APS 31 MILLIARDS MOBILISÉS POUR LES CENTRALES SOLAIRES DE KAÉL ET KAHONE AGP Sénégal : la BAD soutient un projet de « valorisation des eaux » pour le développement des chaînes de valeur agricoles avec plus de 60 millions d’euros AGP Guinée/Economie : 5.000 tonnes de poissons disponibles pour la période de repos biologique à Sonit-Pêche ANGOP L’Angola prêt à empêcher une éventuelle propagation du virus Ebola ANGOP L’Angola appelle à un débat permanent sur le flux illicite d’armes en Afrique GNA Forum of Heads of Girl’s SHS holds 2019 Summer Camp GNA Addressing campus unrest: administrators key to ensuring stability GNA Honour your tax obligations—Oxfam Ghana AGP Boké-Environnement : Le Réseau-Environnement-Bauxite reboise les alentours du Gouvernorat AGP Boké-Société : Le président des transporteurs miniers pour la préservation de la paix

Bulletin quotidien d’informations économiques africaines


Rabat, 31 mars 2015 (MAP)- Voici le bulletin d’informations économiques africaines pour la journée de mardi 31 mars :.

Sénégal-Commerce-Denrée.

Le prix du litre d’huile au Sénégal à connu une baisse de 2,2 pc durant le mois de février comparé au mois de janvier 2015, a-t-on indiqué lundi auprès de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).

Le prix de cette denrée s’est établi à 1.408 FCFA (environ 2,81 dollars) durant la période sous revue.

Après deux mois de baisses consécutives des cours des huiles de palme, le marché mondial des huiles végétales est marqué, en février 2015, par une stabilité des prix des huiles de palme à 688 dollars la tonne, relève la DPEE.

+++++.

Sénégal-Pêche.

L’Etat du Sénégal compte appliquer une politique cohérente aux différentes chaînes de valeur de la pêche, pour que ce secteur puisse contribuer davantage au développement économique du pays, a soutenu, lundi à Dakar, le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Oumar Guèye.

« Nous voulons travailler en cohérence pour qu’au niveau de chaque chaîne de valeur, nous puissions appliquer une politique cohérente pour que cette pêche puisse apporter plus de ressources », a-t-il déclaré à l’ouverture d’un atelier sur la « Lettre de politique sectorielle de la pêche ».

Cette rencontre, dont Oumar Guèye présidait la cérémonie officielle d’ouverture, portait également sur le diagnostic de la pêche et de l’aquaculture.

+++++.

Sénégal-Economie.

Le ministère sénégalais de l’Economie, des Finances et du Plan procède, ce mardi, à la signature d’un accord de prêt avec la Banque ouest africaine de développement (BOAD) relatif au Projet d’assainissement des eaux usées et de drainage des eaux pluviales de la ville de Fatick, annonce un communiqué.

La signature de ce financement porte sur un montant total de 9 milliards de FCFA (environ 13,7 millions euros), indique la même source.

+++++.

Sénégal-Banques.

La filiale sénégalaise d’Ecobank a réalisé un bénéfice record de 7,2 milliards de FCFA en 2014 (environ 11 millions euros) et a augmenté de 11 pc les crédits accordés à la clientèle, a déclaré lundi le président de son conseil d’administration, Gabriel Fal.

« En 2014, Ecobank Sénégal a encore enregistré un bénéfice record de 7,2 milliards de FCFA, soit une croissance de 20 pc. Il provient de nos efforts de diversification vers les produits et services à valeur ajoutée, de notre activité de marché et de nos efforts de recouvrement », a dit M. Fal lors d’une conférence de presse du conseil d’administration.

Les crédits alloués à la clientèle s’élèvent à 302 milliards, a-t-il indiqué, précisant que ce chiffre représente une légère augmentation de 11 pc.

+++++.

Sénégal-Afrique-Economie.

Une politique cohérente bien intégrée dans les stratégies nationales de développement permet à l’énergie de jouer un rôle de moteur de l’économie et de développement social, a affirmé, lundi à Saly-Mbour, le directeur de la Francophonie au ministère sénégalais de la Culture et de la Communication, Maguèye Touré.

Le secteur de l’énergie fait face à des défis spécifiques, nouveaux et urgents qui sont à l’origine des réflexions engagées ici et là, pour réinventer l’avenir énergétique, en réalisant les nécessaires transitions vers des systèmes énergétiques permettant une croissance responsable, a-t-il dit.

M. Touré s’exprimait lors du démarrage d’une session de formation sur ‘Politique et économie de l’énergie » regroupant des participants venus des huit pays membres de l’Union économique et monétaire (UEMOA).
Gabon-Economie-ONUDI.

Une délégation de l’Organisation des Nations unies pour le développement et l’industrie (Onudi), conduite par Sayaphol Sackda, spécialiste du développement industriel, a effectué une mission de travail la semaine dernière à Libreville, dans le cadre de l’implémentation du programme pays en République gabonaise.

Le séjour de cette délégation dans la capitale gabonaise a été ponctué d’une réunion avec le directeur général de l’Industrie et de la compétitivité, Léandre Bouloubou, au cours de laquelle il a été question de dresser un diagnostic sur les points d’intervention établis par l’Onudi et qui pourraient être menés conjointement par les différents partenaires publics et privés en ce qui concerne la restructuration de l’économie gabonaise.

Plusieurs axes ont été évoqués à cette occasion, notamment la compétitivité des entreprises, le développement du secteur privé, la diversification de l’économie et la promotion des investissements.

+++++++.

Afrique-CEMAC-Economie.

Le Comité de politique monétaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a décidé de relever les plafonds de refinancement dans les Etats membres pour le compte de l’année 2015, en vue de les aider à faire face à la baisse des prix du pétrole brut, dont dépendent largement les économies des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Les banques commerciales des pays de la zone peuvent ainsi obtenir davantage de ressources financières auprès de la banque centrale, en cas de besoin de liquidités à redistribuer sous forme de crédits bancaires aux particuliers et entreprises.

Ainsi, les banques camerounaises peuvent solliciter jusqu’à 100 milliards de francs Cfa, contre 60 milliards de francs Cfa par le passé (1 euro = 656 FCFA). Idem pour le Gabon et le Tchad, alors que ce plafond de refinancement pour la Guinée équatoriale passe de 60 à 120 milliards de francs Cfa, de 30 à 40 milliards de francs Cfa pour le Gabon et à 15 milliards pour la RCA, seul pays de la zone non producteur du pétrole.

+++++++.

Kenya-Transport aérien.

La compagnie Kenya Airways a annoncé avoir repris vendredi l’horaire normal de la totalité de ses vols vers la Tanzanie à partir de l’Aéroport international Jomo Kenyatta à Nairobi.

Dans un communiqué, le président directeur général de Kenya Airways, Mbuvi Ngunze, a souligné également la détermination de la compagnie aérienne kényane à jouer son rôle dans la promotion de la croissance économique régionale.

La compagnie kényane avait annoncé la réduction de 42 à 14 par semaine, à partir du 19 mars courant, de ses vols à destination de Dar es-Salaam en Tanzanie après les restrictions imposées par les autorités du pays voisin de l’Afrique de l’Est.

++++++.

Seychelles-Transport aérien.

La compagnie aérienne Air Seychelles a enregistré un résultat net de 3,2 millions de dollars au cours de l’exercice financier précédent, contre 3 millions de dollars en 2013, a fait savoir le président de la compagnie Joël Morgan.

Cette performance est attribuable à la gestion efficace, le dévouement du personnel et au partenariat avec la compagnie aérienne Etihad Airways qui détient désormais une part de 40 pc dans Air Seychelles depuis 2012, a expliqué le responsable.

Burkina Faso-Bénin-Agriculture.

Les autorités de la Transition au Burkina Faso ont donné leur accord pour l’égrenage de 30.000 tonnes de coton graines béninois.

Cette importante quantité de coton graine devrait être acheminée, d’ici le 6 avril prochain à l’usine d’égrenage de la Kompienga, la plus proche du Bénin, rapporte la presse locale, notant que le Bénin rencontre des difficultés, en ce moment, à égrener le coton produit sur son territoire, du fait de la vétusté de ses outils industriels spécialisés en la matière.

Alors que 130.000 tonnes de coton graine doivent être égrenées d’urgence, la saison pluvieuse s’installe dans ce pays. Cette triste réalité a contraint les autorités béninoises à solliciter le soutien du gouvernement burkinabè, pour parer aux plus pressés, ajoute-t-on.

+++++.

Burkina Faso-Agriculture.

Les acteurs de la filière karité ayant pris part à la 8è Conférence internationale sur le karité, organisée du 23 au 25 mars à Ouagadougou, ont mis à profit les trois jours de rencontre pour mener des réflexions intenses autour de l’avenir de leur commerce.

Cette conférence a enregistré un demi-millier de participants venus du Bénin, de la Côté d’Ivoire, du Nigeria, du Ghana, de la Guinée, du Mali, du Togo, du Tchad, de l’Europe, des Etats-Unis, de l’Asie et du Burkina Faso (dont 300 organisations féminines), rapporte l’hebdomadaire +L’Economiste du Faso+.

Selon des chiffres communiqués lors de la Conférence, quelque 200 à 300 tonnes d’amande de karité sont exportées annuellement de l’Afrique, ajoute la même source, précisant que ceci représente 10 à 20 pc de ce que les arbres produisent.

+++++.

Burkina Faso-Transport.

Les chauffeurs routiers du Burkina Faso observent un arrêt de travail les 30 et 31 mars 2015 sur toute l’étendue du territoire national.

Ils exigent l’augmentation des salaires à 74.800 FCFA (1 euro= 655,9 FCFA) et leur affiliation à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), conformément aux dispositions de leur Convention collective.

+++++.

Afrique-Banques.

Le groupe bancaire United Bank for Africa (UBA) a annoncé avoir réalisé un bénéfice avant impôt de 56,20 milliards de nairas (282 millions de dollars) en 2014, ce qui représente une très légère hausse de 0,26 pc par rapport à 2013.

L’établissement a également précisé dans un communiqué que son produit net bancaire a atteint 290 milliards de nairas durant l’année écoulée, contre 264,68 milliards de nairas une année auparavant.

Présent dans 19 pays africains, le groupe UBA offre des services financiers à quelques 7 millions de consommateurs via plus de 700 agences.

+++++.

Côte d’Ivoire-UEMOA-Bourse.

La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) de l’union économique et monétaire ouest- africaine (UEMOA) a clôturé sa séance du lundi sur une baisse de ses deux principaux indices et ce, comparativement à la séance précédente.

Selon le bulletin officiel de cette place boursière sous-régionale, l’indice BRVM 10 est passé de 271,25 à 270,33 points, soit un repli de 0,34 pc. Il en est de même pour l’indice BRVM Composite qui a connu également une baisse de 0,24 pc pour s’établir à 265,47 points contre 266,11 précédemment.

Côte d’Ivoire-UEMOA-Bourse.

La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) de l’union économique et monétaire ouest- africaine (UEMOA) a clôturé sa séance du lundi sur une baisse de ses deux principaux indices et ce, comparativement à la séance précédente.

Selon le bulletin officiel de cette place boursière sous-régionale, l’indice BRVM 10 est passé de 271,25 à 270,33 points, soit un repli de 0,34 pc. Il en est de même pour l’indice BRVM Composite qui a connu également une baisse de 0,24 pc pour s’établir à 265,47 points contre 266,11 précédemment.

++++++.

Côte d’Ivoire-Infrastructures.

Le Bureau national d’études techniques et de développement (BNETD) organise mardi et mercredi à Yamoussoukro, capitale politique ivoirienne, un séminaire scientifique sur le dimensionnement des chaussées neuves et leur renforcement. L’objectif est de tenter d’apporter des solutions aux problèmes de la durée de vie des chaussées en Côte d’Ivoire.

La rencontre qui verra la participation de quelque 200 experts, spécialistes et représentants d’organismes nationaux et internationaux, sera l’occasion de mener des réflexions sur les problèmes qui se posent au redimensionnement des chaussées, leur élargissement et leur renforcement, dans l’optique d’une bonne maîtrise des connaissances dans ces domaines et proposer des pistes de solutions.

++++++.

Côte d’Ivoire-Cacao-Agriculture.

La campagne intermédiaire de commercialisation du cacao au titre de la saison 2014/ 2015 en Côte d’Ivoire, premier producteur mondial avec un volume de 1,7 million de tonnes en 2013- 2014, s’ouvre mercredi sur l’ensemble du territoire national, annonce le Conseil de gestion de la filière.

La campagne intermédiaire est caractérisée par un grainage élevé des fèves, des fèves plus petites, moins riches en matières grasses et beaucoup plus difficiles à traiter, entraînant des baisses de rendement à l’usinage avec pour conséquence une « décote appliquée en fonction du niveau de grainage », explique le Conseil du café-cacao.

La Côte d’Ivoire, rappelle-t-on, enregistre deux campagnes de cacao par an avec la récolte principale du 1er octobre au 31 mars et la récolte intermédiaire ou « petite traite » qui part d’avril à août.

++++++.

Côte d’Ivoire-Poste.

La Poste Côte d’Ivoire et le groupe ‘Neopost » ont procédé, lundi à Abidjan, à la signature d’une convention relative à l’exploitation optimale du produit ‘machine à affranchir ».

Selon les responsables du groupe ‘Neopost », la solution proposée offre de multiples avantages pour la Poste Côte d’Ivoire, car basée sur un système qui lui permettra de garantir et de recouvrer l’intégralité de son revenu, et d’avoir une interface de contrôle simple mais complètement verrouillée et sécurisée.

++++++.

Mali-Biocarburant.

L’Agence nationale (malienne) de développement des biocarburants (ANADEB) a tenu récemment la 8e session de son conseil d’administration, consacrée à l’examen du bilan des activités au titre de l’exercice précédent et des prévisions pour 2015.

S’exprimant à cette occasion, le président du conseil d’administration, Aliou Sibiry Traoré, a indiqué que l’année 2014 a été marquée par une organisation paysanne accrue à l’issue de laquelle sont nées deux fédérations régionales et une intensification du partenariat public-privé entre l’ANADEB et les opérateurs de la filière Jatropha d’une part, et les ONG, d’autre part.

Il a également expliqué qu’un accent particulier a été mis sur la production d’huile Jatropha et l’utilisation à des fins énergétiques de l’alcool produit à partir des sucreries de Sukala.

C’est ainsi qu’en 2014, il a été procédé à la production et à la commercialisation de 200.000 litres d’huile de Jatropha, a-t-il souligné, affirmant que ce résultat encourageant doit être amélioré.

Selon le même responsable, le budget d’investissement alloué à l’agence a connu une diminution de 47 pc en 2014, ce qui a fortement perturbé les activités du 2e semestre.

LS-TB—BI. SI

Dans la même catégorie