GNA One dead, three injured in Volta Region secessionist disturbance AIP Visite d’Etat dans la Marahoué : Plaidoyer pour un appui technique et financier aux femmes du vivrier de Zuénoula AIP Alassane Ouattara invite les jeunes au travail pour consolider la paix AIP Identification: Le DG de l’ONECI à Bouaké pour s’enquérir de la situation de l’opération sur le terrain AIP Le secrétaire d’État chargé du service civique vante les mérites de son département AIP Des blogueuses se forment à la prévention des discours de haine sur les réseaux sociaux AIP La coordination RHDP du Kabadougou lance sa précampagne AIP Deux comités de veille et de prévention des conflits installés à Bondoukou APS DES JEUNES PÉPITES DE LA CAN U17 COMMENCENT À QUITTER LEUR NID APS BAISSE DE PLUS DE 50 % DES NOUVEAUX CAS DE COVID DANS AU MOINS 6 PAYS AFRICAINS

Congo/Décès : Dernier hommage à l’artiste Nganga Édo


  22 Juillet      27        Société (23113),

   

BRAZZAVILLE, 22 JUIL (ACI) – Un dernier hommage a été rendu, le 22 juillet à Brazzaville, à l’artiste musicien Edouard Nganga alias Édo, co-fondateur de l’orchestre ‘’Les Bantous de la capitale ».
Dans son oraison funèbre, le ministre de la Culture et des arts, M. Dieudonné Moyongo, a témoigné profondément de la reconnaissance du pays pour la contribution de l’illustre disparu au rayonnement de la musique congolaise.
Faisant le portrait de l’artiste, il a mis en lumière quelques unes de ses chansons phares parmi les 205 titres de son répertoire. À son avis, il faut réserver une place de choix à ‘’Aimé wa bolingo », une chanson devenue intemporelle, qui est parvenue à convaincre les cœurs des mélomanes et des chroniqueurs de musique.
A en croire M. Moyongo, à travers les titres mémorables comme ‘’Mama Celina » et ‘’Kota na direction », le compositeur a aussi décrit la femme congolaise en tant qu’actrice de la vie publique.
Au plan social, a-t-il poursuivi, cette icône de la musique congolaise a toujours su garder une diversité et une intelligence qui l’ont permis de prodiguer des conseils éclairés à la nation.
« L’effet que me fait sa disparition est celui d’un baobab qui tombe. J’étais encore un enfant lorsque mes parents assistaient souvent aux cérémonies de musique. À la maison, nous avions une radio qui jouait la musique en permanence, et j’entendais souvent les chansons des grands artistes, dont celles de Nganga Édo », a témoigné M. Henri Gilbert Adampot, saxophoniste de l’orchestre ‘’Les Bantous de la capitale, ajoutant qu’il a eu l’occasion de connaître l’illustre disparu lorsque qu’il a intégré ledit ensemble.
« Aujourd’hui, je suis très triste du fait qu’il ne soit plus avec nous. De son vivant, il insistait sur la pérennisation de ce groupe musical, raison pour laquelle il appelait les nouveaux jeunes recrutés à suivre ses consignes pour assurer l’existence de l’orchestre», a-t-il poursuivi.
À l’occasion de cette cérémonie d’hommage, l’orchestre ‘’Les Bantous de la capitale » a interprété quelques chansons phares de l’artiste, parmi lesquelles ‘’Aimé wa bolingo ».
Cette cérémonie a connu la participation de plusieurs personnalités, entre autres le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, M. Henri Djombo, représentant le Chef de l’Etat congolais, M. Denis Sassou-N’Guesso ; le ministre en charge des Affaires étrangères, M. Jean-Claude Gakosso ; le ministre de la Culture et des arts de la République démocratique du Congo (Rdc) et l’ambassadeur de France au Congo.
Décédé le 7 juin dernier à Brazzaville, après une carrière de près de 67 ans, l’artiste Nganga Édo est né le 27 octobre 1933 à Léopoldville, actuelle Kinshasa. Le 15 août 2019, il a été élevé par le Chef de l’Etat congolais à la dignité de Commandeur dans l’ordre du mérite congolais, a-t-on noté.
L’artiste Nganga Édo a été membre du Parti congolais du travail (Pct). Il a travaillé, entre autres, à la Société nationale des pétroles du Congo (Snpc). Il a aussi été conseiller au ministère de la Culture et des arts, sous l’administration de M. Jean Claude Gakosso. Jusqu’au moment de sa disparition, il a été chef de quartier Makazou, dans le 7ème arrondissement, Mfilou, a-t-on rappelé.

Dans la même catégorie