AIP Côte d’Ivoire-AIP/ L’ONECI lance la distribution des nouvelles CNI à Touba AIP Côte d’Ivoire-AIP : bientôt cinq kilomètres de bitume dans la ville de Tengrela (Préfet) AIP Côte d’Ivoire-AIP/Le président de la jeunesse communale de Touba installé AIP Côte-d’Ivoire-AIP/ La fête nationale célébrée dans la sobriété à Bongouanou AIP Côte d’Ivoire-AIP/La Coopérative COOPAYAAF réalise un excédent de plus de 20 millions AIP Côte d’Ivoire-AIP/Le 60ème anniversaire de l’indépendance placé sous le signe du souvenir à Agboville GNA Western North NDC inaugurates campaign team GNA Actress calls for rebirth of film industry GNA Voter registration exercise peaceful and successful-EC GNA Children Believe presents PPE to Kasuliyili Health Centre

CONFEJES : « UNE VISION STRATÉGIQUE » EN PRÉPARATION POUR TRACER DE « GRANDES ORIENTATIONS »


  9 Décembre      15        Sport (3987),

   

Dakar, 6 déc (APS) – ‘’Une vision stratégique 2019-2069’’ est en
gestation pour tracer de ‘’grandes orientations’’ pour la Conférence
des ministres de la jeunesse et des sports de la francophonie
(CONFEJES), a annoncé, vendredi, à Dakar, son secrétaire général,
Bouramah Ali Arouna.

‘’Il s’agit d’avoir, à travers cette vision stratégique, une aptitude
d’adaptation pour faire mieux lors des cinquante prochaines années’’,
a-t-il expliqué.

Bouramah Ali Arouna prenait part à la cérémonie de clôture de la
célébration du cinquantenaire de la CONFEJES, en présence des
ministres des Sports de la Guinée, du Tchad et du Burkina Faso.

Selon lui, les dirigeants de l’organisation francophone sont en train
de réfléchir aux ‘’capacités de mobilisation’’ devant permettre à
l’Afrique d’avoir, pendant les prochaines compétitions
internationales, une ‘’participation massive et de qualité’’.

‘’Les Jeux [olympiques de la jeunesse] prévus au Sénégal en 2022 sont
un défi pour l’Afrique’’, et ‘’tous les pays africains doivent se
mobiliser pour en faire ‘’les Jeux d’Afrique’’ en termes de qualité
d’organisation et de participation, souhaite-t-il.

Selon Bouramah Ali Arouna, c’est l’une des raisons pour lesquelles la
CONFEJES a commencé à tenir des formations pour les directeurs
techniques nationaux féminins et des formations pour les entraîneurs
et arbitres officiels féminins. Ces formations vont servir à combler
les lacunes dans certaines disciplines en Afrique, selon le secrétaire
général de l’organisation francophone.

Les Jeux de la francophonie, prévus à Kinshasa en 2021, les Jeux
olympiques de la jeunesse de 2022 au Sénégal, et les Jeux olympiques
de paris 2024 ‘’interpellent tous les pays francophones’’, a ajouté M.
Arouna.

‘’Les résultats encourageants obtenus ces cinquante dernières années
doivent être relativisés, car le contexte qui prélavait au moment de
la création de la CONFEJES n’est plus le même’’, a souligné le
ministre sénégalais des Sports, Matar Ba.

‘’L’initiative prise à travers une vision stratégique 2019-2069 va
permettre à notre organisation de s’adapter aux nouveaux défis et
enjeux qui l’interpellent’’, a ajouté M. Ba.

Le directeur de l’Institut de la francophonie pour l’éducation et la
formation, Emile Tanawa, souligne, pour sa part, que les activités de
la cérémonie marquant les cinquante ans de la CONFEJES sont de
‘’grands moments de réflexion’’ pour poser de nouveaux jalons.

Selon lui, la direction de l’Organisation internationale de la
francophonie a pris l’initiative de faire de son mieux ‘’pour que les
efforts s’additionnent, afin de donner les meilleures perspectives
d’avenir à la jeunesse africaine et du monde entier’’.

‘’Nous devons travailler ensemble (…) à aller plus loin, mais le défi
qui nous mobilise est incarné par les jeunes garçons et les jeunes
filles’’, a-t-il lancé à l’endroit de la CONFEJES et de ses
partenaires.

L’organisation francophone a pour ‘’mission essentielle la promotion
de la jeunesse, des sports et des loisirs dans l’espace francophone.
Elle appuie efficacement les pays membres à travers ses corps de
métiers, pour en faire des vecteurs de développement et des remparts
sûrs contre l’obscurantisme, la léthargie, le sous-développement’’, a
dit Bouramah Ali Arouna.
AN/ASG

Dans la même catégorie