APS KAFFRINE : DU RIZ D’UNE VALEUR DE 20 MILLIONS DE FRANCS OFFERTS À 2.716 MÉNAGES APS KAOLACK : LA SDES AMBITIONNE DE CRÉER UNE UNITÉ INDUSTRIELLE GNA President inspects projects for economic growth GNA John Mahama resumes Bono Regional tour GNA GRNMA supports members in Upper East Region GNA Queens Senior High School gets ultra-Modern science laboratory GNA Registrar-General opens Bono Regional Office GNA Asante Juaben gets food bank GNA Monetary Policy Committee maintains policy rate at 14. 5 per cent GNA Court orders Kennedy Agyapong’s doctor to appear before it

Côte d’Ivoire-AIP/ Inter/ Les parents exhortés à faire vacciner leurs enfants


  10 Septembre      6        Santé (7474),

   

Abidjan, 09 sept 2020 (AIP)-  Le spécialiste de la vaccination au bureau de l’Unicef en Côte d’Ivoire, Dr Epa Kouakou, exhorte les parents à faire vacciner leurs enfants pour leur permettre de grandir en bonne santé, a rapporté mardi le site d’information des nations-unies (ONU.INFO)

«Le vaccin est sûr, efficace et disponible. Il protège les enfants. En tant que parents, nous devons assurer ce droit à nos enfants pour qu’ils puissent grandir normalement dans la vie en devenant des personnes adultes bien portants et capables d’aider leurs parents et le pays», a indiqué dans un message à l’endroit des parents qui seraient toujours réticents à faire vacciner leurs enfants :

Selon Dr Kouakou, même si la Côte d’Ivoire n’a pas encore atteint un taux de couverture vaccinale de 100%, il  est fier des progrès accomplis en Côte d’Ivoire, en prenant le cas de la poliomyélite.

« Aujourd’hui, on ne rencontre plus d’enfants qui ont mal aux pieds et qui n’arrivent pas à marcher. Et ça, c’est l’œuvre des vaccins contre la polio », dit-il en exemple.

Pour lui, le dernier cas de polio sauvage en Côte d’ivoire a été détecté en 2011 et la certification de son éradication dans le pays a été déclarée en 2015.

«Quinze ans plus tôt, la Côte d’Ivoire connaissait encore beaucoup de ruptures de vaccins. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Le pays a amélioré sa capacité de stockage et d’acheminement des vaccins. Dans les endroits les plus reculés, ils peuvent être administrés au-delà de 15 kilomètres du premier centre de vaccination », fait remarquer le spécialiste de l’UNICEF en donnant les raisons qui l’ont poussé se spécialiser dans les vaccins.

«On travaille pour des personnes qui n’ont pas de voix. Assurer leurs droits, notamment le droit à la vaccination, cela n’a pas de prix et apporte tout le réconfort. La santé c’est le social et le social est une source de vie. L’avenir de demain se prépare avec des enfants en bonne santé et bien vaccinés aujourd’hui », a-t-il souligné.

Dans la même catégorie