ANP Le Comité animations culturelles et loisirs offre un concert de remerciement GNA Ghana reports on progress of implementation of SDGs at 2019 HLPF GNA Minority Leader submits nomination forms for fifth term GNA Don’t sacrifice others in the name of media freedom, NMC urges journalists GNA NPP National Chairman hosts leadership of NPP Loyal Ladies GNA Final framework on Safe and Responsible Journalism to be ready in November ACP Les membres du FCC appelés au respect de la vision de leur autorité morale ACP L’installation des membres du bureau définitif du Sénat fixé au samedi 27 juillet ACP Un envoyé spécial du Président Félix Tshisekedi à Washington ANP Dosso : Lancement de la caravane nationale de présentation des lauréats en journalisme

Centrafrique: Alfred Poloko Taïnga reconnaît la fragilisation des entreprises nationales par les crises multiples


  22 Juin      49        Economie (24404), Entreprises (1271),

   

Bangui, 22 juin. (ACAP) – L’entrepreneur Alfred Poloko Taïnga a reconnu que les entreprises opérant en République Centrafricaine ont été fragilisées par près de trois décennies de crises, à l’ouverture des travaux de l’atelier sur le droit de l’Organisation pour l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique (OHADA) auxquels sont conviés les opérateurs économiques, lundi 22 juin 2015, à Bangui.
 
Organisé par la Chambre de Commerce, de l’Industrie, des Mines et de l’Artisanat (CCIMA), sur financement de la Banque Africaine de Développement (BAD), à travers le projet d’appui au renforcement des capacités de gestion économique et financière (PARCGEF), cet atelier vise à doter les opérateurs économiques en connaissance sur le droit de l’OHADA, à informer lesdits opérateurs sur leurs droits et devoirs et de les former sur le nouvel outil de travail édicté par OHADA.
 
M. Alfred Poloko Taïnga a estimé que les informations sur l’OHADA sont nécessaires aux opérateurs économiques centrafricains en vue de la relance des activités économiques en Centrafrique, et leur organisation ainsi que la gestion de leurs différentes entreprises.
 
« Il est important de sensibiliser les opérateurs économiques centrafricains du secteur informel de manière à ce que, progressivement, ils prennent conscience du traité de l’OHADA qui prévoit un certain nombre de règles dans l’organisation et le fonctionnement des entreprises », a avancé Alfred Taïnga Poloko.
 
Il convient de noter que cet atelier a regroupé une quarantaine d’opérateurs économiques membre de la chambre de Commerce, de l’Industrie, des Mines et de l’Artisanat, dont le facilitateur est le consultant national Césaire Richard Kpéou Kongoli.
 
François BIONGO / ACAP 

 

Dans la même catégorie