GNA Major Mahama: My brother was not among the alleged ‘killers’-witness GNA Government Committed to Building Educational Infrastructure- MCE GNA IYes Foundation donates to Lil Win’s GMIS ACP Visite de travail à Kinshasa du secrétaire général de FICR ACP Le gouvernement appelé à créer un écosystème entrepreneurial incitatif pour les jeunes entrepreneurs ACP Eugène Diomi Ndongala libéré sous conditions GNA Vodafone Ghana launches 4G to provide faster data services GNA Ghana’s macroeconomic outlook better than five years ago – IMF GNA Environmental disaster crawling into UWR « As you sow, so shall you reap » AIP Salon du livre de Paris 2019 : La Côte d’Ivoire explique l’absence du stand Pavillon des lettres d’Afrique

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


Dakar, 04/01/2019 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du vendredi 04 janvier :

Sénégal :

Dubaï Port (Dp) World s’est engagé, récemment à Dakar, à lutter contre la pollution marine, en donnant le coup d’envoi du bateau le trimaran RoW4Ocean qui doit se rendre à Surinam, en Amérique du Sud qu’il atteindra au plus tard le 9 janvier, après 27 jours dans les eaux.

« La question de lutte contre la pollution de l’environnement fait partie de l’ADN de DP world. Cela nous a amené à nous impliquer davantage sur cette lutte contre la pollution marine. Car, nous avons comme vocation première de réduire drastiquement les déchets plastiques sur les océans et mers d’ici 2020 », a expliqué à la presse, le directeur général de DP world Dakar, Clarence Rodriguez.

Il s’exprimait en marge du top départ du trimaran RoW4Ocean, un navire écologique dont les 4 rameurs qui sont à bord vont parcourir les deux rives de l’Atlantique.

RDC :

À l’occasion de la 2e édition du festival Mushezo y’Afrikal, qui s’est déroulé en décembre dernier à Kinshasa, l’artiste plasticien congolais Junior Luwaka a présenté une œuvre particulièrement engagée contre la pollution plastique, rapporte la presse locale, notant qu’à travers cette œuvre, il dénonce l’incivisme des citadins qui jettent les déchets plastiques partout dans la nature.

La nouvelle œuvre d’art de Junior Luwaka s’appelle Bololenkemi (« Bête que je suis », en Mongo, une langue locale), ajoute-t-on, relevant que c’est un nom à la fois frontal et sensibilisateur, à l’endroit de ses destinataires, que sont les plus de 17 millions d’habitants qui peuplent Kinshasa, la capitale congolaise.

Djibouti :

Djibouti s’est doté jeudi de nouveaux laboratoires de métallogénie et de biologie marine du Centre d’Etudes et de Recherche de Djibouti (CERD).

Ces deux nouvelles unités de recherche, inaugurées par le président de la République Ismaïl Omar Guelleh, sont dotés d’équipements sophistiqués et devraient permettre de faire avancer les travaux menés par les équipes du CERD dans les domaines de la métallogénie et de la biologie marine, rapporte l’agence d’information djiboutienne ADI.

Le président Guelleh, qui s’est exprimé lors de la cérémonie d’inauguration, a réaffirmé que le «gouvernement va octroyer au CERD toutes les ressources nécessaires afin d’accélérer le développement de la science et de la recherche dans notre pays».

«Nous misons sur la recherche car nous avons la conviction qu’elle nous permettra de traduire dans les faits nos aspirations au développement durable », a déclaré le chef de l’Etat, cité par ADI.
Bénin :

La Banque européenne d’investissement (BEI) vient d’accorder au Bénin un prêt de cinquante millions d’euros destiné au financement du programme d’assainissement pluvial de Cotonou.

L’accord de prêt qui a été signé par le vice-Président de la BEI, Ambroise Fayolle, et Abdoulaye Bio Tchané, ministre d’Etat béninois chargé du Plan et du Développement, vise à appuyer le programme d’assainissement pluvial de Cotonou qui a pour objectif de protéger la métropole des inondations auxquelles elle est confrontée chaque saison de pluie.

Ce programme impliquera le dragage d’exutoires et la construction de collecteurs primaires et secondaires, dans les zones affectées.

Rwanda :

Le ministre rwandais de l’Environnement, Vincent Biruta, s’est félicité jeudi de l’entrée en vigueur, le 1er janvier 2019, de l’amendement de Kigali au protocole de Montréal, un traité international visant la réduction progressive des hydrofluorocarbures (HFC) utilisés comme substitut aux substances appauvrissant la couche d’ozone.

Au Rwanda, a-t-il poursuivi, le gouvernement a déjà élaboré un plan d’action détaillé pour la mise en œuvre de l’Amendement de Kigali.

« L’entrée en vigueur de l’amendement de Kigali, adopté en octobre 2016 au Rwanda pour éliminer les puissants hydrofluorocarbures, constitue une étape phare dans la lutte mondiale contre le réchauffement de la planète », a souligné M. Biruta dans une déclaration à la presse.

Rappelant que l’entrée en vigueur de l’Amendement de Kigali a été conditionnée par la ratification d’au moins 20 parties au Protocole de Montréal (objectif atteint depuis 2017), le ministre a soutenu que « la tâche la plus importante qui attend le monde désormais est de voir comment les pays montreront le même engagement dans la mise en œuvre de l’amendement de Kigali en vue de réduire la consommation et la production des HFC ».

Le 15 octobre 2016, les 197 Parties au Protocole de Montréal ont signé l’amendement de Kigali pour réduire progressivement l’utilisation des HFC au niveau mondial. Cet accord permettra de renforcer l’objectif de l’accord de Paris c’est à dire limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C – 2°C d’ici à 2100.

Ghana :

Tous les cinq ans, le Ghana perd les trois quarts de son couvert forestier, selon le ministère des Terres et des Ressources naturelles qui relève qu’entre 1990 et 2000, 135.400 hectares de forêts en moyenne sont perdus chaque année.

En 2005 seulement, le taux de changement de forêt a augmenté de 4,2%, précise le ministère, soulignant que l’extraction du bois constitue la principale cause de la déforestation.

Dans la même catégorie