AGP  Gabon/PDG-Oyem : le conseil provincial adopte des recommandations fortes AGP Gabon/1er congrès ordinaire du RPM : plusieurs réformes et une motion de l’unité de l’opposition adoptées AGP  Gabon/Conseils provinciaux du PDG : les militants invitent Ali Bongo à se porter candidat en 2023 ANP Décès de Hamsou Garba, une des figures de la culture nigérienne ACI Céphas Ewangui sollicite l’implication de la société civile dans la réalisation des projets ANP Ouverture à Paris de la 2ème Table Ronde des bailleurs et des partenaires au développement du Niger AMI Colloque à Nouakchott sur les relations Mauritano-Emiraties AMI La Première Dame: Nous devons être fiers de la proximité des services des personnes handicapées et de la mobilisation de ressources de l’Etat dans leur intérêt APS Les Lions peuvent être fiers de leur parcours ,selon Kalidou Koulibaly APS Oumar Pène reçoit le ‘’Prix de l’Excellence’’ de la CEDEAO pour son ‘’engagement’’

Burkina : Plus d’un million d’élèves sont privés d’école à cause de l’insécurité


  25 Novembre      5        Education (814),

   

Ouagadougou, 23 nov. 2022 (AIB)- Plus d’un million d’élèves sont privés d’école à cause de la situation sécuritaire au Burkina Faso, renseigne un communiqué de l’ONG Save the Children, parvenu mercredi à l’AIB.

«Le Burkina vient de franchir la barre dramatique d’un million d’enfants affectés par la fermeture des écoles en raison de la crise sécuritaire », indique le document de l’ONG Save the Children.

Selon toujours la note, le nombre d’établissements fermés qui était de  4 258 à  la date du 31 octobre 2022  est passé à 5 709 soit une augmentation  de 1 451  structures éducatives.

« Les fermetures des écoles ont affecté 1 008 327 élèves soit 490 622 filles et 517 705 garçons ainsi que 28 919 enseignants soit 9 171 femmes et 19 748 hommes », explique le Secrétariat technique de l’éducation en situation d’urgence.

D’après le directeur Pays de l’ONG Save the Children, Benoit Delsarte, les gouvernants, les donateurs et la communauté humanitaire doivent trouver des solutions alternatives immédiates pour atténuer les risques liés à la crise sécuritaire  au Burkina Faso.

M. Delsarte a souligné que la fermeture des classes  expose les élèves à de nombreux autres risques qui compromettent définitivement leur bien-être et leur avenir.

En rappel le Burkina Faso fait face depuis six ans à des attaques terroristes qui ont causé de nombreux décès, provoqué le déplacement de 1,7 millions de personnes et la fermeture de plus de 5000 structures éducatives.

Dans la même catégorie