AIP Le leader de l’opposition ougandaise rejette les résultats de l’élection présidentielle AIP Une mission de sensibilisation des parties prenantes sur les enjeux du PAPSE à Bouna AIP L’absence de centre culturel à Bouna constitue une difficulté pour les promoteurs de spectacle (Feature) AIP L’ONG Boby offre kits de vêtements aux nouveaux-nés et à l’école coranique de Gagnoa AIP Le gouverneur du District 403 A2 du Lions Club International effectue une visite de travail à Bouaké AIP Rétrospective 2020: Une nette amélioration au niveau du bitumage des voies dans la région du Tonkpi AIP Un bâtiment du groupe scolaire Libreville de Man décoiffé par le vent AIP Le préfet sortant de Kouto fait ses adieux à ses administrés AIP De nouvelles infrastructures annoncées à Sikensi (Conseil régional) AIP Législatives 2021: La candidature d’Assié Kouassi Marcel (RHDP) exigée par la jeunesse des cantons de Bouaké

Conakry/société: Des jeunes Toma contre toutes falsifications de l’histoire de la fondation de Macenta


  11 Janvier      9        Société (27366),

   

Conakry, 11 janv. (AGP)-Les jeunes Toma ressortissants de Macenta résidant à Conakry ont tenu une conférence de presse, samedi 09 janvier pour protester contre toutes falsifications de l’histoire de la fondation de leur préfecture.

Cette déclaration fait suite aux malheureux événements survenus dans cette localité lors de l’inauguration de la maison du patriarche les 26 et 27décembre dernier.

Des affrontements communautaires avaient causé la mort d’au moins 18 personnes selon des responsables sanitaires de la région de N’Zérékoré. Ces jeunes Toma réunis au sein d’une association regrettent et condamnent fermement ces actes de violences qu’ils qualifient de barbarie.

Dans une déclaration, leur porte-parole, Benjamin Guilavogui a reconnu la paternité de la ville aux Toma, autochtones et fondateurs de la préfecture de Macenta dont le nom même vient de la langue Toma, « Massata (chez le Roi) devenu par déformation Macenta. »

Toutefois, Benjamin Guilavogui invite tous les jeunes guinéens à signer un pacte de la paix et de développement pour freiner le repli identitaire dans le pays. A l’Etat guinéen, de poursuivre les enquêtes et aider dans le rétablissement de la vérité historique de la fondation de la ville.

Dans la même catégorie