MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) ANP Atelier de restitution des résultats du diagnostic participatif auprès des services techniques et partenaires AGP La BDEAC réaffirme sa volonté d’accompagner le Gabon AGP Guinée-CEDEAO : Conclave sur la mise en place d’un système de certification de personnes AGP Guinée-Agro-industrie : « Si les FAPA étaient maintenues, la Guinée serait auto suffisante aujourd’hui », dixit Pr Alpha Condé APS LES ACTEURS POLITIQUES DANS L’OBLIGATION DE DISCUTER DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES (DIOUF SARR) APS LA COMMUNE DE SANDIARA, UN BON ÉLÈVE DE « MARKETING TERRITORIAL », SELON OUMAR GUÈYE APS PACASEN : UNE ALLOCATION DE 149 MILLIONS CFA PRÉVUES POUR LES SIX COMMUNES BÉNÉFICIAIRES DE FATICK AGP Assassinat-Rouen/ Le Président Alpha Condé adresse ses condoléances à la famille Barry et au Peuple de Guinée suite à l’assassinat du docteur Mamoudou Barry

«Ce foutoir est pourtant mon pays », un livre qui exhorte à l’optimisme


  17 Février      37        Arts & Cultures (2594), Livres (310),

   

Brazzaville, 17 FEV (ACI) – L’écrivain congolais, M. Alphonse Chardin N’Kala, a déclaré, le 16 février à Brazzaville, qu’à travers son livre intitulé «Ce foutoir est pourtant mon pays», il voudrait faire passer un message d’optimisme face au monde d’aujourd’hui gangréné par la violence.

M. N’Kala a fait cette déclaration lors de la présentation et dédicace de son livre, sous le parrainage du Forum des Gens des Lettres (FGL), une association qui œuvre à la promotion de la littérature congolaise.

Publié pour la première fois en 2013 aux Editions Edilivre, en France, puis réédité en 2016 par les Editions «Les Lettres Mouchetées» à Pointe-Noire (Congo-Brazzaville), «Ce foutoir est pourtant mon pays» est un roman de 216 pages, subdivisé en 29 chapitres. Il est vendu à 10.000 FCFA.

Dans son livre, l’auteur essaie de rappeler au lecteur la mission d’une création littéraire, à savoir amener la société à se mirer, car l’histoire qu’il y conte se propose de démontrer combien cette dernière paraît déshumanisée.

Mongalé est une jeune femme. Elle regagne Bathi batuko, son pays natal, après un long exil. Son aspiration est légitime : reprendre le cours de sa vie interrompue par la guerre. Au détour d’une rue, elle retrouve Prince, le fils de son frère, le seul survivant de la famille. Mongalé et son neveu vont se raccrocher l’un à l’autre pour rassembler les pans de leur histoire faite d’absence de libertés et de toutes sortes de violences. Cependant, malgré leur martyre, l’enfant et sa tante parviennent à maintenir active la flamme de leur affection pour leur pays.

Selon le présentateur, en l’occurrence M. Obambe Ngakosso, l’écriture de M. N’Kala fonde sa force dans un style simple. «Dans un style limpide, l’auteur a construit un texte violent pour mieux évoquer les violences faites aux femmes», a-t-il souligné, ajoutant qu’il est impérieux d’exhorter les jeunes à lire l’œuvre de cet auteur, car elle est porteuse d’une philosophie susceptible de les amener à bannir la violence.

De l’avis de M. Dieudonné Moukouamou Mouendo, critique littéraire et enseignant à l’Université Marien Ngouabi (UMNG), l’auteur à réalisé une satire contre la violence en illustrant le tableau d’une société déshumanisée qui rappelle l’histoire du bourreau et de la victime. En cela, a-t-il indiqué, M. N’Kala recourt à des symboles pour susciter des images fortes qui rendent davantage réaliste son texte.

Présentant son roman comme une quête d’espérance en dépit du martyre de ses deux personnages centraux, M. N’Kala en a recommandé une lecture dénuée de toute allusion aux crises sociopolitiques congolaises. «Ne lisons pas ce livre en pensant au Congo, autrement nous nous égarerons dans de vaines interprétations», a-t-il indiqué au cours de l’échange.

M. Alphonse Chardin N’Kala est licencié en littératures et civilisations africaines. Journaliste et enseignant de carrière, il est directeur du département du livre de Pointe-Noire. Il est passionné de la culture, d’où ses publications, parmi lesquelles «Elégie Mayombe, compassion», une anthologie de poésie éditée en 2012 aux Editions LMI ; «Le cri intérieur», un recueil de poèmes paru en 2013 aux Editions Souvenirs, à Porto-Novo (Bénin). Il a coécrit «Pour Edith», un recueil de poèmes en hommage à Mme Edith Lucie Bongo Ondimba, publié aux Editions L’Harmattan, à Brazzaville (Congo). (ACI)

Dans la même catégorie