MAP Covid-19 : le président sénégalais appelle au renforcement des contrôles systématiques du port du masque GNA Police beefs up security to protect ballot boxes at Adaklu ANGOP Covid-19 : Angola regista 207 recuperados e 68 novos casos APS THIÈS : ’’ESPACE NDUGU’’, UN PROJET POUR MODERNISER LE PETIT COMMERCE DANS LES QUARTIERS APS HAUSSE DES CAS DE COVID-19 : MACKY SALL DEMANDE LE RENFORCEMENT DES CONTRÔLES SYSTÉMATIQUES DU PORT DU MASQUE AIP La GESTOCI teste son dispositif de sécurité sur ses installations AIP Le nouveau directeur régional de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle veut accompagner les responsables d’établissement AIP le gouvernement burkinabé estime a hauteur de 113 millions d’euros le soutien de l’union européenne AIP Plus de 2200 nouvelles cartes nationales d’identité disponibles à Dimbokro AIP Bientôt des logements pour les agents des Eaux et Forêts à Songon

COOPERATION FRANCE-TOGO : L’AMBASSADRICE JOCELYNE CABALLERO VISITE LE CFMI


  2 Novembre      7        Coopération (1176),

   

Lomé, 2 nov. (ATOP) – L’ambassadrice de France au Togo, Mme Jocelyne Caballero a effectué, le vendredi 30 octobre à Lomé, une visite au Centre de formation aux métiers des industries (CFMI), fruit de la coopération entre le Togo et la France, à travers l’Agence française de développement (AFD).
Cette visite guidée conduite par le directeur du centre, Jules Anani Gozo, a permis à l’ambassadrice et à sa suite, de voir les salles de cours et de travaux pratiques, entre autres, les ateliers froid industriel et climatisation ; mécanique ; électromécanique (automatisme et régulation) ; chaudronnerie (tuyauterie et soudure) et mécanique Diesel.
Le ministre chargé de l’Enseignement technique et l’artisanat, Kokou Eké Hodin a salué la visite de la nouvelle ambassadrice de France au Togo au CFMI et précisé qu’elle renforce les liens de partenariat qui existent déjà entre l’ambassade et le centre. Il a indiqué que le développement ne peut se faire sans les ressources humaines adéquates et c’est ce à quoi s’attèle le CFMI en formant des techniciens capables d’accompagner la production et la transformation au Togo. « Les défis en termes de ressources humaines sont liés à l’aspect de la formation technique et professionnel. Il faut l’adéquation emploi-formation. C’est que nous avons un système de formation qui actuellement ne répond pas complètement aux besoins du terrain. Il va falloir faire des réformes circulaires, revoir les spécialités, le contenu des cours pour les adapter à la réalité de la demande des chefs d’entreprise », a souligné le ministre.
Pour Mme Jocelyne Caballero, cette visite s’inscrit dans le cadre du projet d’accompagnement du Togo dans sa politique de réduction du taux de chômage à travers l’implantation du CFMI, financé par l’AFD. Elle a ajouté qu’elle constitue également un signal de l’engagement de l’Etat français à soutenir le Togo, à relever le défi du développement socioéconomique, en apportant à la jeunesse la formation aux métiers des secteurs tertiaires porteurs, pour leur qualification, dans le but de leur permettre de répondre aux besoins des entreprises. « On a ici un plateau technique et didactique d’un niveau exceptionnel pour le pays et un exemple unique de bonne collaboration entre le public, l’établissement formateur et le privé (les entreprises qui se développent au Togo). Il faut aussi souligner une très bonne imbrication, occasionnée par le centre », a constaté Mme Jocelyne Caballero.
Le président du Conseil d’Administration du CFMI, Laurent Coami Tamégnon et le directeur du CFMI, ont pour leur part affirmé que les prévisions statistiques contenues dans le nouveau plan sectoriel de l’éducation du Togo du juillet 2020 renvoient à un taux de 60% à atteindre dans la formation professionnelle contre 40% pour l’enseignement technique en 2030 et que la mobilisation de toutes ressources pour son effectivité s’impose. Ils ont poursuivi qu’au-delà des insertions dont le taux global depuis la première promotion tourne autour de 70% pour plus de 450 jeunes diplômés, des avancements et promotions sur mérite ont été constatés au sein des techniciens exerçant en entreprise et issus des parcours de formation du CFMI. « Cela explique les travaux d’extension vers de nouvelles filières comme les énergies renouvelables, l’eau et assainissement et pour lesquelles l’Etat français accorde au Togo, un financement supplémentaire pour sa mise en œuvre.
Nous espérons amorcer avec vous la phase 3 du CFMI en ouvrant de nouvelles filières aussi nécessaires comme la mécatronique ; la robotique et l’emballage ou encore la gestion des réseaux », ont-ils souligné.
Depuis sa création en juillet 2015, le CFMI est un acteur majeur de la formation professionnelle au Togo et dans la sous-région ouest-africaine. Il se veut un instrument de réponse aux problèmes de chômage et de sous-emploi des jeunes et représente également un dispositif technique d’accompagnement et d’actualisation des compétences des salariés de diverses entreprises de la place.

Dans la même catégorie