AIP COVID-19 : Une société minière offre du matériel de protection à l’administration de Bouaflé AIP Covid-19: une quinzaine d’autorisation d’entrée à Abidjan délivrées dans la région du Gboklê AIP COVID-19 : Un opérateur économique offre du matériel de protection au district sanitaire de Bouaflé AIP Un syndicat du transport aérien craint la perte de 122 200 emplois en l’absence d’un soutien de l’Etat AIP Covid-19 : les dons du gouvernement distribués aux populations et institutions de Bonoua AIP Football : le nouveau sélectionneur des éléphants souhaite le retour de Serey Dié en équipe nationale AIP Le comité de veille épidémiologique de Vavoua recherche des moyens logistiques pour la sensibilisation AIP Un agent de la SODECI meurt dans des conditions dramatiques à Bingerville AIP Covid-19 : Des vivres et des non vivres de PFO Africa à des communes AIP Covid-19 : les villages de Séguélon reçoivent des équipements de lavage des mains

Burkina/Huilerie: La SN Citec implore ‘’la justice fiscale’’ face à ses concurrents


  28 Janvier      44        Economie (8189), Finance (426),

   

Ouagadougou, 26 janv 2019, (AIB)- La société nouvelle huile et savonnerie (SN Citec) a appelé samedi, le gouvernement burkinabè à établir ‘’la justice fiscale’’ face aux importateurs d’huiles qui selon elle, ne paient pas la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).
«Nous demandons à l’autorité de rester ferme avec les huiles  au revoir Malaisie, au revoir Asie et d’appliquer l’entièreté des  textes à tous, quel que soit l’origine, de l’importation ou de la production», affirmé le directeur commercial(DC) de la SN Citec, Ibrahim Traoré.
M.Traoré s’exprimait samedi, à Ouagadougou au cours d’un déjeuner  regroupant des journalistes et des membres d’organisations des consommateurs.
Il a soutenu que pour chaque bidon vendu, la SN Citec prélève la TVA qu’elle reverse à l’Etat, contribuant ainsi au développement de l’économie burkinabè.
M.Traoré a mis en défi les journalistes, leur demandant de parcourir les principaux marchés et de trouver un seul commerçant qui applique la TVA sur «la facture normalisée», quand il s’agit d’huile importée.
«Nous demandons purement et simplement que la règlementation s’applique aux importations afin que la justice fiscale soit rendue et que le marché des huileries soit assaini au Burkina Faso», a-t-il requis.
Pour le Directeur commercial, malgré sa faible production (1/5 marché), la SN-Citec connait souvent des méventes à cause des importateurs qui vendent moins cher, car exemptés de TVA.
Aussi, il a réclamé que l’administration publique respecte la directive du Premier ministère, invitant  les gestionnaires à privilégier les huiles produites au Burkina Faso dans les commandes de marchés publics.
Ibrahim Traoré a également vanté les qualités nutritives de l’huile Savor, faite à base de graine de coton avant d’inviter les consommateurs à éviter les huiles importés car regorgeant selon lui, de beaucoup de cholestérol, propice aux maladies cardio-vasculaires et au cancer.
A cet effet, la responsable des ventes de la SN-Citec, Félicité Ouédraogo a brandi devant les journalistes, une certification de l’Association burkinabè de la normalisation, de métrologie et de qualité (ABNORM), délivrée le vendredi 25 janvier 2019,
D’après elle, ce certificat atteste que l’huile Savor est pour le moment, la seule produite au Burkina Faso et respectant toutes les normes.
Selon M. Traoré, cette confiance s’était déjà manifestée avec le Programme alimentaire mondial (PAM) qui a commandé en 2018 auprès de la SN-Citec, l’équivalent d’un mois de production.

no/ata

Dans la même catégorie