GNA PNC poised to giving Ghana a new look GNA Media have a crucial role in election 2020 – GJA President AGP Gabon: L’Institut Français du Gabon rouvre ses portes au public AGP Gabon/Justice: Les séminaristes édifiés sur le nouveau Code civil gabonais APS CANCERS DU COL DE L’UTÉRUS ET DU SEIN : 90% DES FILLES VACCINÉES À KAFFRINE APS HUIT NOUVEAUX CAS DE COVID-19 AGP Gabon: Délibération du BEPC et CEP à partir de ce dimanche 25 octobre AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-19: Don d’une Fondation à des structures du ministère en charge de la Santé AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020: Des postes téléviseurs et décodeurs offerts aux chefs de village du secteur Sud de Niakara AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020: Reprise des activités économiques à M’Bahiakro suite au couvre-feu

CONGO: LA SOCIÉTÉ IMMERGIS CAMEROUN CERTIFIE 16 CARTOGRAPHES


  30 Janvier      121        Société (24151),

   

Brazzaville, 30 janvier (ACI) – La société de cartographie Immergis Cameroun a certifié, le 30 janvier à Brazzaville, 16 cartographes formés aux techniques de collecte de données, dans le cadre de l’initiative ‘‘villes-ouvertes’’.

Au cours de de la restitution des résultats intermédiaires des travaux relatifs à cette initiative, les certifiés, parmi lesquels des étudiants, des cartographes et des agents de la mairie, ont reçu des certificats de fin de formation, après avoir participé depuis septembre 2019 aux principales activités menées par Immergis Cameroun à Pointe-noire et à Brazzaville.

Au cours de la présentation des résultats du projet, le directeur exécutif de Immergis Cameroun, M. Julien Cour, a fait savoir que parmi les activités réalisées, on compte la formation des étudiants de l’Institut Icam-Ua.

Selon lui, ces étudiants, ayant subi une formation sur les techniques de collecte de chargement des données sur Open Street Map, seront capables de cartographier les villes, en mettant en exergue la question préoccupante des érosions côtières, à savoir la cartographie communautaire qui a mis l’accent sur les vulnérabilités du genre face aux risques environnementaux.

Il a fait savoir qu’à ce niveau, les résultats partiels de ces activités sont déjà reportés sur la plateforme Openstreetmap. Ainsi, les certifiés seront capables de rendre la cartographie sur Josm et Open Street Map des ruelles, des avenues, des bâtiments administratifs et commerciaux, des rivières. De même, ils seront en mesure de réaliser un projet de cartographie de la ville de Brazzaville, en vue d’un plan d’intervention en cas de catastrophes pour faire des alertes à l’association congolaise de la géomatique.

«Un travail colossal a été réalisé grâce à l’implication de la population. Le résultat principal est la collecte des données. Les personnes impliquées ont été formées. Elles sont maintenant capables de collecter les informations dans leurs différents quartiers. D’ailleurs, nombreux d’entre elles ont postulé pour le recensement national», a fait savoir M. Cour.

Par ailleurs, il a révélé que certains quartiers périphériques de Pointe-Noire restent à cartographier. «On continue à former des cartographes dans chaque ville. Le travail de cartographie ne s’arrête jamais, d’où la nécessité de former la population afin qu’elle continue la collecte et la mise à jour des données. C’est un enjeu important. Le travail de la cartographie doit toujours continuer et ne pas s’arrête», a-t-il souligné.

Poursuivant ses propos, M. Cour a notifié que l’objectif des ‘‘villes ouvertes’’ est de collecter les données pour les politiques, les décideurs et les urbanistes. La gestion des villes est d’amener les populations à s’impliquer dans la collecte l’information, que ce soit dans les quartiers précaires, où vit le citoyen lambda. (ACI/Marlyce Tchibinda Batchi)

Dans la même catégorie