AIP L’AIP remporte deux prix au Grand Prix FAAPA 2021 AIP La journée de l’entreprenariat féminin célébrée à Abidjan APS LES INVESTISSEMENTS DES ENTREPRISES CHINOISES EN AFRIQUE ESTIMÉS À 43 MILLIARDS DE DOLLARS EN FIN 2020 (LIVRE BLANC) AGP Guinée/Éducation : Pierre Kolié, 5ème de la République en sciences expérimentales au bac unique session 2020 plaide pour une bourse d’études à l’étranger AGP Guinée/Transition : Compte rendu du Conseil des Ministres AIP La Côte d’Ivoire s’offre 836 400 doses de vaccin Sinopharm pour lutter contre le covid-19 AIP La Suisse et la Côte d’Ivoire signent trois accords en matière de migration à Berne AIP Plus de 200.000 orphelins du Sida attendent d’être pris en charge en Côte d’Ivoire AIP Le Festival de l’électronique et du jeu vidéo d’Abidjan innove avec les Gaming Awards MAP Dakar: clôture de la 8e réunion du Conseil exécutif de la FAAPA par l’adoption du Plan d’action pour l’année 2022

Congo : Vers la probation et la vente des pesticides dans le pays


  21 Octobre      39        Economie (13736),

   

Brazzaville, 21 Octobre (ACI) – Les acteurs de la filière phytosanitaire ont échangé, le 20 octobre dernier à Brazzaville, sur la nécessité d’homologuer l’usage et la vente des pesticides en République du Congo.

Ils ont eu cet échange au cours d’un atelier de renforcement du processus d’homologation des pesticides, dont l’objectif a été d’examiner les données scientifiques complètes qui montrent que le produit est efficace pour les usages prévus et ne présente pas de risques excessifs pour la santé humaine, animale ou pour l’environnement.

«Le pesticide, peu importe sa nature, doit d’abord être reconnu par les organismes habilités avant sa vente. L’agriculture est l’un des piliers de la diversification de l’économie congolaise et le besoin d’homologation devient une urgence, car selon l’Oms, en moyenne 500 personnes meurent par année à cause de l’intoxication due aux pesticides. Nous tendons vers l’interdiction des pesticides non homologués par le Comité des pesticides d’Afrique centrale», a expliqué la directrice de la Protection des végétaux au ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Mme Alphonsine Louhouari.

Le processus d’homologation des pesticides, a-t-elle fait savoir, se compose d’un certain nombre d’étapes qui se font généralement en quatre phases, à savoir la pré-homologation, l’homologation, la post-homologation et l’examen des homologations existantes. Il engage aussi souvent de nombreuses étapes et mesures, aussi bien pour le demandeur de l’homologation que pour l’autorité d’homologation. Cela va de la présentation initiale de la demande par le demandeur jusqu’à la décision finale d’homologation par le registre des activités ultérieures de suivi par les deux entités.

Pour sa part, le directeur général de l’Agriculture, M. Paul Raphaël Ongouala, a rappelé que «l’importance des pesticides dans le monde n’est plus à démontrer. Mais, il est important de rappeler qu’ils sont dangereux et possèdent tous, à des degrés différents, un potentiel de toxicité qui peut affecter les animaux, les végétaux, les humains et l’environnement. Dorénavant, les acteurs doivent soumettre leurs produits à l’homologation avant leur mise sur le marché».

Toutefois, a-t-il précisé, un minimum d’étapes devra généralement être suivi pour s’assurer que la demande d’homologation est gérée efficacement et correctement, que l’évaluation est menée de façon normale et que les décisions sont prises de façon transparente.

Les pesticides regroupent les substances chimiques destinées à repousser, détruire ou combattre les ravageurs et les espèces indésirables de plantes ou d’animaux qui causent des dommages aux denrées alimentaires et aux produits agricoles, a-t-on appris.

Dans la même catégorie