APS LE STADE LAT-DIOR OBTIENT  »L’HOMOLOGATION PROVISOIRE » DE LA CAF (OFFICIEL) AIP Côte d’Ivoire/ Un SOS pour l’achèvement de la construction d’une mosquée à Ouangolo APS MAGAL DE PROKHANE : LE COMITÉ D’ORGANISATION SATISFAIT DES DISPOSITIONS PRISES PAR LES SERVICES TECHNIQUES AIB La politique, sujet dominant dans les quotidiens burkinabè STP-Press Primeiro-Ministro preside centenário da OIT em São Tomé e Príncipe MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines ANP La réunion des ministres sous le thème ‘’La politique budgétaire, le commerce et le secteur privé à l’ère du numérique: Une stratégie pour l’Afrique’’ ANP Niger: 21ème mission médicale chinoise à l’Hôpital Général de Référence de Niamey

Congo:Vulgariser les résultats de la recherche


  19 Janvier      62        Innovation (317), Science (534),

   

Brazzaville, 19 jan (ACI) – Les résultats de la recherche doivent être vulgarisés et servir aux utilisateurs pour le bien des populations, car, sans recherche on ne peut rien entreprendre de durable, a indiqué récemment à Brazzaville, le ministre de la recherche scientifique et l’innovation technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou.

Intervenant au cours d’une réunion de travail entre la délégation de la Banque Mondiale et les ministères de la recherche scientifique et de l’innovation technologique et de l’agriculture et de l’élevage, le ministre Coussoud-Mavoungou a souligné que «la recherche est le partenaire de l’agriculture, il faut toujours coller à l’agriculture la recherche agronomique et vétérinaire.

Il a rappelé que les préoccupations du gouvernement congolais doivent obligatoirement intégrer le projet de recherche agricole, tout en insistant sur la reprise en compte du projet manioc. Le ministre de la recherche scientifique et l’innovation technologique a indiqué que «le plus important pour nous c’est que nous avons des programmes qui devraient être mis en exergue par le ministère de l’agriculture et obligatoirement intégré pour que le travail que nous allons coordonner se passe normalement».

Selon lui, «le Congo est intégré dans une dynamique et nous pensons le faire. Nous avons le manioc, la banane et le cacao mais dans le programme qui est mis à votre disposition il faudrait que ces deux éléments soient véritablement intégrés et cela est repris dans toute la documentation et dans toute la procédure».

Pour sa part, le ministre d’Etat, ministre de l’agriculture de l’élevage et de la pêche, M. Henri Djombo estime qu’il s’agit de transformer l’agriculture africaine en termes de rendement, de valorisation et de chaine de valeur. «Si la recherche s’oriente vers cette direction il est clair qu’il s’agit d’un objectif de développement. Toutes les filières sont importantes pour l’alimentation et la sécurité alimentaire et nutritionnelle», a-t-il souligné.

«Nous avons l’amélioration de la productivité, la pénibilité de la récolte du manioc grandi avec la productivité, il faut donc la technologie appropriée pour pouvoir récolter le manioc sans effort, les technologies doivent être recherchées, planifiées et importées, à un niveau donné c’est la recherche», a-t-il estimé. (ACI)

Dans la même catégorie