GNA One dead, three injured in Volta Region secessionist disturbance AIP Visite d’Etat dans la Marahoué : Plaidoyer pour un appui technique et financier aux femmes du vivrier de Zuénoula AIP Alassane Ouattara invite les jeunes au travail pour consolider la paix AIP Identification: Le DG de l’ONECI à Bouaké pour s’enquérir de la situation de l’opération sur le terrain AIP Le secrétaire d’État chargé du service civique vante les mérites de son département AIP Des blogueuses se forment à la prévention des discours de haine sur les réseaux sociaux AIP La coordination RHDP du Kabadougou lance sa précampagne AIP Deux comités de veille et de prévention des conflits installés à Bondoukou APS DES JEUNES PÉPITES DE LA CAN U17 COMMENCENT À QUITTER LEUR NID APS BAISSE DE PLUS DE 50 % DES NOUVEAUX CAS DE COVID DANS AU MOINS 6 PAYS AFRICAINS

Congo/Éducation : Sept millions de dollars pour un appui accéléré dans ce secteur


  28 Juillet      5        Education (3549),

   

BRAZZAVILLE, 28 JUIL (ACI) – Le Partenariat mondial pour l’éducation (Pme) a octroyé au gouvernement congolais, le 27 juillet à Brazzaville, une somme de sept millions de dollars pour la réalisation du programme d’appui accéléré de l’éducation, devant soutenir trois aspects importants dans ce domaine, dans le cadre de la pandémie à la Covid-19.
Ce programme a fait l’objet, à cette date à Brazzaville, d’une réunion spéciale entre le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, M. Anatole Collinet Makosso, et une délégation des représentants des agences du système des Nations Unies, partenaires pour l’éducation, composée notamment de la représentante de l’Unicef, cheffe de ladite délégation, de l’Unesco et du Hcr.
Au cours de cette réunion, la délégation onusienne a présenté au ministre en charge de l’éducation ce programme d’appui financé par le Pme, qui vise à assurer la continuité pédagogique pour tous les élèves dans l’éducation de base, au pré-primaire, au primaire et au premier cycle secondaire  général, ainsi que dans l’éducation non formelle, y compris celle des enfants à besoins spécifiques durant la fermeture des écoles, a déclaré la représentante de l’Unicef au Congo, Mme Micaela Marques De Souza.
Selon elle, il s’agit également de préparer et d’assurer la réouverture des classes dans les différents ordres de l’enseignement de base, conformément au plan gouvernemental de déconfinement dans des conditions requises garantissant la protection des élèves, des enseignants, du personnel administratif et d’encadrement.
Il s’agit aussi de renforcer la résilience et la réponse du système éducatif face aux différentes crises, particulièrement les crises sanitaires de type épidémiologique telle que la pandémie en cours, par une meilleure coordination des acteurs du système éducatif et le renforcement du suivi/rapportage des activités de riposte à la Covid-19.
Les activités prévues toucheront soit un total de 1.285.640 apprenants scolaire, dont 604.251 filles dans 7.722 établissements d’enseignement et de formation, parmi lesquels 73.239 élèves, dont 38.084 filles, dans 1.831 centres d’éducation préscolaire, et 783.448 élèves, dont 383.172 filles, dans 4.020 établissements du primaire,
Trois cent soixante-treize mille cent trois élèves, dont 157.351 filles, dans 1.205 établissements du secondaire premier cycle ; 23.161 élèves dans 170 établissements du secondaire premier cycle technique ; 32.689 apprenants, dont 15.037 filles, dans 496 centres d’éducation non formelle, y compris les enfants à besoins spécifiques.
Une étude menée par l’Unicef Congo en 2018-2019 sur les violences de genre en milieu scolaire et en ligne a révélé la grande vulnérabilité à laquelle les filles sont exposées aussi bien en milieu scolaire qu’en dehors de l’école, a-t-on appris. A ce propos, d’après Mme Marques De Souza, un accent particulier sera mis sur le ciblage des filles qui représentent 47% du total des apprenants.
Ce projet, a-t-on souligné, va intégrer les actions qui aident à la prévention de ces violences physiques, morales ou en ligne. Ces actions seront accompagnées par des activités d’habitation des filles elles-mêmes, à travers une bonne organisation des clubs d’animation scolaire sur fonds de supports audio-visuels, tels que WhatsApp, radio-scolaire et Tv-éducative.
Aucun établissement du privé lucratif ne sera bénéficiaire des activités financées par le Pme, a-t-on fait savoir.

Dans la même catégorie