AIP Côte d’Ivoire – AIP/ Les nouveaux lotissements suspendus dans le département de Séguéla ANP Ouverture des frontières terrestres au Niger : Les transporteurs interurbains reprennent progressivement le trafic vers l’international ANP Séance de questions d’actualité au Parlement : Quatre membres du Gouvernement interpelés devant le parlement ANP Niger : 7 nouveaux membres de la haute cour de justice prêtent serment devant le parlement GNA ECOWAS pushes launch of single currency to 2027 GNA ADB holds customer appreciation get-together APS LIGUE DE SAINT-LOUIS : LES INTERNATIONAUX APPORTENT LEUR SOUTIEN À AMARA TRAORÉ APS TAMBACOUNDA : UNE SUBVENTION DE PRÈS DE 14 MILLIONS POUR LES COMITÉS DE DÉVELOPPEMENT DE QUARTIERS APS PREMIÈRE CÉRÉMONIE DE GRADUATION DE L’ÉCOLE MAARIF DE THIÈS APS LE PRÉSIDENT SALL FINIT SA TOURNÉE EN INAUGURANT UN DAARA ET UN RACCORDEMENT ÉLECTRIQUE

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


  26 Octobre      17        Environnement/Eaux/Forêts (2981),

   

Dakar, 26/10/2020 (MAP)- Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du lundi 26 octobre :

Kenya :

–Au Kenya, le gouvernement régional de Nakuru prépare une nouvelle loi plus contraignante pour lutter contre la pollution dans le comté. Les nouvelles législations sur les déchets prévoient des amendes allant de 1 à 2 millions de shillings kenyans (entre 9 200 et plus de 18 300 dollars) pour une personne reconnue coupable de pollution.

La nouvelle législation s’appliquera également aux entreprises qui pourront payer une amende allant de 2 à 4 millions de shillings (entre 18 300 et 36 700 dollars) en cas d’infraction.

Les responsables d’entreprises condamnées pourraient écoper d’une peine de prison de 2 ans. En outre, «le tribunal peut ordonner au pollueur de payer le coût de la pollution à tout tiers par une indemnisation, une restauration ou une restitution adéquate», prévoit la loi à l’étude par le gouvernement du comté de Nakuru.

Benin :

–Le gouvernement béninois envisage d’atteindre à l’horizon 2021, une puissance énergétique de 300 à 406 mégawatts (MW), réduisant la dépendance de 90% à 30,2% avec la mise à disposition des populations d’une capacité productible minimale de 170,5 MW connectée au réseau de la Société Béninoise d’Energie électrique (SBEE).

Selon le rapport de présentation du projet de loi de finances 2021, élaboré par la direction générale du Budget au ministère béninois des Finances et de l’Economie, la réalisation de cet objectif passera, entre autres, par la construction d’une deuxième centrale thermique de 120MW, de la centrale thermique Genesis de 20 MW et d’une unité flottante de regazéification (FSRU) pour alimenter les centrales et la sous-région en gaz naturel.

Dans la même catégorie