ACP L’épidémie d’Ebola dépasse le cap de 1900 cas au Nord-Est de la près de 10 mois après sa déclaration AIP Côte d’Ivoire/ Don de kits d’accouchement aux mamans de la maternité du CHU de Yopougon MAP La Chambre des représentants poursuit l’institutionnalisation de la coopération avec les parlements africains sur la base d’une diplomatie solidaire (M. El Malki) ACP RDC: Les travaux de réparation des dragues d’Inga presque terminés, selon l’Ir Ngoyi AIP Côte d’Ivoire-PS Gouv 2019-2020/ Les villes doivent se soutenir dans leur développement (Ministre) ACP RDC: Trois missions d’observation électorale recommandent la révision de la loi électorale MAP Attaque contre une église dans le nord du Burkina Faso: trois morts ACP RDC: La DGM accorde deux mois aux étrangers en séjour irrégulier en RDC pour se mettre en ordre AIP Côte d’Ivoire/ Célébration éclatée des festivités socio-culturelles dans les maternelles de l’IEP de Niakara ACP Entrée en fonction du chef de la maison civile du Président de la République

CONGO : Le projet cab connecte 11 établissements de l’UMNG en fibre optique


  3 Janvier      23        Société (49134), Téchnologie (937),

   

Brazzaville, 03 JANV (ACI) – Le projet Central African Backbone (CAB) a livré provisoirement l’interconnexion en fibre optique pour les 11 établissements de l’Université Marien Ngouabi (UMNG), afin de permettre une gestion numérique intégrée de la scolarité.

Réceptionnée par le vice-recteur de cette structure universitaire,M. Jean Morille Wouamba, cette interconnexion va également aider à la gestion des examens et concours ainsi qu’à une gestion quotidienne de la gouvernance de cette alma mater afin d’améliorer et d’accroître son efficacité.

Selon M. Wouamba, seule la grande bibliothèque bénéficiait de l’internet. Au regard de ce fait, la société Congo télécom et Burotop sont venus remédier à cette situation. Cette interconnexion, a-t-il
dit, est bien appréciée par les chercheurs et les étudiants de l’UMNG. Tout en exprimant sa gratitude au gouvernement, au ministre de l’enseignement supérieur et aux partenaires, il en a appelé au bon
usage du système d’information mis à la disposition du public.
Au cours de cette cérémonie, M. Wouamba a procédé à la lecture du procès-verbal signé avec le coordonnateur national du projet central African Backbone, M. Yvon-Didier Miéhakanda, à titre de soutien de la modernité à l’UMNG.
Pour sa part, le ministre de l’enseignement supérieur, M. Bruno Jean Richard Itoua, a relevé que l’accès à l’internet et tous les autres services qui seront offerts par cette interconnexion devront faire d’elle la référence en matière de gestion au Congo.
La mise à la disposition de cet outil à l’UMNG est un maillon important pour l’amélioration de la gouvernance et la simplification de certaines procédures de gestion universitaire, a-t-il fait savoir.
«Dès mon arrivée à la tête de ce département en 2016, j’ai fait du numérique mon cheval de bataille, car nous sommes tous conscients que pour être efficaces et compétitifs, nous devons nous tourner vers un enseignement de qualité», a-t-il indiqué.
Pour M. Itoua, plusieurs défis sont à relever à l’UMNG, entre autres, l’accès en temps opportun à la production des connaissances, l’accès à l’information, la modernisation de la transmission des
connaissances, la conservation des connaissances dans les outils les plus modernes, la publication des livres, cours ou autres ouvrages dans lesquels les connaissances sont stockées et consultables.
Il a précisé que le numérique est aujourd’hui, dans les faits, au centre de l’enseignement supérieur, car il s’avère être un outil incontournable. Il intègre aussi les objectifs du projet TIC’SUP sur la numérisation de l’enseignement supérieur, qui est une partie invisible, mais combien importante pour véhiculer tout le contenu nécessaire, a-t-il poursuivi.

D’après M. Itoua, plusieurs actions sont encore à réaliser, entre autres la mise en place du système d’information du ministère de l’enseignement supérieur, le développement d’un portail web de gestion des orientations, l’aménagement, l’équipement et l’installation des salles multimédias à l’UMNG.

S’agissant de l’entretien de l’interconnexion, il a appelé à la contribution de tous, à savoir les chercheurs, les étudiants et les non enseignants. «Le pays doit tirer profit des investissements qu’il réalise. En effet, quand l’Etat accorde un financement qui améliore les conditions de travail d’un étudiant, c’est bel et bien un investissement qu’il réalise», a-t-il déclaré, ajoutant que dans toute politique d’investissement, il est normal que le pays en attende un retour.

Pour sa part, M. Ibombo a fait remarquer que la mise en œuvre de ce réseau d’interconnexion est une phase cruciale d’un vaste programme entrepris à travers le projet CAB en partenariat avec la Banque mondiale (BM), dans le but de répondre efficacement aux besoins de plus en plus croissants en connectivité en milieu académique.
«L’ambition du gouvernement, prescrite dans la ‘’Marche vers le développement, Allons plus loin ensemble’’, demeure d’améliorer le quotidien des Congolais en démocratisant l’accès à l’internet et en
offrant des contenus éducatifs de qualité. Nous continuerons ainsi à ne ménager aucun effort pour veiller à ce que les étudiants, les enseignants et les chercheurs des onze instituts de l’UMNG soient au centre de la valorisation et de la promotion de cette infrastructure de croissance», a expliqué M. Ibombo.

Entre autres avantages de cette interconnexion, la possibilité de mettre en place un système d’information et de gestion intégrée de l’enseignement supérieur et de recherche, ce qui optimisera la
création du tableau de bord susceptible de fournir des informations en temps réel sur la situation du personnel de l’enseignement et de la recherche, d’autoriser l’organisation des vidéoconférences entre
établissements et de faciliter le partage des ressources stockées dans les bibliothèques numériques, des données et des ressources informatiques, a-t-il fait savoir.

Il s’agit également de permettre la création d’une plateforme d’échanges et de collaboration entre les universités, les centres de recherche, et l’organisation des cours à distance, ouvrant ainsi une
fenêtre sur le reste du monde grâce à l’internet de haute qualité, a conclu M. Ibombo.

Interrogés sur les avantages de cette interconnexion, quelques étudiants se sont dits satisfaits, car elle va leur permettre d’approfondir leurs connaissances dans divers domaines. Par ailleurs,
ils ont émis des inquiétudes quant à la facturation.

Dans la même catégorie