GNA Ministry lauds NGOs for their role in curbing illegal mining in Ghana GNA UN Refugee Chief calls for solidarity in response GNA Stakeholders sensitised on referendum on local governance ABP Le CEG d’Athiémé abrite le lancement départemental de l’examen du baccalauréat dans le Mono ABP Lydie Déré Chabi Nah lance la phase écrite du Bac à Natitingou ABP 1.059 candidats affrontent les épreuves écrites du Bac session de juin 2019 au centre du CEG1-Savè AGP Coupe nationale de Guinée : 9e trophée pour Horoya face au CIK MAP Mali : une mission conjointe ONU-UE attendue à Bamako AGP Guinée-Santé : ‘’ Plus de 300 cas de violences sexuelles enregistrés de janvier à juin 2019 et 90% des victimes ont moins de 10 ans ». Dixit Pr. Hassane Bah AGP Gaoual- : Travaux de traitement des points noirs sur la nationale Gaoual-Boké

CEDEAO: la résolution des défis sécuritaires passe par « le renforcement des capacités des Etats » (ministre)


Dakar, 12 mai 2016  -(APS) – La résolution des défis sécuritaires qui interpellent la sous-région oues-africaine passe par le  »renforcement des capacités des Etats membres » de la CEDEAO et l’amélioration de leurs instruments stratégiques, a soutenu, jeudi, le ministre sénégalais des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye.
 »La réponse efficace à ces différents défis sécuritaires reste, sans aucun doute, l’amélioration de la mise en œuvre de nos instruments stratégiques et le renforcement des capacités des Etats membres à y faire face individuellement et collectivement », a-t-il dit.
Il s’exprimait lors de la 36ème Session du Conseil de médiation et de sécurité de la CEDEAO. Le but de cette rencontre est l’examen du Mémorandum sur la situation politique et sécuritaire en Afrique de l’Ouest et l’évaluation de l’état de mise en œuvre des Mécanismes nationaux d’alerte précoce et de réponse (MNAPR).
Cette rencontre prépare le sommet de la CEDEAO qui va se tenir à Dakar le 4 juin et qui sera suivi de celui de l’UEMOA, le lendemain.
Mankeur Ndiaye a relevé les défis  »majeurs » qui interpellent la sous-région tels que  »la consolidation de la paix et de la sécurité, la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée, l’éradication de la pauvreté aux niveaux national et régional ».
Il rappelle également la nécessité de concilier la libre circulation des biens et des personnes avec l’impératif sécuritaire.
Mankeur Ndiaye souligne que l’autre défi qui interpelle la région est  »la transhumance pacifique du bétail ».  »La multiplication et la récurrence des conflits entre éleveurs et agriculteurs appellent de notre part une réflexion commune en vue de solutions multisectorielles globales », a-t-il dit.
Le ministre sénégalais en charge des Affaires étrangères est  »convaincu » que ces défis seront relevés et  »les progrès déjà accomplis seront consolidés et amplifiés ». Il s’est félicité des succès électoraux enregistrés l’année dernière dans certains pays et souhaité qu’ils se poursuivent cette année pour les scrutins prévus en Gambie, au Cap-Vert et au Ghana.
 »Malgré les menaces multiples et uniformes, notre organisation poursuit ses efforts en vue de la consolidation de la paix et de la sécurité dans notre région », a soutenu de son côté le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel Alain De Souza.
Toutefois, il a indiqué que des défis persistent et menacent la paix et la stabilité dans la région, et  »renforcent notre détermination à trouver des solutions définitives pour leur règlement ».
Il a salué la mis en place des systèmes nationaux d’alerte précoce et de mécanismes de réponses rapides qui sont opérationnels dans cinq pays pilotes : Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Libéria et Mali. Cespermettront à la commission  »d’être proactive dans la prévention et la gestion des crises (…) », a-t-il souligné.
SK/ASG

Dans la même catégorie