APS Le partenariat public-privé,  »une alternative au financement des infrastructures » (PM égyptien) APS Mahawa Sémou Diouf installé comme président de la Cour de justice de l’UEMOA MAP Le CPS de l’UA adopte la «Déclaration de Tanger» sur la promotion du lien Paix-Sécurité-Développement et décide de la soumettre au Sommet de l’UA MAP RDC: L’ONU alerte sur la crise de la faim, la « plus grande » en Afrique MAP Afrique du Sud : Dix morts dans deux fusillades au Cap-Oriental ATOP Vo/ Santé : revue annuelle des activités 2022 du district sanitaire ATOP Kozah/ Promotion de l’entreprenariat : les opportunités offertes aux PME par la loi de finances 2023 expliquées aux entrepreneurs de la kara ATOP Visite du Président Faure Gnassingbé au Gabon : des questions bilatérales, régionales, continentales et internationales évoquées APS Hôpital Amath-Dansokho : plus de 10 000 consultations et 700 scanners réalisés en 2022 (directeur) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Plus de 3000 actes d’insécurité en 2022 dans l’espace des sept pays ayant ratifié l’Initiative d’Accra

Burkina: séminaire sous-régional à Ouagadougou sur les processus électoraux et la crise sécuritaire en Afrique subsaharienne


  8 Décembre      15        Securité (2415),

   

Ouagadougou, 08/12/2022 (MAP) -Un séminaire sous-régional sur le thème « processus électoraux et crise sécuritaire en Afrique subsaharienne : résilience des organes de gestion des élections » s’est ouvert, mercredi à Ouagadougou, au Burkina Faso, avec la participation des experts d’une dizaine de pays africains.

Le séminaire, qui réunit environ 150 participants dont des experts venus de onze pays africains, se poursuivra jusqu’au 9 décembre prochain. Dans son allocution à l’ouverture de cette rencontre le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Burkina Faso, Elysé Ouédraogo, a déclaré que dans un contexte de crise sécuritaire, organiser l’élection même était un défi majeur.

L’objectif de ce séminaire est d’offrir un cadre d’échanges entre les organes de gestion des élections de l’Afrique de l’Ouest et du Centre pour leur permettre de trouver des leviers de résilience des processus électoraux qu’ils conduisent dans un contexte de défi sécuritaire en vue de contribuer à terme à la consolidation démocratique, a indiqué Elysé Ouédraogo.

De façon spécifique, il s’agit entre autres, de partager les expériences de plusieurs OGE dans l’organisation des élections dans un contexte sécuritaire difficile, analyser les dispositifs de sécurisation du processus électoral en tenant compte du défi sécuritaire, examiner les dispositifs de mise en œuvre du droit de vote des personnes déplacées internes par les différents Etats touchés par l’insécurité.

Ce séminaire permettra aussi d’examiner les modes opératoires des OGE pour la mise en œuvre du cycle électoral dans le contexte d’insécurité : cadre juridique, planification, formation et éducation, révision des listes électorales, candidatures, campagne électorale, opérations de vote, vérification des résultats, post élection. C’est l’occasion aussi d’analyser l’impact du contexte sécuritaire sur le rôle et les responsabilités des autres acteurs du processus électoral (partis politiques, juridictions électorales, parlements, organisations de la société civile, médias) et de trouver les moyens d’adaptation de ces rôles pour une contribution plus efficace.

L’urgence et la priorité des priorités est d’abord le rétablissement de la sécurité et la gestion de la crise humanitaire, a-t-il dit.

Il faut aussi se rendre à l’évidence que l’élection « doit être au rendez-vous de la sortie de crise, sinon même qu’elle doit consacrer la sortie de crise ou à tout le moins un début de sortie de crise », a ajouté Ouédraogo.

Représentant le chef de l’Etat à cette cérémonie, le colonel Boukaré Zoungrana, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, a réaffirmé à l’endroit de tous les acteurs et des partenaires, l’engagement du gouvernement burkinabè à mettre tout en œuvre pour le retour à un ordre constitutionnel normal. « Nous allons jouer notre partition en engageant toutes nos forces pour assurer la restauration de la sécurité et créer les conditions favorables pour la tenue d’élections libres, transparentes et inclusives telles que l’ont voulu les forces vives lors des assises nationales », a-t-il souligné

Tout en soutenant l’organisation de ce séminaire, le ministre Boukaré Zoungrana invite les acteurs politiques et de la société civile, à jouer aussi leur partition, en accompagnant la dynamique de mobilisation pour le retour de la sécurité et en contribuant aux réformes politiques nécessaires.

Plus de 150 participants issus des organes de gestion des élections du Bénin, du Burkina Faso, de la Centrafrique, du Mali, du Niger, du Nigéria, de la République Démocratique du Congo, du Sénégal et du Togo, des partis politiques, des organisations de la société civile, des experts électoraux venus de divers pays de l’Afrique sub-saharienne et des partenaires techniques et financiers, prennent part à ce séminaire de trois jours.

Dans la même catégorie