ACP L’épidémie d’Ebola dépasse le cap de 1900 cas au Nord-Est de la près de 10 mois après sa déclaration AIP Côte d’Ivoire/ Don de kits d’accouchement aux mamans de la maternité du CHU de Yopougon MAP La Chambre des représentants poursuit l’institutionnalisation de la coopération avec les parlements africains sur la base d’une diplomatie solidaire (M. El Malki) ACP RDC: Les travaux de réparation des dragues d’Inga presque terminés, selon l’Ir Ngoyi AIP Côte d’Ivoire-PS Gouv 2019-2020/ Les villes doivent se soutenir dans leur développement (Ministre) ACP RDC: Trois missions d’observation électorale recommandent la révision de la loi électorale MAP Attaque contre une église dans le nord du Burkina Faso: trois morts ACP RDC: La DGM accorde deux mois aux étrangers en séjour irrégulier en RDC pour se mettre en ordre AIP Côte d’Ivoire/ Célébration éclatée des festivités socio-culturelles dans les maternelles de l’IEP de Niakara ACP Entrée en fonction du chef de la maison civile du Président de la République

Congo/Société : La coiffeuse Touadikissa appelle les femmes à briser les barrières professionnelles


  19 Mars      65        LeaderShip Feminin (440), Société (49134),

   

Brazzaville, 19 mars (ACI) – La coiffeuse mixte, Mme Amélie Rosine Touadikissa, a exhorté les femmes à se libérer du carcan des préjugés et de parvenir à briser les barrières professionnelles afin de se lancer sans complexe dans les chemins du choix de leur cœur.

Dans une interview exclusive accordée à l’ACI, elle a indiqué que les hommes et les femmes sont dotés des mêmes capacités intellectuelles et de la même force de l’esprit. «A toutes les femmes qui se sentent limitées dans leurs ambitions, osez rêver et ayez l’audace de poursuivre vos rêves», a-t-elle ajouté.

Célibataire, mère d’un garçon de 7 ans, Mme Touadikissa est passionnée et spécialisée dans la coiffure homme. Ainée d’une famille de quatre enfants, très jeune, elle a commencé dans la sphère de la coiffure en s’occupant de son cadet. «Après mon baccalauréat, j’ai dû arrêter mes études à cause des circonstances familiales en 2004, j’ai décidé de me pencher sur la coiffure», a-t-elle fait savoir.
Cela fait 11 ans que Mme Touadikissa pratique ce métier et continue à pâtir d’une discrimination et d’une stigmatisation de la part des autres.  «Certaines personnes apprécient et m’encouragent à poursuivre, cependant d’autres ne conçoivent pas qu’une femme puisse exercer ce métier.
Les préjugés des hommes qui refusent de confier leurs têtes à une femme et la suspicion des femmes qui pensent que toute femme autour de leur partenaire est une briseuse de foyer», a-t-elle poursuivi.
La recherche d’un maître fût des plus difficiles. Les propriétaires des salons de coiffure, me rejetaient uniquement parce que j’étais une femme. Les hommes ne croient ni au potentiel d’une femme, ni a son dévouement. «Je portais ma féminité comme un fardeau à force d’entendre des paroles dénigrantes à l’endroit des femmes», a-t-elle dit.

«Le début était difficile, mais avec la persévérance et la rigueur de mon mentor, j’y suis arrivée. Il n’y avait pas de traitement de faveur pour moi, je travaillais de 7h00 à 20h00. J’ai fini par me ressaisir et j’ai persévéré, tout en demandant l’aide de Dieu pour pouvoir exceller dans ce que je faisais et prouver aux hommes qui ne croyaient pas que quelque chose de bon peut sortir d’une femme», a confié Mme Touadikissa à l’ACI.

Rêvant de voir des femmes suivre cette voie particulièrement, et prendre soin de la «tête des hommes», elle a révélé qu’en pratiquant ce métier, son ambition est de monter un salon moderne avec plusieurs succursales à travers le pays.  Unique membre féminin au milieu d’une soixantaine d’hommes de l’association des coiffeurs de Brazzaville, Mme Touadikissa rêve d’une progéniture de femmes coiffeuses d’hommes pour changer le monde à leurs manières.

Dans la même catégorie