NAN NDLEA arrests 178 drug offenders, secures 29 convictions in Sokoto APS Un partenariat public-privé préconisé au bénéfice de la santé en Afrique APS Ségolène Royal :  »L’Afrique doit valoriser son potentiel technologique » AIP Côte d’Ivoire: La mairie d’Adiaké menace de retirer 85 lots à des acquéreurs AIP Côte d’Ivoire/ Environ 2500 du Béré attendus au congrès constitutif du RHDP AIP Côte d’Ivoire/ Vers la mise en place de points focaux pour le développement de la région du Gbêkê AIP Côte d’Ivoire: L’illettrisme à la base de la vente de produits périmés dans le Worodougou et le Béré (DR Commerce Séguéla) AIP Côte d’Ivoire: L’amélioration des conditions de vie de la femme au centre d’une consultation à Oumé NAN Nigeria to access $100m Indian loan to develop nationwide broadband connectivity APS Des activistes prônent des  »réformes institutionnelles indispensables pour renforcer les normes démocratiques »

Bulletin quotidien de l’écologie en Afrique


Rabat, 05/07/2017 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie en Afrique pour la journée du mercredi 05 juillet :

Congo-Brazzaville :

— Dans le cadre de la protection de l’environnement marin au Congo-Brazzaville, un atelier national sur la gestion des déchets souillés en cas de déversement d’hydrocarbures en mer a été organisé en fin de semaine dernière à Pointe-Noire, la capitale économique du pays, à l’initiative du ministère des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande.

Cet atelier de trois jours a pour objectif de dispenser aux délégués impliqués dans la lutte contre les déversements d’hydrocarbures, les connaissances et les compétences ainsi que les bonnes pratiques pour établir et gérer des opérations de gestion des déchets et de former les autorités nationales compétentes à la gestion des déchets en tant que composante de la lutte contre les déversements accidentels d’hydrocarbures.

Les participants, notamment les représentants des entreprises pétrolières et parapétrolières, ont été amenés à prendre conscience de l’importance de la gestion des déchets dans l’architecture globale de lutte contre la pollution.

Kenya :

— Les communautés minières au Kenya perdent entre 174 et 342 milliards de shillings (1 dollar = environ 103 shillings) annuellement en raison de la contamination par le mercure, selon une nouvelle étude publiée récemment dans « The Journal of Environmental Management ».

Toutefois, cette étude ne livre qu’un échantillon de l’ampleur des dégâts engendrés au niveau des sites miniers du pays, a commenté le coordonnateur des programmes au Centre pour la Justice et le Développement de l’Environnement (CEJAD), Griffins Ochieng, cité par des médias locaux.

« Le coût élevé de la contamination par le mercure devrait déclencher des actions pour traiter les sources de pollution au Kenya », a-t-il estimé.

Mali:

— Le conseil d’administration de la Banque islamique de développement (BID) vient d’approuver un financement d’une valeur de 383,8 millions de dollars au profit de trois projets énergétiques africains.

Le Burkina Faso recevra ainsi 102,8 millions de dollars pour la construction de la centrale thermique de Kossodo, d’une capacité de 50 MW à Ouagadougou, alors que 165,4 millions de dollars seront alloués au Mali pour la construction de la centrale thermique de Sirakoro, d’une capacité de 100 MW.

Enfin, l’Egypte recevra sous peu 115,6 millions de dollars pour la mise en œuvre de deux projets de centrales solaires d’une capacité globale de 550 MW, dont le projet de construction d’une centrale solaire de 400 MW par Scatec Solar.

L’octroi de ces divers financements est intervenu lors de la 42ème assemblée annuelle de l’institution financière au cours de laquelle une enveloppe globale de 1096 millions de dollars a été allouée à plusieurs projets de développement menés par les pays membres.

Côte d’Ivoire :

– Le ministre de l’Industrie et des Mines, Jean Claude Brou, a qualifié de relativement ‘’satisfaisants’’ les progrès réalisés en matière de mise en application de la mesure d’interdiction des sachets plastiques en Côte d’Ivoire.

Lors d’une réunion bilan des activités du comité interministériel de suivi de mise en œuvre de la mesure d’interdiction des sachets plastiques tenu en début de semaine à Abidjan, le ministre, au nom de sa collègue de la salubrité, de l’environnement et du développement durable (MINSEDD), s’est félicité du travail réalisé par ledit comité.

« Les progrès sont très satisfaisants. Nous assistons à une plus grande prise de conscience au niveau des producteurs, au niveau des différents acteurs et il faut s’engager dans cette dynamique », a-t-il dit, faisant savoir que ledit comité, en plus de la sensibilisation, est passé à une phase de répression aux fins d’amener les industriels à la reconversion de leur activité en s’orientant vers des sachets biodégradables.

De son côté, le conseiller technique du ministère de la salubrité, Kamenan Omer, a réitéré l’engagement de son département pour un monde sans sachets plastiques.

SI/KS/BZ/LS.

Dans la même catégorie