AIP Un accord-cadre de 350 milliards de FCFA pour l’atteinte des ODD en Côte d’Ivoire AIP Les premiers bénéficiaires du fonds COVID de la mine d’Agbaou reçoivent leurs carnets bancaires AIP Le CICG et le RSGCOM renforcent leur collaboration pour une meilleure visibilité des actions gouvernementales AIP Daloa abrite la célébration de la journée mondiale de la lèpre AIP Sidi Touré annonce des réformes dans le secteur des médias AIP Remise symbolique de clés aux acquéreurs des logements de la cité ADO de Yopougon AIP Un député de Daloa sensibilise les élèves au civisme AIP Le Gouvernement rassure sur le renforcement du partenariat gagnant-gagnant AIP Le comité de normalisation de la FIF officiellement installé APS KRÉPIN DIATTA S’ENGAGE POUR CINQ ANS AVEC L’AS MONACO

CORONAVIRUS : LE RESPECT DES MESURES BARRIÈRES PAS ENCORE DANS LES HABITUDES À KAOLACK


  10 Janvier      13        Société (27567),

   

Kaolack, 10 jan (APS) – Port de masque, respect de la distanciation physique et lavage fréquent des mains ne sont pas encore définitivement inscrits dans les habitudes des populations de Kaolack en dépit de la propagation continue du nouveau coronavirus dans cette localité du centre du Sénégal, a constaté l’APS.

‘’Le masque m’étouffe et me gêne. Je le porte par ce que c’est obligatoire. Si je ne vois pas un policier, je le garde dans ma poche. D’ailleurs je ne sais depuis combien de temps je n’ai pas utilisé du gel hydro-alcoolique. Je m’en remets tout simplement à Dieu’’, déclare à l’APS, Boubou Diao, un kaolackois pourtant ‘’conscient’’ du caractère dangereux de la maladie.

Diao n’est pas le seul à penser ainsi. Un tour aux principales gares routières de la ville permet de s’en rendre compte. Sur place les personnes croisées ne portent quasiment pas de masque. Ceux qui en ont ne l’utilisent pas comme cela est recommandé par les autorités sanitaires.

‘’Mon masque je le garde dans mon sac. Je ne le porte que lorsqu’il y a une opération policière de contrôle. Je sais que c’est obligatoire mais j’ai des problèmes à m’y habituer. Respecter les mesures édictées devient de plus en plus difficile. L’épidémie n’a que trop duré’’, indique Pape Seye rencontré dans une gare routière.

‘’Le masque que je porte est sale mais je n’ai pas la possibilité de le changer. Je suis obligé de garder le même des jours durant. Je n’ai même pas le temps de le laver. Je le porte juste pour éviter de payer une amende de 3.000 francs’’, estime de son côté Sidy Babou, qui s’active dans la vente de viande grillée à la gare de Nioro.

En revanche, Khady Sylla une vendeuse de petit-déjeuner dit ne pas badiner avec le port du masque. ‘’Nombreux sont ceux de mes clients qui ne le portent pas. Il faut que les gens pensent à respecter les mesures barrières. Nous devons être conscients que cette maladie peut être mortelle’’, a-t-elle averti.

Depuis le début de l’épidémie, 547 cas de Covid-19 ont été déclarés dans la région de Kaolack, dont 310 guérisons et 52 décès, selon les données de la Région médicale.

Dans la même catégorie