AGP Gabon/Agriculture: Les ministres de la CEEAC en conclave à Libreville AGP Gabon/Education: La CONASYSED réclame les travaux du dialogue social AGP Gabon: Les centrales syndicales des agents publics lancent un mouvement d’humeur MAP Côte d’Ivoire/présidentielle : un mort et des blessés dans des affrontements MAP Hausse de 51% des engagements de la BAD en faveur des Etats fragiles sur 2014-2019 MAP Gabon : découverte des plus hautes mangroves du monde atteignant 60 mètres ANP Lancement des travaux de construction de la cimenterie de Kao : Concrétisation d’un projet longtemps attendu ! APS LES CHANTIERS DE L’OMVG RÉALISÉS À 95 % À KAOLACK (SG) APS MATAR BÂ PARTICIPE À UN SOMMET INTERNATIONAL SUR LA LUTTE CONTRE LE DOPAGE GNA UN 75th Anniversary: Time for sober reflection

CONGO : LE CSLC APPELÉ À L’APPLICATION RIGOUREUSE DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES


  8 Octobre      12        Justice (896), Société (23929),

   

Brazzaville, 08 Octobre (ACI) – Les formations politiques ont suggéré, le 7 octobre à Brazzaville, au Conseil supérieur de la liberté de communication (Cslc) d’appliquer rigoureusement les textes réglementaires de la régulation de la communication pendant les élections, en veillant à l’accès libre et équitable de tous les partis politiques aux médias publics.

Cette suggestion a été faite lors des échanges entre le Cslc et  les partis politiques de la majorité présidentielle, de l’opposition et du centre. Au cours de cette rencontre citoyenne, les parties prenantes ont épinglé plusieurs difformités qui alourdissent les relations entre partis politiques au pouvoir et ceux de l’opposition ou du centre.

Parmi ces problèmes, figurent le déséquilibre constaté sur les antennes des médias publics, en ce qui concerne le traitement des informations politiques et les émissions. Selon certains représentants des partis de l’opposition, les activités organisées par les formations politiques de la majorité présidentielle occupent plus de plage sur les télévisions et les radios publiques, au détriment des autres.

Ils ont souhaité voir le Cslc jouer pleinement son rôle en veillant au traitement des actualités par les médias publics. Ils ont également déploré l’absence d’unité de vues entre les institutions appelées à œuvrer dans le même champ d’action.

Intervenant à cette occasion, le président du Cslc, M. Philippe Mvouo, a rappelé aux partis et aux groupements des partis que le  temps n’est pas pour battre campagne et il y a un temps pour travailler, pour servir le pays et pour poursuivre l’œuvre interminable de construction de la nation.

Il a également souligné que le Conseil a relevé l’exploitation pernicieuse des réseaux sociaux pour attaquer, dénigrer, déshonorer, dépersonnaliser les autres partis, inciter à la division et au repli ethnique et pour appeler à la violence, comme recours à tout changement.

En outre, il a déploré la violation constatée de certaines dispositions des lois. A titre d’exemple, il a cité la propension à demeurer permanent dans un état de campagne électorale qui se lit à travers des banderoles avec des effigies, des affiches aux messages de campagne et des posters géants sur les places publiques, le tout sur fond de campagne déguisée.

M. Mvouo a aussi appelé les acteurs politiques à entretenir une bonne communication, afin que l’élection présidentielle de 2021 soit une réussite.

Par ailleurs, se fondant sur la loi n° 15-2001 sur le pluralisme audiovisuel, il a exhorté au respect des trois périodes, à savoir la période hors électorale, la période pré-électorale et la période électorale.

Depuis le 11 août 2020, Le Cslc a entrepris des échanges avec les plateformes des partis politiques et les partis hors groupements sur le seul objet de la communication politique au Congo.

Dans la même catégorie