AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le Conseil régional du N’zi équipe 30 jeunes coiffeurs de Dimbokro AIP Côte d’Ivoire/ Une rencontre sur l’amélioration des pratiques dans l’enseignement du Français à San-Pedro AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La mairie de Yopougon projette la construction de salles de classes au primaire et préscolaire GNA Gov’t returns 40% of land acquired for diary farms in Danfa to original owners GNA Institute of Directors Ghana holds 3rd Excellence Awards GNA Voting for CPP is best value for real change—CPP AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Kong souhaite l’achèvement des chantiers de développement durant le quinquennat d’Alassane Ouattara AIP Côte d’Ivoire/ La mairie va réglementer la gestion des boues de vidange à San-Pedro AIP Côte d’Ivoire/ Un programme triennal de plus de 12 milliards FCFA pour le conseil de San-Pedro GNA Police recruits asked to desist from political discussions

Clôture à Bangui de l’atelier de vulgarisation sur la violence et harcèlement dans le monde du travail


  19 Octobre      10        Société (25354),

   

Bangui, 19 oct. (ACAP)-Madame Damala née Ouenzo Augustine, inspecteur principal de travail a déclaré samedi, 17 octobre 2020 à Bangui, lors de la clôture des travaux de atelier de vulgarisation que la violence et le harcèlement dans le monde du travail nuisent à la santé psychologique, physique et sexuelle du personnel.
Madame Augustine Damala a indiqué que la violence basée sur le genre (VBG) peut être définie comme tout acte nuisible contre la volonté d’une personne et qui est basée sur des différences entre hommes et femmes attribuées par la société.

L’inspecteur principal du travail Madame Damala a démontré qu’il y’a quelques formes de violence entre autres les violences physiques dont les effets sont visibles sur le corps, les violences psychologiques, lorsqu’une personne adopte une série d’attitudes et des propos qui visent à dénigrer et à nier la façon d’être d’une personne, les violences sexuelles (harcèlement sexuel, la prostitution forcée, viol, la pédophilie), et la violence émotionnelle.

« à l’instar de nombreux pays, les populations et notamment les femmes, et les filles de la République Centrafricaine souffrent des conséquences désastreuses de ce fléau qui sont pratiquées au sein des communautés », a rappelé Mme Damala Ouenzo .

Selon elle, la violence basée sur le genre est un sujet important qui nécessite une attention particulière et qu’il est important que chaque entité joue un rôle de sensibilisation, et veiller sur ces comportements et attitude qui sont à bannir.

Pour elle, en vue de prévenir et éliminer la violence et le harcèlement dans le monde du travail, chaque personne doit respecter, promouvoir et réaliser les principes et droits fondamentaux au travail à savoir la liberté d’association et la reconnaissance effective du droit de négociation collective.

Il faut rappeler que cet atelier de 72 heures à regroupé les points focaux genre du développement ministériels, les directeurs des ressources humaines des sociétés privées, les délégués du personnel, les centrales syndicales et le patronat.

Dans la même catégorie