GNA Xi’s speech on multilateralism bolsters joint response to challenges, say experts GNA ILO warns of « uncertain and uneven recovery » of global labour market GNA DR Congo military arrest 33 Ugandan fishermen on Lake Albert: Ugandan official AGP Gabon/Mouila: Le budget primitif du Conseil départemental arrêté à plus de 100 millions FCFA NAN FG to bring back Saudi deportees soon, says PTF NAN NCDC says 4 cases of the UK COVID-19 strain found in Nigeria NAN COVID-19: FG targets 70% vaccination in 2 years- Minister AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Une séance de dépistage des cancers du sein et du col de l’utérus à Songon AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Covid-19 : La mairie de Niakara renoue avec la sensibilisation face à la recrudescence de la pandémie AIP Côte d’Ivoire – AIP/ Législatives 2021 : Koné Hiliassou présente sa candidature à plusieurs villages de Bondoukou

Côte d’Ivoire-AIP/ Avec le Brexit, Londres a renforcé sa diplomatie commerciale avec l’Afrique


  25 Décembre      14        Société (27757),

   

Abidjan, 25 déc 2020 (AIP)- Le Brexit pousse le Royaume-Uni à diversifier ses partenaires commerciaux, et depuis le début de l’année 2020, Londres a renforcé sa diplomatie commerciale avec l’Afrique et signé des accords avec plus d’une dizaine de pays africains.

Délaissée depuis quelques années, l’Afrique, qui ne représente que 3% du commerce extérieur britannique, pourrait à l’avenir jouer un rôle plus important, analyse la presse internationale.

Plus loin de l’Europe mais plus près de l’Afrique, voilà l’un des effets attendus du Brexit par les Anglais. Depuis deux ans, le ministre britannique pour l’Afrique, James Duddridge, multiplie les déplacements sur le continent tandis que son administration recrute à tour de bras des spécialistes de l’Afrique.

Les échanges avec l’Afrique ne représentent qu’environ 40 milliards de livres sterling par an, mais Londres veut les voir croître et se diversifier. À cet égard, le sommet organisé en janvier dernier à Londres est considéré comme un tournant par le directeur du programme Afrique du cercle de réflexion Chatham House, Alex Vines :

« La réalité, c’est que ces dernières années, on assiste à un déclin du commerce britannique avec l’Afrique. Et le sommet ‘UK-Africa Investment’ en début d’année pourrait marquer un nouveau départ. Le signe que le Royaume-Uni veut améliorer son partenariat avec le continent africain. »

Pour séduire l’Afrique, Londres dispose d’un atout non négligeable : la City et sa puissance financière. 112 entreprises africaines sont cotées à la Bourse de Londres, pour une valeur de 160 milliards de livres sterling. L’effet d’entraînement n’est pas près de s’estomper, estime Alex Vines :

« La City de Londres restera un centre financier de première importance. Et c’est avant tout pour cela que les pays africains restent intéressés par l’Angleterre. Ce n’est pas juste pour les beaux yeux des Anglais ! »

Jusqu’à présent, Londres a signé des accords économiques avec 13 pays d’Afrique et espère en conclure rapidement avec une trentaine d’autres.

Selon l’eurodéputée Fabienne Keller (Renew) cette décision va avoir des conséquences « au moyen-long terme », avec des universités qui vont prendre des distances et « distendre » leurs relations : « Cela va surtout distendre… les relations avec la jeunesse britannique. Cela n’est pas non plus un geste amical, parce que les accords d’échange, de jumelage gèrent le long terme et les liens très divers entre les universités ».

Pour l’eurodéputée Fabienne Keller, cette décision va avoir des conséquences «au moyen-long terme», avec des universités qui vont «distendre» leurs relations.

Dans la même catégorie