AGP Des bulldozers attendus dans les zones inondables MAP SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside à Kénitra la cérémonie de sortie de la 19è promotion du Cours supérieur de défense et de la 53è promotion du Cours État-Major MAP Honoris United Universities accompagne 54 jeunes femmes entrepreneures du continent africain AGP Bientôt une usine d’assemblage et de montage de tablettes AGP Kankan-Education :1680 candidats à l’examen de sortie des écoles professionnelles session 2019. AGP Assemblée nationale : Adoption du projet de loi relatif à l’usage des armes par la gendarmerie nationale. ANP Journée mondiale contre la drogue 2019 : destruction d’importants stocks des stupéfiants Konni ANP Le Niger veut réduire le taux de prévalence basée sur le genre de 28,4% à 15,4% d’ici 2021 ANG Dois golos em três minutos dão triunfo aos Camarões contra a Guiné-Bissau na abertura do grupo F ANG Bissau acolhe ateliê sobre redução de capturas de tartarugas e aves marinhas na Sub-Região

Bulletin de l’écologie en Afrique


   

Rabat, 29 juin 2017 (MAP) – Le gouvernement gabonais et l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI) ont signé, mardi, une lettre d’intention d’un montant de 18 millions de dollars américains pour protéger les forêts du pays et accélérer la lutte contre le changement climatique.

Ce financement doit permettre au Gabon de planifier et surveiller l’utilisation des terres afin de protéger 23 millions d’hectares de forêts tropicales, indique le ministère de l’Economie, de la prospective et de la programmation du développement durable.

‘’Quelques semaines après l’annonce faite par les Etats-Unis d’altérer dramatiquement leur approche sur le climat, le Gabon souhaite donner un signal fort au monde entier en montrant sa détermination à honorer ses engagements pris sous l’Accord de Paris’’, souligne le ministère dans un communiqué.

Voici le bulletin de l’écologie en Afrique pour la journée du jeudi 29 juin :

Sénégal :

— Le spécialiste des questions de développement Roland Portella a souligné la nécessité d’ »investir au minimum 400 milliards de dollars d’ici 2030 pour avoir une électricité suffisante et constante en Afrique ».

« Le secteur de l’électricité étant très capitalistique, il faut investir au minimum 400 milliards de dollars d’ici 2030 afin d’avoir de l’électricité de manière suffisante et constante en Afrique. La puissance à installer est de l’ordre de 30.000.000 de MW d’ici 2025 », a-t-il notamment soutenu.

Selon lui, « le décollage pérenne de l’Afrique, sa véritable industrialisation, son développement agricole et rural ne se feront qu’avec des solutions innovantes de production énergétique, permettant un accès plus large et une meilleure disponibilité de l’électricité, pour le tissu économique et les populations, de manière durable ».

–L’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (ANSTS) organise un atelier sur « Santé, environnement et changement climatique », vendredi, au Conseil économique social et environnemental (CESE), annonce un communiqué.

Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la célébration annuelle de la Journée de la renaissance scientifique de l’Afrique (JRSA), explique le communiqué.

Il précise que cette manifestation va également coïncider avec la remise des prix de thèses des écoles doctorales du système universitaire national, édition-2017.

— En étroite collaboration avec un de ses partenaires, notamment la Fondation « Volontaires d’Afrique » qui est basée au Mali, la municipalité de Saint-Louis vient d’installer 85 lampadaires solaires sur le boulevard fluvial de Ndar Toute (43) et sur la digue-route de Darou (42).

Chaque lampadaire, avec toutes les charges financières relatives à son installation, a coûté près de 2 millions de francs Cfa, ce qui fait un total de près de 170 millions francs CFA.

Niger :

— Une cérémonie de signature de l’Accord de financement du projet ‘’d’Accès aux Services Electriques Solaires’’ au Niger (NESAP) d’un montant de plus de plus de 49 millions de dollars américains, s’est déroulée, mardi à Niamey, entre la République du Niger et la Banque mondiale.

D’un montant total de 49,85 millions de dollars américains, soit l’équivalent de 29,91 milliards de FCFA, ce fonds est composé d’un don de 4,30 millions de dollars US et d’un prêt de 45,55 millions de dollars US.

L’objectif global du projet est d’accroitre le taux d’accès à l’électricité grâce à l’énergie solaire dans les zones rurales et périurbaines dans toutes les Régions du Niger.

Selon le Représentant résident de la Banque mondiale au Niger, Siaka Bakayoko, que ce projet entend accroitre l’accès à l’électricité au Niger qui se situe à 10%, et qui reste très inferieur au taux moyen de 31% en Afrique sub-saharienne.

Côte d’Ivoire

– La Société de Développement des Forêts de Côte d’Ivoire (SODEFOR) a interrompu depuis mercredi dernier, les travaux de raccordement au réseau électrique de plusieurs villages du secteur Sud de la sous-préfecture de Niakara (Centre-Nord, région du Hambol), évoquant le préjudice de la destruction de son couvert forestier, rapporte l’Agence Ivoirienne de Presse (AIP).

– Plusieurs ministres africains en charge de l’environnement, de l’économie, des finances et du développement des pays ayant ratifié l’accord de Paris sur le climat, vont se réunissent depuis mercredi et jusqu’au vendredi à Cotonou (Bénin), pour la mobilisation de ressources dans le cadre du Forum Afrique Carbone.

Selon une note du ministère ivoirien de la salubrité, de l’environnement et du développement durable relayée par l’Agence Ivoirienne de Presse (AIP), ce forum va se tenir autour du thème ‘’mobilisation des ressources financières pour lutter contre les effets néfastes des changements climatiques : Quelles stratégies à adopter par l’Afrique pour la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau National ?’’.

La ministre de la salubrité, de l’environnement et du développement, vice présidente de la Conférence ministérielle africaine de l’environnement (CMAE) pour ce forum, Anne Désirée Ouloto prend part à cette rencontre, où elle aura un tête-à-tête avec la Secrétaire Exécutive de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) et championne de haut niveau pour le Changement Climatique, la marocaine Hakima El Haité, selon la note du ministère.

Suite à l’Accord de Paris, les pays, notamment africain sont à pied d’œuvre pour déterminer des mesures de transformation aptes à leur permettre de tenir leurs engagements en matière de réduction des émissions à effet de serre, afin d’atteindre l’objectif global de limiter l’élévation de la température moyenne de la planète à 1,5° C aux niveaux préindustriels.

Dans la même catégorie