ANP Journée mondiale de l’eau : Rendre cette ressource accessible à tous d’ici 2030 AIP La ville de Casablanca est un hub de la Smart City en Afrique (Dg Casa Events) AIP Une convention signée pour l’achat de 200.000 t de noix de cajou origine Côte d’Ivoire AIP Un groupe vietnamien veut implanter une usine de transformation de l’anacarde en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire: Félix Anoblé exhorte les acteurs des PME à plus de professionnalisme MAP Le Maroc, l’OCDE et le Conseil mondial de l’eau s’associent en faveur de la sécurité de l’eau en Afrique AIP La Côte d’Ivoire obtient son ticket pour la coupe du monde de la boulangerie MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)

Burkina : des chercheurs pluridisciplinaires se planchent sur les préoccupations du Sahel


  21 Septembre      23        Développement durable (3795),

   

Ouagadougou, 20 sept.2018(AIB)- Des chercheurs pluridisciplinaires ont débuté jeudi à Ouagadougou, une rencontre qui devrait leur permettre d’avoir une feuille de route commune, des défis et des solutions pour le développement intégrale du Sahel et du Sénégal.

«La rencontre d’aujourd’hui est importante parce que l’action transformatrice de la réalité de notre économie ne peut pas se faire sans qu’on ne prenne en compte les possibilités de recherches mais aussi la capacité d’innovation dont disposent les centres de recherches», a indiqué le ministre burkinabè en charge de la Recherche scientifique Alkassoum Maïga.

M. Maïga s’exprimait à l’ouverture d’une rencontre sur la contribution de la recherche agronomique franco-africaine au service de l’atteinte des objectifs de développement rural et de la sécurité alimentaire, portés par «L’Alliance Sahel» (G5 Sahel+Sénégal).

Pour lui, l’initiative de l’Alliance pour le Sahel qui est un mécanisme d’accompagnement du G5 Sahel, est à saluer, car elle concentre un espace qui connait des perturbations liées à des attaques terroristes.

Selon une étude des Nations-Unies sur la sécurité alimentaire mondiale et la nutrition, la faim touche 234 millions de personnes en Afrique particulièrement au Sahel.

A l’écouter le ministre, la réponse militaire à elle seule ne peut pas solder les comptes d’où cette mobilisation autour de l’Alliance Sahel pour accompagner le processus par la réponse en terme de développement des populations vivant dans le G5 et au Sénégal.

L’Alliance Sahel, lancée en juillet 2017 par l’Allemagne et la France vise à créer une plateforme de coopération internationale au service du développement du Sahel.

Elle doit aussi permettre une coordination des initiatives plus efficaces et vise à améliorer l’appui apporté par les partenaires au développement à la région.

Pour le PDG du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), Michel Eddi, «pour que les décideurs politiques arrivent à accomplir et obtenir les ambitions qui sont les leurs, il faut l’appui de la science et de l’innovation».

«Il faut que nous soyons aux côté des acteurs pour les aider à déployer ces solutions et qu’elles finissent par produire le développement souhaité au bénéfice des populations et du bien-être social et environnemental», a-t-il poursuivi.

Les participants dans une déclaration dite de Ouagadougou, s’engagent à fournir une première analyse commune fondée sur une connaissance scientifiquement partagée et documentée des enjeux qui relèvent de leurs champs de compétences.

Cette rencontre de Ouagadougou qui regroupe des sommités de la de recherches dans les domaines agricole, des ressources animales, de l’environnement mais aussi des spécialistes de la recherche dans le domaine de l’économie et de la sociologie, est l’occasion de faire comprendre toutes les dimensions qui concourent le développement des pays concernés.

En rappel, le G5 Sahel regroupe le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger, le Mali et le Tchad.

Dans la même catégorie