AIP Côte d’Ivoire/JIF 2019 dans le Bounkani: D’importants dons offerts aux groupements féminins AIP Un nouveau bureau MCC chargé de l’égalité entre les genres ouvert en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire/ Deux monuments en construction pour embellir Touba AGP Le Maroc sollicité pour la mise en place d’un Institut supérieur de formation agricole au Gabon AIP Côte d’Ivoire/ Un atelier sur le droit communautaire UEMOA à Abidjan AIP Côte d’Ivoire/ Des séances de dépistage du cancer du col de l’utérus à Yamoussoukro Inforpress Moradores de Cidadela vão pedir na justiça suspensão das actividades do posto de combustível da Enacol Inforpress Bolsa de Acesso à Cultura vai financiar mais 70 escolas e associações a nível nacional Inforpress Porto Novo: Rede de água contempla centena de famílias em Lombo Figueira, Ribeirão Fundo e Água das Caldeiras AIP La Première dame de Côte d’Ivoire appelle à l’accélération des réformes pour le développement du secteur privé et la promotion de l’entrepreneuriat féminin

Burkina/Putsch 2015 : Le témoin Younoussa Sanfo défend son rapport d’expertise


  19 Mars      24        Science (537), Téchnologie (921),

   

Ouagadougou, 19 Mars 2019 (AIB) – L’ingénieur informaticien Younoussa Sanfo qui a expertisé les téléphones et les ordinateurs des accusés du putsch de septembre 2015 et dont le rapport a été fortement critiqué par certains accusés, a déclaré lundi à la barre du Tribunal militaire,  que son travail a été professionnel.
«La justice militaire m’a confié la mission de récupérer toutes les informations en lien avec le coup d’Etat dans des téléphones, des ordinateurs et autres périphériques informatiques (…) appartenant aux accusés, de faire la corrélation d’information et de tout retranscrire dans un rapport. C’est ce que j’ai fait » a déclaré lundi  le témoin Younoussa Sanfo, expert en cyber criminalité.
Durant leur passage à la barre du Tribunal militaire de Ouagadougou, des accusés ont sévèrement critiqué  le travail de l’expert, qualifié de pur montage.
Ce lundi, le parquet militaire a demandé à l’expert s’il avait des « problèmes personnels » avec certains accusés. Ce dernier a répondu par la négative précisant qu’il « connait très peu de gens concernés par cette affaire ».
« Au cours des débats, certains accusés ont dit que les messages à leur attribués, n’étaient que le fruit de votre imagination. Avez-vous créé des messages ? » a de nouveau demandé le parquet militaire.
« Je n’ai pas à le faire, je suis un expert, j’ai une déontologie » a de nouveau répondu l’expert.
Selon Younoussa Sanfo, il est impossible de tripoter des données et d’avoir à la fin des preuves vérifiables.
« Quelle explication techniques donnez-vous par rapport au numéro du général Diendéré qui avait deux emails ? » a demandé le parquet militaire à l’expert.
Selon ce dernier, l’email, c’est l’identifiant du téléphone et chaque téléphone n’en a qu’une. « Si je mets mon numéro dans plusieurs téléphones, j’aurai plusieurs identifiants » a-t-il affirmé.
« Le général Diendéré nous a dit que c’est le même téléphone qu’il a utilisé avec la même puce » a renchéri le parquet militaire.
« Ce que les uns et les autres disent devant le Tribunal militaire, je n’ai pas à les contredire. Ma mission était claire et je l’ai accompli » a estimé l’expert.
Le parquet militaire a également demandé à l’expert quelle attitude a-t-il adopté face à la vie privé des propriétaires des documents expertisés.
Selon l’expert, son travail ne fait pas cas de la vie privés des propriétaires des documents expertisés car cela n’était pas nécessaire pour la mission qui lui était confiée.
Parmi les accusés qui contestent le rapport de l’expert, se trouve le lieutenant Jacques Limon qui estime que Younoussa Sanfo a « tripatouillé » sur le téléphone du capitaine Ousseni Zoumbri, les SMS qu’il a échangés avec ce dernier.
Au cours de son passage devant le Tribunal militaire en septembre 2018, le lieutenant Limon a déclaré qu’il fait l’objet d’un « complot » de la part du directeur de la Justice militaire, le colonel Sita Sangaré, du juge Ferdinand Ouédraogo et de l’expert informatique Younoussa Sanfo.
Et ce, parce qu’il aurait refusé de traiter favorablement, selon ses dires,  la facture de plus 347 millions de francs CFA de l’expert Sanfo lorsqu’il était le chef du secrétariat particulier du ministère en charge de la Défense.
Pour l’expert Younoussa Sanfo, ce sont des déclarations d’une personne devant un Tribunal. « Il a fourni des informations au Tribunal et c’est à ce dernier de les apprécier » a-t-il affirmé.
L’avocat des parties civiles Me Guy Hervé Kam, a demandé à l’expert Sanfo, s’il connaissait le lieutenant Limon au moment de l’exécution de sa mission.
Selon Younoussa Sanfo, c’est après avoir déposé son rapport, qu’un jour le lieutenant Limon l’a rendu visite et lui a tenu ses propos. « La hiérarchie militaire et la justice militaire sont favorables à un non-lieu de mon affaire mais ils disent que le problème, c’est vous l’expert ».
« J’ai dit au lieutenant Limon, le problème, ce n’est pas moi car j’ai déposé mon dossier et je ne suis plus lié à l’affaire » a affirmé Sanfo.
Me Guy Hervé Kam a alors demandé à l’expert s’il s’est déjà rendu au bureau du lieutenant Limon pour le voir comme ce dernier l’a déclaré.
« Je n’avais pas à le voir, j’ignorais son existence » a répondu celui-ci.
Appelé à la barre du Tribunal militaire, le lieutenant Jacques Limon se dit « déboussolé de la narration de Sanfo ». Selon lui, l’expert « a prêté serment mais dit des choses très graves ».
Le lieutenant Limon a expliqué au Tribunal que l’expert est venu dans son bureau un jour par rapport à un dossier de passation de marché qui était en cours de traitement.
Ils ne se sont pas compris sur le rythme de traitement du dossier que l’expert selon lui, trouvait long.
Moins de 30 minutes après son départ, c’est le colonel Sita Sangaré qui l’a appelé et qui est également passé le voir concernant le même dossier, a-t-il expliqué.
« L’expert Sanfo dit que vous êtes allé le voir. Est-ce vrai ? » a demandé Me Guy Hervé Kam à l’accusé.
« Je suis surpris qu’il dise cela alors que je ne connaissais pas chez lui » a répondu ce dernier.
Selon les dires du lieutenant Limon, c’est le colonel Sangaré qui l’a conduit chez l’expert Sanfo une nuit, dans le but d’aplanir leur différend sur le dossier de passation de marché.
Pour l’avocat de l’accusé, Me Mamadou Sombié, son client ne peut pas être jugé car son téléphone n’a pas été expertisé mais c’est plutôt celui du capitaine Zoumbri qui l’a été.
« Ce qui a été vu dans le téléphone du capitaine Zoumbri n’engage que ce dernier car il peut y avoir été mis par le génie de l’expert » a-t-il affirmé.
Pour Me Mamadou Sombié, le rapport de Sanfo est « un mauvais travail d’expertise ».
L’avocat de la défense s’est lancé dans une série de questions à l’expert dans le but de confondre ce dernier.
« A quel moment le montant de 347 millions de FCFA pour la passation de marché a-t-il été arrêté » a-t-il demandé à l’expert qui a répondu qu’il ne se rappelait pas.
« La somme devait servir à quoi ? » a relancé l’avocat et l’expert de répondre « c’était le contrat ».
« Le contrat est vaque, la somme devait servir à quoi » insiste Me Mamadou Sombié qui est stoppé par le parquet militaire venu à la rescousse de l’expert.
« Me Sombié, vous êtes incompétent à parler des questions de passation de marché ici » a déclaré le parquet militaire.
Selon le parquet, Me Sombié sait où se trouve la cour des comptes et l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption. Aussi, s’il estime que le marché est entaché d’irrégularités, qu’il saisisse qui de droit a-t-il affirmé.
De son côté, Me  Guy Hervé Kam des parties civiles a qualifié la défense du lieutenant Limon « d’indécente » et animée d’une volonté de jeter l’expert « en pâture ». « La défense a une stratégie malsaine » a-t-il déclaré.
Face aux propos de Me Kam, le lieutenant Limon estime que ce dernier n’est pas à la recherche de la vérité mais possède déjà sa vérité.
« Me Kam m’a déjà condamné, il a méprisé la déontologie de l’avocat » a-t-il déclaré.
L’audition de l’expert informaticien Younoussa Sanfo en tant que témoin, se poursuit ce mardi 19 mars 2019 au Tribunal militaire de Ouagadougou.
Agence d’Information du Burkina

Dans la même catégorie