LINA ‘Augment Education Budget From US$42m To US$45m’ – Official Tells Lawmakers LINA Police Say Rep. Gray Off The Hook In Shai-Town Bar Assault Probe LINA Partners, MFDP Sign Land Administration Pilot Project LINA Pres. Weah Extols Iceland On National Day Observance MAP Le Moussem de Tan-Tan ouvre une fenêtre sur la richesse et la diversité de la culture du désert (M. Laaraj) MAP Le Maroc est prêt à ouvrir une nouvelle page de coopération avec le Salvador (M. Bourita) MAP Le Salvador se met du côté du reste du monde en retirant sa reconnaissance de la pseudo « RASD » (Président salvadorien) LINA Court Grants 5 CBL Former Officials Surety Bond LINA CDC Chairman Want Partisans Vote Opposition Out LINA Police Caution Frontpage Africa Newspaper, Other Media Outlets

Conférence annuelle du Comité régional Afrique-Moyen Orient de l’OICV/IOSCO: Appel à s’ouvrir sur une nouvelle ère de finance verte et durable


  30 Janvier      125        Economie (23921), Finance (3776),

   

Rabat, 30/01/2018 (MAP)- Les participants à la 40ème conférence annuelle du Comité régional Afrique-Moyen Orient (AMERC) de l’Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV/IOSCO), qui s’est réunie jeudi dernier à Rabat, ont souligné l’importance de s’ouvrir sur une nouvelle ère de finance verte et durable.

« Le potentiel qu’offrent les nouvelles activités économiques dans les domaines du développement durable et les défis de résilience climatiques nous imposent en tant que marchés de développer les outils nécessaire et de nous ouvrir sur une nouvelle ère de finance verte et durable, afin d’en saisir les opportunités et nous inscrire dans un trend international déjà en marche », ont-ils indiqué lors de cette conférence tenue sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Evoquant la mobilisation des sources additionnelles de financement des projets d’infrastructures, les intervenants, cités dans un document transmis mardi à la MAP, ont plaidé en faveur de la création de nouvelles classes d’actifs dédiés aux projets d’infrastructure, voire aussi pour les instruments de finance climatique et durable, avec un effort de standardisation et de simplification des procédures d’offre sur le marché et de la documentation d’information y afférente, lisibles et accessibles par les différentes communautés d’investisseurs.

La création de cette nouvelle classe d’actif devrait, d’une part offrir aux investisseurs à moyen et long terme, notamment les investisseurs institutionnels, un accès direct et élargi à des opportunités d’investissement dans ce type d’actifs, et servir, d’autre part, de stratégie d’exit par le biais des marchés des capitaux pour les développeurs de projets et financeurs notamment des premières phases de construction et d’opérationnalisation des projets, ont-ils indiqué lors de cette conférence placée sous le thème « le financement par le marché des capitaux en Afrique et au Moyen Orient : défis et opportunités ».

Concernant la problématique d’accès au financement pour les PME, les intervenants ont mis l’accent sur l’importance d’appréhender cette problématique dans le cadre d’une approche globale et intégrée, tout en capitalisant sur les avancées réalisées, notamment en termes de création de segments réservés à cette catégories d’émetteurs de titres, et de mise en place de cadres réglementaires et d’infrastructures dédiés.

Une telle approche intégrée, estiment-ils, doit être soutenue par la mise en place de produits innovants qui tiennent compte de la diversité des profils des investisseurs et de leurs attentes, ainsi que des spécificités institutionnelles et économiques propres à chacun des écosystèmes régionaux et tissus économiques.

Les conférenciers ont, en outre, relevé l’importance de l’intégration régionale des marchés et des enjeux de consolidation des partenariats régionaux, les opportunités liées à l’intégration régionale des marchés des capitaux en Afrique et au Moyen Orient étant indéniables.

Ils ont, toutefois, souligné qu’une intégration effective des marchés des capitaux ne pourrait se faire sans passer par une intégration économique large, avec la création de blocs économiques de masses critiques.

Il s’agit donc, pour eux, d’accélérer la formation de blocs économiques régionaux de masse suffisamment critique, en vue notamment d’augmenter la part des échanges inter-régionaux et d’améliorer de façon substantielle la part des investissements étrangers destinés aux pays de la région.

L’OICV compte plus de 200 membres, principalement des régulateurs et des institutions internationales, elle a pour mission d’élaborer des standards internationaux permettant d’assurer le bon fonctionnement, la transparence et l’intégrité des marchés financiers et la protection de l’investisseur.

L’AMERC est l’un des quatre comités régionaux constitués par l’OICV et qui centralise les questions régionales liées à la réglementation des valeurs mobilières dans la région Afrique/Moyen-Orient. L’AMERC regroupe les régulateurs des marchés financiers de la région. Il a été établi en 1992 par le comité des présidents de l’OICV lors de la conférence annuelle de 1992 à Londres.

Dans la même catégorie