AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un dîner pour renforcer la cohésion sociale à Bouaflé AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : le candidat RHDP de Prikro appelle à l’union pour assurer sa victoire AIP Côte d’Ivoire-AIP/Élections législatives : les candidats du RHDP présentés aux populations de Béoumi AIP Côte d’Ivoire-AIP/Les candidats du RHDP de la circonscription de Bodokro présentés à la population AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Me Zehouri annonce sa candidature aux chefs traditionnels de Divo AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Trois morts dans un accident de la circulation à Zuénoula AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : le maire Eric N’Koumo Mobio désigné candidat du PDCI dans la circonscription de Songon AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Une fédération des victimes des crises sociopolitiques souhaite des élections législatives apaisées AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La réparation des préjudices, une condition pour la reprise des cours dans les établissements secondaires à Zuénoula AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un tournoi civilo-militaire pour promouvoir la cohésion sociale à Abidjan

CONGO/RDC : UN PLAN D’ACTION 2021-2022 CONJOINT POUR AMÉLIORER LES SERVICES DE TÉLÉPHONIE MOBILE


  23 Novembre      14        Technologie (340),

   

Brazzaville, 23 Novembre (ACI) – Le plan d’action exercice 2021-2022 conjoint à l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (Arptc) et l’Agence de régulation des postes et communications électroniques (Arpce), adopté, prend en compte les thématiques jugées prioritaires dans le domaine de la régulation, en vue d’améliorer les services.

Approuvée au cours de l’atelier sur la coordination des fréquences aux frontières par le comité de coordination des deux régulateurs, cette feuille de route 2021 porte sur les régulations des réseaux postaux, des marchés télécoms et postaux, des fréquences, des services financiers numériques et les aspects juridiques de régulation.

Pour le directeur des relations internationales de l’Arptc, M. Bruno Joseph Yuma Utchudi, ce plan stratégique sera bénéfique pour le développement du numérique, et toutes les thématiques feront l’objet de travail et d’échanges d’expériences entre les deux États.

«Le chantier des deux régulateurs sur la régulation des marchés, les tarifs et les stratégies de partage des infrastructures vont permettre d’améliorer, de développer le secteur et de réduire les tarifs et les services des communications à moindre coût au niveau de la population», a-t-il expliqué.

Au cours de cet atelier, les participants ont identifié les différentes bandes faisant interférences au niveau des opérateurs de téléphonie mobile et de radio diffusion entre les deux pays. Ces problèmes de couverture transfrontalière occasionnent le roaming accidentel et les interférences mutuelles, a-t-on appris.

A cet effet, les opérateurs et les régulateurs qui coordonnent ses fréquences aux frontières ont demandé aux opérateurs de respecter les normes imposées et d’exécuter les différentes étapes fixées dans l’accord de coordination des fréquences aux frontières.

«Après la signature des documents, par les autorités des régulations des deux pays, les participants vont notifier les délais fixés aux opérateurs pour exécuter les conclusions ou les paramètres tels que définis dans l’accord de coordination», a fait savoir M. Yuma Utchudi.

Selon lui, une évaluation sera faite de temps en temps, de part et d’autre, sur les améliorations qui vont être apportées au niveau de l’utilisation de ces fréquences entre les deux pays. «C’est important car si les deux pays ne se mettent pas ensemble, les consommateurs des deux pays vont continuer de souffrir des problèmes de roaming», a-t-il poursuivi.

Clôturant les travaux au nom du directeur général de l’Arpce, le directeur des affaires juridiques de ladite agence, M. Jean Celestin Endoke, a appelé les parties prenantes à traduire dans les faits le plan d’action pour les années 2021-2022 adopté et les engagements pris à cette occasion.

De même, il a invité les gestionnaires de fréquences, à optimiser les réseaux au profit des consommateurs. «Le domaine de la gestion de fréquences est une question qui préoccupe les dirigeants et les populations. Au niveau de la téléphonie mobile, les fréquences entre Brazzaville et Kinshasa ont toujours interpelé les dirigeants», a rappelé M. Endoke.

Cette réunion tenue du 19 au 20 novembre a connu la participation des experts des deux autorités de régulation et des opérateurs de téléphonie mobile des deux pays.

Dans la même catégorie