AGP Gabon/Marathon du Gabon: La 8ème édition reportée en 2021 ANP La Commission Régionale Eau et Assainissement de Dosso tient sa première session ordinaire pour l’année 2020 ANP Niamey : célébration de la journée mondiale de lutte contre le Sida sous le thème ‘’solidarité mondiale et responsabilité partagée’’ MAP M. Bourita: Il est temps pour la Politique européenne de voisinage d’évoluer MAP COVID-19: Le commissaire européen à l’élargissement et à la PEV pour un plan économique détaillé de partenariat Maroc-UE GNA PCs turnouts for debate not encouraging – NCCE GNA Vote massively for NPP in the December polls-Addai GNA Over 1,644 voters in E/R to take part in December 7, elections GNA Impressive turnout characterises special Voting at Nkoranza GNA Residents of Sefwi-Anhwiaso demonstrate against Chinese illegal Mining activities

CONGO : QUINZE FEMMES VULNÉRABLES FORMÉES SUR DES MÉTIERS GÉNÉRATEURS DE REVENUS


  30 Octobre      51        Société (25497),

   

Brazzaville, 30 Octobre (ACI) – Quinze femmes vulnérables ont reçu, le 30 octobre à Brazzaville, des kits d’installation pour la création des activités génératrices de revenus, à l’issue d’une formation dans les métiers de couture, de coiffure, de pâtisserie et de maraîchage.

Composé entre autres de machines à coudre, de sèche-cheveux, de fours de cuisson, ces lots de matériels offerts à ces femmes qui élèvent seules leurs enfants, dont 11 à Brazzaville et 4 à Pointe-Noire, leur donneront l’impulsion nécessaire au démarrage des activités génératrices de revenus.

Organisée par le Réseau des intervenants sur le phénomène des enfants en rupture (Reiper), en collaboration avec l’Union européenne (Ue) et le ministère en charge des Affaires sociales, cette formation de 12 mois s’est inscrite dans le cadre du projet d’Appui au développement des actions de prévention et d’assistance aux enfants vulnérables (Adapaev).

Cofinancé par l’Ue à hauteur de 348 mille euros, soit 228 millions de Fcfa, ce projet contribue à améliorer les conditions des enfants en situation de précarité, a fait savoir le premier conseiller, chef de coopération de l’Ue au Congo, M. Karl Rawert.

«Être une femme cheffe de famille qui exerce une activité génératrice de revenus, n’est pas seulement détenir la capacité financière de subvenir aux besoins de son foyer. C’est être capable de transmettre des compétences et de promouvoir la valeur du travail», a-t-il poursuivi.

Il a rassuré que son institution va continuer à insister sur la nécessité de garantir l’égalité des sexes, d’assurer l’émancipation des femmes et de faire en sorte qu’elles puissent bénéficier de l’ensemble des droits et libertés fondamentales de l’Homme.

Représentant la ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, le conseiller aux affaires sociales, M. Florient Niama, a encouragé toutes ces femmes qui ont accepté de se lancer dans cette aventure. Il les a invitées à plus de détermination et d’abnégation.

«C’est un pas décisif que vous avez accepté de franchir. Il faut tenir bon, car il est facile de recevoir un tel appui, mais si on ne s’accroche pas, il est aussi facile de retomber dans la vulnérabilité», a-t-il ajouté.

«Nous remercions les initiateurs de ce projet pour leur soutien. Maintenant que nous avons fini la formation, chacune de nous va ouvrir son atelier. Nous sommes vraiment satisfaites de ce que le Reiper a fait pour nous», a dit Mme Laurette Octavie Matsimouna, au nom de toutes les femmes bénéficiaires.

Créé en 2003, le Reiper est un réseau d’associations qui s’occupent des enfants en difficulté, a-t-on noté.

Dans la même catégorie