MAP Mali: un soldat et un civil tués dans une attaque terroriste dans l’Ouest AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Danho Paulin lance les travaux de construction de la piscine olympique de l’INJS AIP AIP/ A la 3e édition du FIEF, le PCD-CI se distingue comme une référence pour l’Afrique AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La 3è édition du SAFA se déroule à l’INJS de Marcory MAP Mondial-2022: Scène de liesse et une ambiance festive à Dakar après la qualification des Lions de l’Atlas pour les 8-èmes de finale MAP Impasse du dialogue social en Afrique du Sud : Grève vendredi dans la Fonction publique APS Inauguration de l’Université Amadou Makhtar Mbow de Diamniadio APS Transition énergétique: Oulimata Sarr préconise « suffisamment » de temps et de ressources financières APS Sorano en conclave pour réfléchir sur de nouvelles orientations ANP Niamey : Le Chef du gouvernement reçoit le président de la BOAD

Bulletin d’informations économiques africaines


  2 Novembre      2        Bulletin d'info économiques africaines (413),

   

Dakar, 02/11/2022 (MAP) – Voici le bulletin d’informations économiques africaines pour la journée du mercredi 2 novembre 2022:

— Sénégal 

-. Le Sénégal aujourd’hui a une croissance qui est au-dessus de la moyenne des pays d’Afrique subsaharienne, entre 4 et 5%, selon un rapport du FMI sur les perspectives économiques régionales en Afrique subsaharienne.

Le rapport intitulé ’’sur la corde raide’’ table ’’sur un ralentissement économique assez fort dans la région, lié à un ensemble de chocs mondiaux qui ont affecté l’Afrique subsaharienne’’.

La reprise économique en Afrique subsaharienne ‘’a connu un coup d’arrêt brutal’’, note le rapport.

« L’année dernière, l’activité a rebondi en Afrique subsaharienne, ce qui a porté la croissance du PIB en 2021 à 4,7 %. Malheureusement, cette année, la croissance devrait ralentir de plus de 1 point de pourcentage, à 3,6 %, car un ralentissement international et une hausse spectaculaire de l’inflation mondiale se propagent dans une région déjà éprouvée par une série ininterrompue de chocs’’, relève le document.

L’étude souligne que ‘’le renchérissement des produits alimentaires et de l’énergie pénalise les populations les plus vulnérables de la région, et les déséquilibres macroéconomiques s’approchent de niveaux inédits depuis des décennies’’.

— Gabon 

-. Le Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda a reçu le président directeur général de la société française Meridiam, Thierry Deau. Il était question pour ce dernier de faire le point au chef du gouvernement des investissements consentis au Gabon depuis 2017 et par la même occasion annoncé la livraison des chantiers publics, notamment la Transgabonaise début 2023.

Au cours de cette rencontre, le président directeur général de Meridiam a tenu à faire au chef du gouvernement le bilan des différents actifs dans lesquels l’entreprise est engagée. Ainsi, lors de cet échange, le patron de Meridiam au Gabon est revenu sur les chantiers en cours.

« J’ai fait le point sur la livraison des tronçons qui vont se faire bientôt avant la fin de l’année et sur le barrage de Kinguélé Aval, la Société d’exploitation du Transgabonais et les autres actifs que nous avons ici », a déclaré Thierry Deau. S’agissant de la Transgabonaise, il a assuré que tout est réuni pour que la première phase de ce grand projet soit livrée en début d’année 2023. « 65 km vont être livrés avant la fin de l’année  », a-t-il indiqué.

Pour la Setrag, d’après Thierry Deau, le premier objectif est de traiter les 200 premiers kilomètres très sensibles pour renouveler l’infrastructure d’ici la fin 2023. « C’est un point un peu régulier pour s’assurer que tout avance bien comme prévu au calendrier promis au gouvernement », a-t-il conclu.

Pour rappel, la société française Meridiam a déjà investi 1,5 milliard d’euros (985,7 milliards de FCFA), depuis 2017.

— Côte d’Ivoire

-. Le directeur général de la société des sucreries africaines de Côte d’Ivoire (SUCAF-CI) a officiellement lancé, lundi, sa campagne sucrière 2022-2023 sur son site de Ferkessédougou 1 en présence du ministre d’État ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, des élus et autorités administratives du département.

’’Nous procédons au lancement officiel de notre campagne comme les autres années et nous espérons une belle campagne », a annoncé le DG Jean-Pierre Champeaux, en présentant les difficultés auxquelles fait face son entreprise au nombre desquelles le coût des intrants, les aléas climatiques, les taxes douanières et le plafonnement du prix du sucre.

Le ministre d’Etat Kobenan qui représentait le vice-président de la République, Tiémoko Meyliet Koné, a salué la capacité de résilience de la SUCAF-CI face aux difficultés qu’elle rencontre et promis de transmettre fidèlement toutes les doléances au gouvernement.

Pour la campagne sucrière 2021- 2022, la SUCAF-CI a produit 112.324 T de sucre et envisage de réaliser une production 1,135 million T de canne à sucre, soit une hausse d’environ 22.676 T.

— Nigeria

-. Le premier port en eau profonde du Nigeria, le port de Lekki, a été remis lundi au gouvernement nigérian par China Harbour Engineering Company (CHEC), l’entreprise qui a construit cette importante infrastructure à Lagos, cœur économique de ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Le port répondra aux besoins du développement économique du Nigeria, a assuré Cui Jianchun, ambassadeur de Chine au Nigeria, lors de la cérémonie de livraison à Lagos.

Fruit d’une coopération commerciale tripartite Chine-France-Nigeria, il revêt une grande importance pour la promotion de l’Initiative la Ceinture et la Route (ICR) en Afrique, a-t-il ajouté.

Le port de Lekki, qui est le plus grand port maritime du Nigeria et qui figure parmi les plus grands d’Afrique de l’Ouest, est conçu pour traiter 1,2 million de conteneurs standard par an. Sa construction avait été lancée en juin 2020.

« Ce nouveau port positionnera Lagos comme une nouvelle plateforme logistique maritime, non seulement en Afrique de l’Ouest, mais dans toute la région d’Afrique centrale et occidentale », a salué le gouverneur de l’Etat de Lagos, Babajide Sanwo-Olu.

— Togo

-. Au Togo, le portefeuille de la Banque africaine de développement (BAD) pèse environ 202 milliards FCFA, avec un taux de décaissement global de 61,5%.

Ce sont les récentes données rendues publiques par Sani Yaya, ministre chargé de l’Economie et des Finances, à la faveur de l’atelier de validation des conclusions de la revue du portefeuille de la BAD au Togo au titre de l’année 2022.

Dans le détail, le portefeuille de l’institution de développement, dirigée par le Nigérian Adesina Akinwumi, compte 17 projets actifs. Ceux-ci représentent 12 projets nationaux, 4 projets régionaux et 1 projet dans le secteur privé.

Les initiatives appuyées récemment par l’institution panafricaine sont le Programme de soutien pour la crise alimentaire avec un don de 3,43 milliards FCFA, le programme d’urgence PURS, par un don de 851,37 millions francs FCFA, le Projet d’assainissement dans la région de Sokodé, par un don de 1,2 million d’euros (soit 787,12 millions FCFA).

Il y a en outre, le projet pour l’entrepreneuriat des jeunes pour l’investissement dans les chaînes de valeurs créatrices d’emplois, doté d’une enveloppe de 27,32 milliards FCFA, avec une portion don de 13,45 milliards FCFA.

— Ethiopie

-. Les exportations de l’Ethiopie ont totalisé au cours du premier trimestre de l’exercice fiscal en cours qui a commencé en juillet, quelque 959 millions dollars, a indiqué le ministère éthiopien du Commerce et de l’Intégration régionale.

Ce chiffre est en deçà de l’objectif qui était de 1,12 milliard de dollars, a noté un responsable du ministère cité par la radio publique Fana.

Les produits agricoles représentant 81,03 pc du total des exportations, selon la même source.

Au cours de la précédente année fiscale, l’Ethiopie a réalisé 4,12 milliards de dollars de recettes d’exportation, rappelle-t-on.

— Kenya

-. L’opérateur de télécommunications Safaricom a enregistré un exode de ses petites entreprises clientes, qui déplorent des services coûteux et un manque de transparence dans les tarifications.

La société a noté que l’exode enregistré jusqu’en mars 2022 est le premier en quatre ans, ce qui a incité à revoir les prix et la transparence de la facturation.

Les données montrent qu’environ 100.000 petites et moyennes entreprises (PME) ainsi que des petits bureaux à domicile ont fui Safaricom.

La sortie la plus importante a été celle des bureaux, avec quelque 89.000 résiliations, soit l’équivalent de 30% de leur nombre total. Quelque 11.000 PME ont fui le giron de Safaricom, soit l’équivalent de 10% du pack PME.

— Afrique du Sud 

-. Les perspectives de croissance du PIB de l’Afrique du Sud pour cette année sont passées de 2,1 pour cent à 1,9 %, en raison de plusieurs facteurs, a révélé le ministre des Finances, Enoch Gondogwana.

Lors de sa présentation de la déclaration budgétaire à moyen terme, Gondogwana a énuméré plusieurs obstacles de longue date qui continuent d’entraver la croissance économique du pays, notamment l’approvisionnement en électricité non fiable, la criminalité, la corruption, un réseau ferroviaire inefficace et les niveaux élevés de concentration du marché.

Il a également cité les dommages causés par les inondations d’avril dernier dans les provinces du KwaZulu-Natal et le Cap oriental, les actions revendicatives dans plusieurs secteurs et les coupures de courant généralisées comme facteurs de risque sur le front intérieur.

Parmi les problèmes internationaux ayant un impact direct sur les performances de l’Afrique du Sud figurent le conflit russo-ukrainien, la poursuite du déclin de la croissance économique de la Chine et la possibilité d’un rationnement de l’énergie en Europe, a-t-il expliqué.

===

— Angola

-. Le Gouvernement angolais est décidé à promouvoir la production nationale pour renforcer la sécurité alimentaire dans le pays, a assuré le Secrétaire d’État aux Ressources forestières, André Moda.

S’exprimant à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, M. Moda a déclaré que le gouvernement mettait en œuvre des programmes visant à promouvoir la croissance économique, pour rendre le pays plus durable sur le plan alimentaire.

Il a indiqué que le changement climatique, ces dernières années, implique un effort redoublé de la part du gouvernement, en particulier dans la région du sud, où le phénomène de la sécheresse a mis des milliers de familles sur la ligne de l’insécurité alimentaire.

« Le gouvernement travaille en partenariat avec la FAO et d’autres agences des Nations Unies pour renforcer la capacité des communautés, par le biais de techniques de production agricole, dans les champs-écoles, afin de lutter contre la faim et la pauvreté », a-t-il souligné.

Le responsable a également mis en exergue le Programme céréalier visant à favoriser la production de maïs, de riz, de blé et de soja, ainsi que les cultures traditionnelles telles que le sorgho, le millet, qui assurent la problématique de l’insécurité alimentaire des populations.

Dans la même catégorie