APS MACKY SALL À KAOLACK POUR LANCER LES TRAVAUX DE DRAGAGE DU PORT APS LE PNUD RÉITÈRE SON ENGAGEMENT POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE MAP Présidentielle en RDC: Report de la visite de la délégation africaine de haut niveau qui devait se rendre lundi à Kinshasa (communiqué) ABP « Un milliard de francs CFA pour soutenir l’écosystème du numérique au Bénin » dixit Mme Aurélie Adam Soulé Zoumarou ABP La santé des populations préoccupe une mission médicale chinoise à Lokossa MAP Attaque dans le Nord du Mali: au moins huit Casques bleus tchadiens tués AIP Côte d’Ivoire: Environ 4 T de drogue et 23 T de divers produits prohibés incinérés à Aboisso ANP 3 Nigériens primés pour leurs projets innovants ANP Appui de la BID de plus 10 milliards FCFA à la filière riz au Niger MAP Attentat de Nairobi: la police arrête la femme et le père du kamikaze

«Chaque artiste est libre dans son atelier et travaille sur le thème», dixit Charly d’Ameida


  8 Avril      41        Arts plastiques (71), Culture (1997),

   

Porto-Novo, 08 avril 2015 (ABP) – Dix jeunes plasticiens participent aux travaux d’un atelier de formation sur le thème «La liberté» au café cauris coquillages de Togbin, depuis le 1er avril dernier, dont une descente sur le site ce mercredi a permis de constater l’ambiance rayonnante de la rencontre.

Tous à table, regards tournés vers le formateur, Charly d’Almeida, les participants aux travaux de cet atelier de formation écoutent religieusement les orientations de leur aîné.

D’autres, curieux, posent des questions afin de tirer le maximum de savoirs au cours de la rencontre. La parole est libre au cours de cet échange, qui a connu la visite de trois plasticiens : Marius Dansou, Benjamin Déguénon et Rafiy Okéfolahan.

Ces derniers ont aussi enrichi les échanges à travers le partage des expériences avec les stagiaires. Ensuite, place a été faite aux travaux pratiques. Chaque participant est appelé à rejoindre son atelier de travail. M. Charly d’Almeida, dans le concret, parcourt chaque atelier afin d’apporter des orientations par rapport au travail de chacun.

Parfois, il amène le stagiaire à cerner certains angles dans son travail. Il va même loin en prenant le pinceau pour agir sur le travail du participant. Il aborde ainsi les difficultés au niveau des couleurs, l’application de la peinture et la préparation des toiles.

De même, le trio, Marius Dansou, Benjamin Déguénon et Rafiy Okéfolahan, essaye vaille que vaille d’apporter leur touche dans le travail de certains stagiaires. Des propositions constructives et des recommandations sont entre autres les grandes orientations qui ont meublé les travaux de la rencontre.

Selon M. Charly, chaque artiste est libre dans son atelier et travaille sur le thème. « Je vois autour de moi de belles couleurs et de belles formes expressives. On a encore deux ou trois jours, je crois que ça démarre bien, on leur laisse la main libre », a-t-il fait savoir.

Concernant l’orientation des œuvres réalisées sur le terrain, le formation précise qu’il visite chacun dans son atelier et regarde les tableaux. « S’il y a des incohérences, j’apporte de petites idées, je les oriente à se retrouver, à plus donner de l’équilibre au travail, au niveau couleurs et formes et profondeur», a –t-il justifié.

Initiée par le plasticien béninois Charly d’Almeida, via l’association Mibo, cette rencontre intervient pour permettre aux stagiaires de maitriser les nouveaux outils relatifs au métier des arts plastiques, suivant le concept dénommé «Cénacle expérimental ».

Eliane Aïsso, Sébastien Boko, Lionel Yamadjako, Joseph Dama, Achille Adonon, Pierre Ahodoto Mahoussi, Tossou Elon-m, Constantine Gbètoho , Bello Moufouli et Sika Da Silveira sont les dix (10) stagiaires identifiés pour suivre les travaux d’un atelier de formation autour du concept intitulé «Cénacle expérimental».

Au terme des huit (08) jours de cette rencontre, une journée portes-ouvertes sera effective afin de permettre au public de découvrir le travail des jeunes plasticiens le jeudi 09 avril prochain. Toujours dans le cadre de ce projet porté par l’association Mibo, une exposition est prévue à l’institut français du Bénin (IFB) le samedi 11 avril prochain.

RAD/TB

Dans la même catégorie