AIB Vacances mouvementées pour Charles Kaboré et ses compatriotes burkinabè à l’étranger AIB Burkina : Après 40 ans d’existence, l’Ecole nationale d’élevage veut davantage diversifier ses filières AIB Burkina : Onze personnes  »décèdent » pendant leur garde à vue (Procureur) GNA Gospel music sensation Yaw Spoky out with single GNA NRCCD to open Model Inclusive School in September GNA e.TV Ghana /Japan Motors open registration for 2019 Corporate Run APS MANSOUR FAYE DÉBALLE UN « PAQUET D’ENGAGEMENTS » SUR DES OUVRAGES À RÉALISER À THIÈS GNA E. African security experts, policymakers urge concerted efforts in conflict resolution GNA U.S. to raise bar for « made in America » products GNA Sudan, South Sudan to address oil flow constraints

Bulletin de l’écologie de l’Afrique Ecologie


   

Dakar, 17/11/2018 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du samedi 17 novembre:

Sénégal:

La région de Kaffrine (centre) a enregistré cette année 56 cas de feux de brousse pour 3399,89 hectares ravagés, soit quatre cas de plus qu’en 2017 où 8708 hectares ont été détruits par 52 cas de feux de brousse, a indiqué le chef de service régional des eaux et forêts de Kaffrine, le lieutenant-colonel Oulimatou Faye.

« Cette année, nous avons enregistré 56 cas de feux de brousse dans la région de Kaffrine pour une superficie de 3399,89 hectares détruits’’, alors que « l’année dernière, 52 cas avaient ravagé 8708 hectares. Donc, la superficie brulée a diminué de plus de 60% », a salué le lieutenant Oulimatou Faye.

Elle s’exprimait lors d’un comité régional de développement (CRD) sur la préparation de la campagne de lutte contre les feux de brousse 2018-2019.

Gabon:

La capitale gabonaise Libreville abrite, du 19 au 23 novembre, le 1er Forum Continental du programme GMES et Afrique sous le thème « Débloquer le potentiel de l’observation de la Terre en tant que moteur du développement durable de l’Afrique ».

Le Programme GMES et Afrique vise à renforcer et à autonomiser les décideurs, les scientifiques, les secteurs public et privé et les universitaires, en leur fournissant des données et des informations pertinentes concernant l’environnement et la sécurité.

Ghana:

Malgré l’intérêt des gouvernements et leur soutien pour faire face aux risques des déchets électroniques sur l’environnement et la santé publique, le Ghana reste submergé par les produits chimiques contenus dans ces déchets, a indiqué une ONG ghanéenne.

Les modes d’élimination, qui incluent le déversement de vieux gadgets dans des décharges ou la combustion dans des fonderies, exposent l’environnement et les personnes à des produits chimiques toxiques et de poison, a relevé la même source.

Rwanda :

Les responsables rwandais chargés de la protection de l’environnement veulent sensibiliser au respect de l’environnement en organisant, le 8 décembre prochain, une course à vélo sur un parcours de 25 km le long du parc Akagera, situé dans l’est du pays, rapporte la presse locale.

L’évènement sportif, baptisé « Rhino Velo Race 2018 », s’assigne pour objectif de « promouvoir une approche communautaire de la protection de l’environnement et des animaux sauvages, notamment les rhinocéros, l’une des cibles privilégiées des braconniers ».

Le parc national d’Akagera, qui couvre une superficie d’environ 1.085 kilomètres carrés, est situé à l’est du Rwanda, à la frontière avec la Tanzanie.

En mai 2017, le Rwanda avait importé une vingtaine rhinocéros d’Afrique du Sud et les avait introduits dans le parc Akagera.

Selon les derniers chiffres de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’on estime aujourd’hui que moins de 4.900 rhinocéros noirs parcourent les plaines africaines.

Côte d’Ivoire :

La préfecture de région de San Pedro et la direction régionale des Eaux et forêts ont organisé, jeudi, une cérémonie de planting d’arbres dans la cours des lycées publics Yébarth 1 et 2 de San Pedro, à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la paix, avec la participation des élus et cadres, des commandements des différents corps d’armes, directeurs d’administration, de chefs d’entreprise, d’élèves et étudiants, de chefs traditionnels.

«Cette mobilisation est bien la traduction d’une prise de conscience de la nécessité d’agir collectivement et individuellement pour restaurer l’importance de l’arbre, de la forêt, comme facteur de bien être et de développement durable », a déclaré le préfet de région, Ousmane Coulibaly.

Il a invité chaque citoyen à planter un arbre de la paix, « car, a-t-il souligné, chaque arbre est le symbole vivant de la paix et de l’espoir », dans une Côte d’Ivoire qui sort d’une grave crise socio politique aux séquelles encore présentes.

Dans la même catégorie