déby Itno, parrain de la cérémonie de célébration, est arrivé jeudi au Burkina Faso.

Créé en 1968, cet Institut est l’émanation de la volonté de 14 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, dont le Tchad, qui aspiraient alors à se doter de compétences techniques supérieures dans les domaines de l’eau, de l’assainissement, de l’environnement et de l’électricité.

RDC :

La commune de Kintambo (nord-ouest de Kinshasa) et l’ONGD l’Action pour la solidarité et le développement (ASODEV) ont conclu, un protocole d’accord et de partenariat relatif à l’assainissement du milieu, à la sensibilisation de la population sur la lutte anti-vectorielle.

Selon le bourgmestre de la commune, Didier Tenge Te Litho, la signature de ce protocole d’accord avec l’ASODEV vise l’amélioration des conditions sanitaires de la population.

Côte d’Ivoire :

« Le temps est venu de rendre opérationnel l’Accord de Paris pour le bien-être de nos peuples », a affirmé le ministre ivoirien de l’Environnement et du Développement durable, Pr Joseph Séka Séka.

Il s’exprimait mardi à l’occasion du Segment de Haut Niveau de la Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), COP 24, à Katowice, en Pologne.

« Nous avons tous besoin que soit mis en œuvre cet Accord adopté à l’unanimité car il porte la vision d’émergence pour bon nombre d’Etats surtout africains dont la Côte d’Ivoire, mon pays », a-t-il indiqué.

Selon lui, la mise en œuvre effective de cet accord est de l’intérêt de tous car elle permet de limiter la hausse de température à 1,5 degré Celsius afin d’éviter la fragilisation des économies mondiales. « C’est donc à juste titre que la Côte d’Ivoire accueille favorablement le rapport spécial du GIEC sur un réchauffement de la température de 1,5 degré Celsius », a-t-il assuré.

Ghana:

La Commission géologique du Ghana (Ghana Geological Survey Authority) avertit qu’un tremblement de terre est imminent à la suite de chaînes de tremblements qui ont secoué certaines parties d’Accra le week-end dernier.

La dernière secousse a été ressentie dans certaines parties de la capitale dimanche matin vers 7h50.

La Geological Survey Authority a déclaré que les signes relevés montrent que les lignes de faille sont actives, ce qui signifie qu’un séisme peut survenir à tout moment. L’institution a commencé une évaluation pour déterminer l’ampleur de ce tremblement de terre.

Dans la même catégorie