NAN NDLEA arrests 178 drug offenders, secures 29 convictions in Sokoto APS Un partenariat public-privé préconisé au bénéfice de la santé en Afrique APS Ségolène Royal :  »L’Afrique doit valoriser son potentiel technologique » AIP Côte d’Ivoire: La mairie d’Adiaké menace de retirer 85 lots à des acquéreurs AIP Côte d’Ivoire/ Environ 2500 du Béré attendus au congrès constitutif du RHDP AIP Côte d’Ivoire/ Vers la mise en place de points focaux pour le développement de la région du Gbêkê AIP Côte d’Ivoire: L’illettrisme à la base de la vente de produits périmés dans le Worodougou et le Béré (DR Commerce Séguéla) AIP Côte d’Ivoire: L’amélioration des conditions de vie de la femme au centre d’une consultation à Oumé NAN Nigeria to access $100m Indian loan to develop nationwide broadband connectivity APS Des activistes prônent des  »réformes institutionnelles indispensables pour renforcer les normes démocratiques »

Bulletin quotidien de l’écologie en Afrique


   

Rabat, 29/09/2017 (MAP)- Voici le bulletin de l’écologie en Afrique pour la journée du vendredi 29 septembre :.

 

Sénégal :

–La directrice de la météorologie du Sénégal, Mariane Diop Kane, a souligné jeudi l’importance des données climatiques fiables et de haute résolution dans la constitution des informations climatiques de bonne facture.

« La production d’informations climatiques fiables dépend de la disponibilité de données climatiques crédibles et de haute de résolution », a dit Mme Kane au lancement des produits « enhancing national climate services » (ENACTS).

Cet outil de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) financé par l’USAID, permet de créer les données spatialisées mais aussi de partager les données de pluie et de température générées grâce à l’approche « ENACTS ».

 

Burkina :

–Le ministère burkinabè de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique ambitionne de rendre opérationnel le système et le dispositif permanents de collecte de données statistiques sur l’exploitation et la valorisation des Produits forestiers non ligneux (PFNL).

Selon le ministère en charge de l’Environnement, l’intérêt pour les produits forestiers non ligneux se justifie par leurs multiples fonctions fondamentales à la survie de l’homme.

A noter que plus de 43,4% des ménages burkinabè dépendent des PFNL qui jouent un rôle important dans les soins sanitaires de 75 à 90% des habitants et procurent également 23% des revenus aux ménages ruraux.

Côte d’Ivoire :

— Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani a révélé mercredi à Abidjan que 800 cas de conflits entre agriculteurs et éleveurs ont été enregistrés sur la période 2016-2017, occasionnant un montant de plus de 93.553.788 FCFA d’indemnités compensatoires versées aux victimes.

M. Adjoumani s’exprimait à l’ouverture de la 4ème édition de la rencontre de haut niveau pour une transhumance transfrontalière apaisée entre les pays sahéliens et les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest qui se tient de mercredi à vendredi à Abidjan, en présence d’une soixantaine de participants.

 

Ghana :

Le gouvernent ghanéen a appelé les étudiants des écoles supérieures à être plus créatifs et à profiter des déchets du pays pour créer de la richesse.

« Il est nécessaire pour les étudiants d’avoir un esprit entrepreunarial et de diversifier leurs compétences pour être plus productifs, à travers notamment le recyclage de déchets », a souligné le ministre délégué de l’assainissement et des ressources en eau, Michael Yaw Gyato, dans des déclarations relayées par la presse locale.

 

Tanzanie :

–Les autorités tanzaniennes ont promis des mesures draconiennes et des actions sévères contre les braconniers et toute personne impliquée dans le commerce illégal de la faune sauvage dans le pays.

Les braconniers et les personnes impliquées dans le commerce illicite de la faune sauvage seraient sévèrement punis, a déclaré le secrétaire permanent du ministère des Ressources naturelles et du Tourisme, Gaudence Milanzi, cité par des médias.

« Nous sommes préoccupés par le fait que les crimes contre la faune tels que le braconnage et le commerce illégal d’ivoire continuent de constituer de sérieuses menaces pour la biodiversité, le tourisme et les investissements étrangers », a indiqué M. Milanzi.

 

Congo :

Le regain du braconnage dans le nord du Congo risque de réduire d’un côté la population des éléphants et de l’autre, l’éco-tourisme dans les parcs nationaux, a alerté le Fonds mondial pour la nature (WWF) en réaction à l’abattage d’un éléphant dans l’une des forêts de cette région.

D’après le Fonds, cité par la presse locale, la plupart des attaques d’animaux surviennent dans les corridors des éléphants, des passages utilisés par ces espèces depuis des siècles mais qui sont désormais occupés par des braconniers.

HA/HK/OE/MM/KS/CJ.

 

Dans la même catégorie