GNA GNCCI establishes credit union to support businesses GNA Ghanaians are appreciative of President Akufo-Addo’s achievements- CVM GNA New National decentralisation policy and strategy to promote downward accountability and economic development GNA NADMO, police probe death of Ghanaian juvenile players AIP Côte d’Ivoire –AIP/Des journées de valorisation de l’agriculture pour faire revivre la coupe nationale du progrès (Présidente AVA) AIP Côte d’Ivoire –AIP/ Le ministre de l’Agriculture rend hommage aux producteurs de Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Des kits scolaires offerts une école franco-arabe à Grand-Bassam APS FILIÈRE MIL : LE SUCCÈS D’UNE ASSOCIATION SÉNÉGALAISE INSPIRE D’AUTRES PAYS APS MACKY SALL INVITE LE SECTEUR PRIVÉ À INVESTIR DANS LA FILIÈRE LAIT APS KAFFRINE : MAYACINE CAMARA PROMET DE DISTRIBUER 15.000 MASQUES POUR LA VISITE DE MACKY SALL

Bulletin quotidien d’informations économiques africaines


  9 Avril      46        Bulletin d'info économiques africaines (333),

   

Dakar, 09/04/2019 (MAP)- Voici le bulletin d’informations économiques africaines pour la journée du mardi 09 avril :.

Sénégal-Afrique-Economie-Croissance

La Banque mondiale indique avoir revu à la baisse la croissance des pays d’Afrique subsaharienne à 2,3 % en 2018 contre 2,5 % en 2017, notant par la même occasion que pour la quatrième année consécutive, l’économie progresse moins vite que l’accroissement démographique et, malgré des prévisions régionales plus favorables pour 2019, qui tablent sur un rebond à 2,8 %, la croissance ne parvient pas à franchir la barre des 3 % depuis 2015.

Dans la dernière édition de son rapport intitulé Africa’s Pulse, la BM souligne que cette situation qui reflète l’incertitude de la conjoncture internationale, s’explique aussi, et de plus en plus, par les incertitudes politiques et réglementaires et par la fragilité des économies concernées.

+++++

Sénégal-Emploi

L’emploi salarié dans le secteur moderne au Sénégal a enregistré une baisse de 0,3% en rythme mensuel, au mois de février 2019 comparé au mois précédent, selon les données de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).

Selon la DPEE, cette situation est en liaison, principalement, avec le secteur secondaire qui s’est replié de 0,5%, notamment l’industrie qui connait une baisse de 0,7%. Des pertes nettes d’effectifs sont également notées dans le commerce qui régresse de 1,8%.

+++++

Gabon-France-Echanges

Malgré de nombreuses mutations en cours au Gabon, la France tient toujours une place prépondérante sur l’économie du pays, rapporte la presse qui se base sur le tableau de bord des échanges commerciaux entre les deux pays dressé lors du colloque économique Gabon-France, tenu le 29 mars dernier à Paris.

A cet effet, la presse souligne que deux de ses principales filiales à savoir, Total Gabon et la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), filiale d’Eramet font toujours office de fer de lance de l’économie gabonaise.

Total Gabon a produit près du un quart du pétrole brut gabonais (36 100 barils par jour en 2018) et la Comilog a fait quatre millions de tonnes de manganèse sur les cinq millions au total produits par le pays.

+++++

Ghana-Monnaie

La Banque du Ghana (BoG) mettra en circulation de nouveaux billets de banque à partir du 6 mai prochain, annonce un communiqué de l’institution.

Selon le communiqué, les nouveaux billets disposeront de fonctions de sécurité améliorées adaptées à l’évolution de la technologie.

+++++

Nigeria-Dettes

L’Office nigérian de la dette a annoncé qu’il s’attend à ce que le gouvernement approuve un emprunt total de 1649 milliards de nairas (5,3 milliards de dollars) d’emprunts intérieurs et extérieurs en 2019.

« La moitié des emprunts, soit 824 milliards de nairas, proviendra d’emprunts extérieurs », a indiqué la directrice générale de l’Office, Patience Oniha, lors d’une conférence de presse, indiquant que ces emprunts visent essentiellement à financer la création d’emplois et la réalisation de projets d’infrastructures.

+++++++++++++++++

Nigeria-Gaz

Helios Investment Partners, une firme de private equity basée à Londres et orientant ses activités en Afrique, a racheté les 25% de parts d’Oando PLC dans le capital de la société de distribution de gaz et d’électricité Axxela Ltd.

L’opération qui est valorisée à 41,5 millions de dollars, permet au capital-investisseur de prendre le contrôle total du capital de ladite entreprise. En effet, Helios détient depuis 2016, 75 % du capital d’Axxela Ltd acquis via son véhicule spécial d’investissement (HIP Global) pour 115,8 millions de dollars.

+++++

Tanzanie-Tourisme

Les revenus touristiques de la Tanzanie ont enregistré une hausse de 7,13% en 2018, par rapport à l’année précédente, a annoncé Kassim Majaliwa, premier ministre du pays.

Les revenus touristiques de la Tanzanie ont atteint 2,43 milliards USD en 2018, contre 2,19 milliards USD de recettes générées en 2017, a précisé le responsable, cité mardi par des médias.

Selon le premier ministre, cette performance à la hausse est due à une augmentation des arrivées de touristes étrangers dans le pays, au cours de la même année.

+++++

Kenya-entreprises

La Britannique Standard Chartered Bank Kenya a lancé lundi un centre d’innovation destiné à stimuler les entreprises de technologie financière (fintech) en Afrique.

Le directeur général de la Standard Chartered Bank Kenya, Kariuki Ngari, a déclaré que le Kenya abriterait le quatrième laboratoire eXellerator des banques.

« Le laboratoire sera une plate-forme reliant la fintech à la banque par le biais de matches et de défis ouverts. La banque investira dans les startups les plus prometteuses et commercialement viables », a ajouté M. Ngari.

+++++

Burkina-Turquie-coopération

Le président burkinabè, Roch Kaboré, effectue, du 9 au 11 avril, une visite de travail en Turquie au cours de laquelle plusieurs accords et conventions de coopération dans divers domaines stratégiques seront signés entre les deux pays.

Cette visite s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations entre Ouagadougou et Ankara, intensifiée, en août 2006, avec la signature d’un accord général de coopération en vertu duquel a été mise en place une Commission mixte de coopération.

+++++++++++++++

Burkina-BCEAO

Selon l la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), il existe une évolution de la situation économique au Burkina Faso, malgré un contexte sécuritaire difficile.

En effet, le PIB, qui représente la valeur des biens et services produits par des agents économiques résidant dans le pays, est estimé à 6,6% en 2018, contre 6,3% en 2017.

Malgré « cette résilience de l’économie burkinabè, le besoin de renforcement des structures de gouvernance et la poursuite de l’amélioration du climat des affaires restent des préoccupations soulevées » par la BCEAO.

+++++

Niger-économie

Le gouvernement nigérien fait du secteur privé l’un des moteurs de croissance économique, a affirmé le président de la République, Issoufou Mahamadou.

En vertu du Plan de développement économique et social (PDES, 2017-2021), il est attendu du secteur privé 10 milliards de dollars sur 23 milliards de financement escompté, a-t-il indiqué.

Le Niger est classé au 143ème rang en 2018, selon le Doing business, un indicateur de la Banque mondiale mesurant le climat des affaires.

+++++

Niger-économie

L’économie nigérienne fait partie des 10 économies les « plus dynamiques » des pays au sud du Sahara, a annoncé le président de la République Issoufou Mahamadou.

Les réformes mises en place « sont indispensables et ont produit des bienfaits pour notre économie », a-t-il rappelé, précisant qu’elles ont également permis de consolider la stabilité macroéconomique et de soutenir la croissance qui est actuellement de 6%.

« C’est pourquoi ces réformes doivent se poursuivre et se renforcer », a-t-il fait remarquer.

+++++

Mali-Bourse

Le mardi 02 avril , s’est tenue au siège de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) à Abidjan, la cérémonie de première cotation de l’emprunt obligataire « ETAT DU MALI 6,50% 2018 – 2025 ».

L’opération, lancé du 10 au 28 septembre 2018 pour un montant initial de 70 milliards FCFA (environ 120 millions $) au taux de 6,50%, s’étale sur une durée de sept (7) ans et est remboursable par amortissement constant avec deux (2) ans de différé.

Pour le directeur national du Trésor et de la Comptabilité publique (DNTCP) du Mali, Sidi Almoctar Oumar, le gouvernement malien a pris l’option de réaliser le présent emprunt afin de financer certains investissements prioritaires.

Dans la même catégorie