ABP Plus d’un million de francs CFA offerts pour la réalisation d’un ouvrage de franchissement dans la ville de Djougou ABP Le Mouvement « le Réveil » réitère son soutien au PAG de Patrice Talon ABP Les enfants de zéro à quatorze ans du Couffo bientôt vaccinés contre la rougeole et la rubéole MAP Le Groupe BMCE Bank Of Africa lance officiellement sa nouvelle filiale OGS AGP Gabon: L’US approuve la reconduction de Moukagni Iwangou au gouvernement AIP Côte d’Ivoire / Des ouvrages scolaires offerts au collège moderne de Dembasso AIP Côte d’Ivoire/ Les résultats du championnat national de volleyball AIP Côte d’Ivoire/ Des paysans veulent réduire les feux de brousse à Oumé ATOP LA JEUNE CHAMBRE INTERNATIONALE /SECTION TOGO A EFFECTUE SA RENTREE SOLENNELLE ATOP APPUI AUX FEMMES ENTREPRENEURES AFRICAINES : LE PROJET « PLATEFORME 50 MILLIONS DE FEMMES AFRICAINES ONT LA PAROLE » LANCE

Clôture de l’atelier de formation sur des média sociaux


  7 Octobre      30        Téchnologie (882),

   

Bangui, 7 oct. (ACAP) – La Vice-recteur de l’Université de Bangui, chargée de la Recherche scientifique, Olga Yongo, a clos vendredi 5 octobre 2018 à Bangui les travaux de l’atelier de formation sur les réseaux sociaux sur le thème : « Construire et gérer une communauté en ligne ».

La Vice-recteur Olga Yongo a expliqué que cet atelier constitue en effet l’acte d’une coopération entre l’Agence Universitaire Francophone (AUF) et l’Université de Bangui, visant notamment la création d’un nouvel espace universitaire francophone.

Elle a invité les enseignants bénéficiaires de ces outils de communication à faire la restitution des connaissances acquises au sein de leurs départements respectifs.

Le formateur principal, Willy Achille Kuicheu, a indiqué que cette formation vient à la suite de la formation d’initiation aux outils du web 20 et celle sur la maitrise des techniques de mutation numérique.

Il a fait savoir que grâce à l’émergence des réseaux sociaux comme facebook, Whatsapp, Youtube etc., il y a des communautés qui se forment autour de ces réseaux, d’où l’intérêt de former des gens sur la gestion de ces communautés en ligne.

Pour Willy Achille Kuicheu, enseignant associé à l’ESSIC de Yaoundé II, les cinq jours de formation sur ces modules, ne sont pas suffisants pour permettre à tous les apprenants de disposer des mêmes aptitudes en informatique. Néanmoins, a-t-il dit, ils ont pu terminer la plupart du programme initialement prévu.

Il a par ailleurs émis le vœu de revenir en Centrafrique si l’Université de Bangui le sollicite pour former ses cadres aux techniques de documentation, de bibliothéconomie et sur l’usage des logiciels de gestion de bibliothèque.

Il convient de rappeler que ce sont au total 18 enseignants de l’Université de Bangui qui ont pris part à cet atelier.

Dans la même catégorie