APS LOUGA : LE SCRUTIN PROLONGÉ DANS PLUSIEURS CENTRES DE VOTE AIP Bilan approuvé des 10 années d’exercice de l’ONG Charité Vie à San Pedro AIP Aboisso, capitale du rire pour quelques heures avec Bonjour 2022 MAP Le variant Omicron pourrait rapprocher la fin de la pandémie en Europe (OMS) MAP Football : L’Afrique du Sud affrontera la France en mars dans un match amical (Entraineur) MAP CAN-2021 (8ès): Séance d’entraînement des Lions avec le retour de Bounou, Fajr et Hakimi toujours absents MAP Elections locales: un vote dans un « environnement pacifique », malgré certains retards à l’ouverture des bureaux (Observateurs) MAP Guterres a appelé toutes les parties, l’Algérie en tête, à assumer leur responsabilité pour mettre fin au conflit artificiel autour du Sahara marocain (politologue) APS AUCUN CAS DE COVID-19 DANS LA TANIÈRE (FSF) APS FACE À LA GUINÉE, LES GAMBIENS VONT JOUER LE MATCH DE LEUR VIE (ENTRAÎNEUR)

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


  26 Octobre      18        Environnement/Eaux/Forêts (3634),

   

Dakar, 26/10/2020 (MAP)- Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du lundi 26 octobre :

Kenya :

–Au Kenya, le gouvernement régional de Nakuru prépare une nouvelle loi plus contraignante pour lutter contre la pollution dans le comté. Les nouvelles législations sur les déchets prévoient des amendes allant de 1 à 2 millions de shillings kenyans (entre 9 200 et plus de 18 300 dollars) pour une personne reconnue coupable de pollution.

La nouvelle législation s’appliquera également aux entreprises qui pourront payer une amende allant de 2 à 4 millions de shillings (entre 18 300 et 36 700 dollars) en cas d’infraction.

Les responsables d’entreprises condamnées pourraient écoper d’une peine de prison de 2 ans. En outre, «le tribunal peut ordonner au pollueur de payer le coût de la pollution à tout tiers par une indemnisation, une restauration ou une restitution adéquate», prévoit la loi à l’étude par le gouvernement du comté de Nakuru.

Benin :

–Le gouvernement béninois envisage d’atteindre à l’horizon 2021, une puissance énergétique de 300 à 406 mégawatts (MW), réduisant la dépendance de 90% à 30,2% avec la mise à disposition des populations d’une capacité productible minimale de 170,5 MW connectée au réseau de la Société Béninoise d’Energie électrique (SBEE).

Selon le rapport de présentation du projet de loi de finances 2021, élaboré par la direction générale du Budget au ministère béninois des Finances et de l’Economie, la réalisation de cet objectif passera, entre autres, par la construction d’une deuxième centrale thermique de 120MW, de la centrale thermique Genesis de 20 MW et d’une unité flottante de regazéification (FSRU) pour alimenter les centrales et la sous-région en gaz naturel.

Dans la même catégorie


Article

  23 Janvier     6

Article

  22 Janvier     16