APS 31 MILLIARDS MOBILISÉS POUR LES CENTRALES SOLAIRES DE KAÉL ET KAHONE AGP Sénégal : la BAD soutient un projet de « valorisation des eaux » pour le développement des chaînes de valeur agricoles avec plus de 60 millions d’euros AGP Guinée/Economie : 5.000 tonnes de poissons disponibles pour la période de repos biologique à Sonit-Pêche ANGOP L’Angola prêt à empêcher une éventuelle propagation du virus Ebola ANGOP L’Angola appelle à un débat permanent sur le flux illicite d’armes en Afrique GNA Forum of Heads of Girl’s SHS holds 2019 Summer Camp GNA Addressing campus unrest: administrators key to ensuring stability GNA Honour your tax obligations—Oxfam Ghana AGP Boké-Environnement : Le Réseau-Environnement-Bauxite reboise les alentours du Gouvernorat AGP Boké-Société : Le président des transporteurs miniers pour la préservation de la paix

CONGO: LES MINISTRES MOUGANI ET BOUYA FAVORABLES A LA TENUE D’UNE CONFERENCE D’AFFAIRES AUX USA


  8 Avril      61        Economie (24395), Entreprises (1271),

   

BRAZZAVILLE, 08 AVRIL (ACI) – Les ministres Jean Jacques Bouya et Yvonne Adélaïde Mougany, respectivement de l’aménagement du territoire et de la Délégation Générale aux Grands Travaux et des petites, moyennes entreprises et de l’artisanat, se sont dit la semaine dernière à Brazzaville, favorables à la tenue d’une conférence d’hommes d’affaires américains et congolais prévue pour le mois de mai à Washington, à l’initiative de l’ONG américaine «Business Council for International Understanding», ( BCIU).

A l’issue de la séance de travail le 3 avril dernier avec les membres de la délégation du BCIU, Mme Mougany a dit que «cette conférence permettra aux opérateurs économiques congolais d’être en contact avec leurs homologues américains qui désirent investir dans notre pays».

«La tenue de cette rencontre est une manière de mettre en œuvre les résolutions de la conférence Etats-Unis d’Amérique-Afrique, tenue l’année dernière à Washington», à l’initiative du Président américain, M. Barack Obama a ajouté la ministre, indiquant qu’«il y a des hommes d’affaires du secteur privé congolais qui remplissent les critères pour participer à cette conférence».

Mme Mougany est, en outre, revenu sur le principe de l’AGOA qui a été retenu à la conférence USA-Afrique. «Ce n’est pas seulement les produits fabriqués par des entreprises africains qui vont aller aux USA, mais aussi la possibilité pour les investisseurs américains de produire ici pour le marché américain, étant donné qu’ils sont mieux placés par rapport à la connaissance des goûts et des besoins des consommateurs américains en termes de critères et de qualité».

De son côté, le chef de la délégation du BCIU, M. Rodney Mac Alister a déclaré qu’«un groupe de représentants du Congo agira en tant qu’ambassadeurs d’affaires et vont présenter leurs pays aux ambassadeurs américains, afin d’attirer leur attention sur le Congo».

Au sortir d’une séance de travail avec le ministre Bouya, le chef de la délégation a notamment dit que «nous avons reçu un soutien très actif du ministre», ajoutant «qu’il s’intéresse à nos activités».

M. Alister s’est dit optimiste quant à la participation des investisseurs congolais à la prochaine conférence de Washington. «Il y a un bon nombre d’ambassadeurs qui pourront voyager et présenter votre pays devant les audiences américaines», a-t-il notamment indiqué.

La délégation du BCIU qui a séjourné au Congo du 25 mars au 4 avril, s’est dite comblée de l’attention que les autorités congolaises ont donnée à leur mission. «Nous partons avec une impression d’avoir visité un pays qui a beaucoup de potentialités», a déclaré M. Alister qui a apprécié les nombreuses opportunités d’affaires que le Congo regorge. Il a, pour ce faire, promis de travailler en «forte collaboration avec les forces politiques et économiques du Congo».

Hormis la tenue de la conférence de Washington, les membres du BCIU ont, au cours de leur séjour, discuté avec les autorités congolaises de la création d’un fonds d’investissement pour la promotion des petites et moyennes entreprises congolaises.

A propos de ce fonds, le ministre d’Etat, en charge du développement industriel et de la promotion du secteur privé, M. Isidore Mvouba, qui a également eu une séance de travail avec ces investisseurs américains, a dit que «ce projet est arrivé à point nommé. Car, parmi les goulots d’étranglement que connaissent les PME dans le pays, il y a le lancinant problème de l’accès au financement».

Le ministre Mvouba qui qualifie ce fonds de «financement innovant», a rassuré ses interlocuteurs que «le ministère du développement industriel et de la promotion du secteur privé sera le grand compagnon du BCIU pour que nous créons un écosystème des PME dans notre pays qui soit l’aboutissement d’un développement inclusif et compétitif».

Appréciant ce fonds, Mme Mougany a indiqué que «c’est une démarche que nous appelions de tous nos vœux, face aux difficultés d’accès aux financements du crédit pour les PME». Elle a ensuite relevé «qu’un fonds d’investissement américain qui a déjà fait ses preuves et qui vient s’installer chez nous est une bonne chose dans le cadre de la diversification des partenaires».

Pour la ministre des PME, «ce fonds est une opportunité de pouvoir mettre en phase la vision du Chef de l’Etat, M. Denis Sassou-N’guesso de diversifier l’économie congolaise, vision déclinée dans son projet de société, «Le Chemin d’Avenir et transposer dans le programme national de développement».

«Le fonds d’investissement américain donne la possibilité à ceux qui veulent investir d’abord dans le fonds lui-même, en tant qu’actionnaires et à ceux qui veulent ensuite utiliser les ressources de ce même fonds, de développer leurs activités», a renchéri la ministre des PME, souhaitant que dans l’avenir les investisseurs d’autres pays viennent aussi investir au Congo.

La délégation du BCIU a séjourné au Congo à l’invitation du Programme d’Appui à la Diversification de l’Economie (PADE) qui est un projet mis en place par le gouvernement congolais, avec l’appui de la Banque Mondiale et qui bénéficie de la contribution de la Banque Africaine de Développement (BAD).

L’objectif du PADE est de faire la promotion du secteur privé par l’accroissement des investissements dans les secteurs non pétroliers prioritaires. Il s’agit spécifiquement d’attirer les investisseurs privés nationaux et internationaux dans les chaînes de valeurs. Pour atteindre cet objectif, le PADE a identifié un certain nombre de pays dans lesquels les investisseurs accordent un intérêt pour le Congo et parmi ces pays, figure les Etats-Unis d’Amérique (USA), souligne-t-on.

Dans la même catégorie