APS FAN ZONE DE LA PROMENADE DES THIESSOIS : SOUS LES RAFALES D’AIR FRAIS, DES SUPPORTERS POUSSENT L’ÉQUIPE À LA VICTOIRE APS SENEGAL/DAGANA: 30.000 PERSONNES ONT DES DIFFICULTÉS D’ACCÈS À L’EAU POTABLE APS KALIDOU KOULIBALY :  »NOUS AVONS MONTRÉ DU BEAU JEU » MAP L’intégration régionale en Afrique reste « faible », selon l’IIRA MAP Plus d’un milliard USD de projets à financer au 7è Africa CEO Forum (organisateurs) LINA ALJA Urges Pres. Trump To Extend DED For Liberians In US ACP Bakambu envoie la RDC à la phase finale de la CAN 2019 ACP La stratégie « Mettre fin à la Tuberculose d’ici 2030 » reste la seule arme de la RDC contre cette maladie LINA New ‘Timing’ Reform Agreed At Freeport To Break Trade Barriers ACP Le Président Félix Tshisekedi encourage les Léopards

CONGO: FACILITER LA MIGRATION DE L’ANALOGIE VERS LE NUMERIQUE TERRESTRE


  27 Août      59        Innovation (317), Téchnologie (909),

   

BRAZZAVILLE, 27 AOUT (ACI) – Le gouvernement congolais a procédé le 26 août à Brazzaville à la signature d’un contrat de partenariat de fourniture d’équipements, de produits terminaux et services connexes avec la société StarTimes, en vue de faciliter la migration de l’analogie vers le Numérique Terrestre (TNT).

Cet accord a été paraphé du côté congolais par les ministres à la Présidence de la République, chargé de l’aménagement du territoire et de la Délégation générale aux grands travaux,  M. Jean Jacques Bouya, de la communication et des médias, chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, M. Thierry Moungalla, des postes et télécommunications, M. Hellot Matson Mampouya, avec  le vice-président de la société StarTimes, M. Guxun.

Intervenant à cette occasion, M. Bouya a indiqué que «nous visons l’appropriation du projet et de l’expertise pouvant permettre aux Congolais de maîtriser toutes formes de technologie afin que nous soyons dans le même diapason», interpellant leur partenaire à respecter  les causes requises et à former les jeunes congolais amoureux de la technologie à acquérir plus de connaissances.

«Nous avons pensé que la migration vers le numérique peut se faire d’une manière progressive, pourvu que nous tenons le bon bout et que nous fassions un partenariat «gagnant-gagnant», a fait savoir le ministre en charge de la Délégation générale aux grands travaux, expliquant ainsi le retard de la passation vers les TNT prévue initialement en juin dernier.

De son côté, le ministre Moungalla, a signifié qu’«il y aura comme partout dans le monde, un plan adopté par le gouvernement pour une acquisition des actifs d’équipements nécessaires à la réception du programme numérique ainsi que des facilités fiscales et parafiscales en importation et peut-être il devait arriver dans l’immédiat une subvention en vue de l’acquisition des décodeurs à l’ensemble de l’environnement».

Ce processus, a-t-il ajouté, met également en exergue l’amélioration de la loi 2001 sur la  liberté de la presse qui n’intègre pas le numérique.

Présentant le projet, M. Guxun a précisé que StarTimes est capable de fournir une solution complète intégrant, entre autres, la rénovation des stations de la télévision nationale et de la radiodiffusion,  la construction du réseau de transmission, la numérisation du centre de contrôle de diffusion et des  terminaux  de télévision numérique.

StarTimes et le gouvernement congolais, a-t-il souligné, créent une co-entreprise et lui confient le droit d’exploitation exclusif. Elle remboursera le prêt avec les revenus des services basiques d’abonnement. Cette co-entreprise  réalisera aussi une couverture de «200%» de TNT et de DTH à l’échelle nationale, soit la couverture de 100% de la population et du territoire, afin que tout le peuple congolais puisse jouir de la beauté apportée par la numérisation de façon égale.

Elle apportera également l’amélioration de la transmission du signal, le peuple congolais pouvant recevoir des chaînes de télévision en HD, et la capacité de chaînes atteindra 75 chaînes, ce qui rendra possible l’accès de toutes les informations du gouvernement au peuple. Ce projet a été cofinancé par les deux parties à hauteur de 20 millions de dollars. (ACI)

 

Dans la même catégorie