GNA Madina Divisional Police confirms assassination of investigative journalist GNA Political Parties’ Fund: Afari-Gyan blames NDC and NPP Inforpress São Vicente: Embaixador da Índia perspectiva “caminho brilhante” nas relações económicas Índia/Cabo Verde Inforpress Santo Antão: Criadores “aliviados” com anúncio do Governo de priorizar Porto Novo com novo plano de emergência Inforpress Pintura mural na Clínica Godente incita a campanha do aleitamento materno NAN Nigeria joins PAPU to celebrate PAN African Post Day NAN Anambra govt. to establish Art, Craft Village NAN Corps member to rehabilitate 20 ex-convicts in Osun NAN UNICEF laud journalists for promoting public health AIP Côte d’Ivoire/ Des vendeurs de drogue interpellés à Soubré

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


Dakar, 10/01/2019 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du jeudi 10 janvier:

Sénégal :

Le président de la République, Macky Sall a annoncé récemment le démarrage début 2019 des travaux de construction d’une usine de dessalement d’eau de mer à hauteur des Mamelles, à Dakar.

« Sur le volet hydraulique, la construction du grand chantier Keur Momar Sarr 3 se poursuit. Les travaux du projet phare de dessalement de l’eau de mer situé aux Mamelles démarreront en début 2019 », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne avait lancé en début décembre le projet de dessalement de l’eau de mer des Mamelles de Ouakam, d’un montant de 137 milliards de francs CFA, financé par le Japon.

Cet ouvrage d’une capacité de production de 50.000 mètres cube/jour, extensibles à 100.000 m3/jour, devrait améliorer l’approvisionnement de la capitale sénégalaise en eau potable, selon, le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye.

Togo:

Le Programme des Nations unies pour le développemen (PNUD) vient d’accorder au Togo plus de 145 millions FCFA (près de 251.870 dollars) destinés au financement de projets visant la protection de l’environnement.

Ce financement, accordé à 7 organisations de la société civile impliquées dans la protection de l’environnement, s’inscrit dans le cadre du Programme de Microfinancements du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM).

Les subventions visent à soutenir les initiatives communautaires innovantes, notamment celles pouvant contribuer à la conservation, la restauration et l’utilisation durable des ressources naturelles, selon l’organisation onusienne.

Côte d’Ivoire :

Plus de 5.000 emplois verts seront crées autour du projet de la gestion d’équipements électriques, électroniques et des pneus usagés (PND3EE) a annoncé récemment la Société générale de surveillance (SGS) en charge de sa mise en œuvre.

S’exprimant lors de la cérémonie de lancement de quelques modules dudit projet, son coordonnateur a expliqué que ces emplois seront crées sous les auspices de la promotion d’une économie circulaire pour un montant de 60 milliards F CFA (1 euro = 656 Fcfa).

M. Koffi a également présenté le contenu des modules qui devront booster la création de cette économie à travers la mise en place de la filière de gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEE).

RDC:

La création d’égouts collecteurs constitue une solution pour l’assainissement individuel des ménages dans la gestion des eaux usées à travers la ville de Kinshasa, a indiqué mardi à Kinshasa, Joël Tuakila, environnementaliste congolais, lors d’une conférence sur la biogénèse.

Selon M. Tuakila, cité par l’agence congolaise de presse, l’utilisation des égouts collecteurs signifie la réalisation d’une plus-value dans le traitement individuel des déchets domestiques, une préservation de la santé communautaire, une préservation de l’environnement, un premier pas vers le développement durable, une anticipation de la réglementation.

La ville de Kinshasa qui compte plus de 10 millions d’habitants, ne dispose pas d’égouts collecteurs pour acheminer les eaux usées domestiques dans les stations d’épuration.

Guinée:

Au terme de huit ans de réforme et d’investissements dans le secteur énergétique, le taux de desserte en électricité de la Guinée est passé de 51 à 86%, a annoncé le ministre guinéen de l’Energie et de l’hydraulique, Cheick Taliby Sylla.

Il a précisé lors d’une conférence de presse que la production d’énergie était passée de 696 gigawatts/heure avant la construction du barrage hydro-électrique de Kaléta avec la coopération chinoise à 1.876 GWh en 2018.

A ce titre, 42 localités rurales situées le long du réseau interconnecté de Conakry à Labé (à plus de 400 km au nord-est) ont pu être alimentées en électricité, a noté le ministre.

Avec l’augmentation de la population et des zones industrielles dans les différentes villes du pays, l’accroissement de la demande en électricité a plus que doublé, passant de 162 mégawatts en 2014 à 367 MW en 2018, selon M. Sylla.

Dans la même catégorie