AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Africa Santé Expo 2021, du 20 au 21 mai à Abidjan AIP Point de la situation de la COVID-19 au 21/01/2021 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Signature d’un partenariat entre le centre Jubilée de Korhogo et un organisme allemand pour la prise en charge des malades mentaux AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La mine d’or d’Ity mène plusieurs actions au bénéfice des populations de Zouan-Hounien APS LIGUE 1 : TEUNGUETH FC ET JARAAF, LES FAVORIS AU TITRE, SELON BADARA SARR MAP Bénin : 56 millions $ de l’UE pour la riposte anti-covid-19 MAP Gabon : Campagne nationale de sensibilisation sur les effets néfastes du tabagisme MAP Côte d’Ivoire : Retard de livraison des vaccins Pfizer GNA COVID-19: Seven new cases recorded in 24 hours in Hohoe GNA Senior Staff of Ghanaian Universities begin indefinite strike

Côte d’Ivoire-AIP/ La nomination du vice-président est consécutive à la prestation du président de la République (Juriste)


  11 Décembre      22        Politique (14318),

   

Abidjan, 11 dec 2020 (AIP) – Dans une contribution dont il a transmis copie à l’AIP, jeudi 10 décembre 2020, le député et avocat, Dr Guibessongui N’Datien Séverin explique que la nomination du vice-président est consécutive à la prestation du président de la République en Côte d’Ivoire.

Intitulée ‘’Le Président Alassane Ouattara doit-il choisir son vice-président avant la prestation de serment ?’’, cette tribune du Docteur en Droit est publiée à quelques jours de la prestation de serment du chef de l’Etat prévue le 14 décembre 2020.

« Élu pour un autre mandat, le Président Alassane Ouattara prêtera serment conformément à la Constitution ivoirienne. Peut-il nommer un vice-Président de la République avant sa prestation de serment ou doit-il le faire après ? Autrement, quels sont ses pouvoirs en la matière », interroge Dr Guibessongui.

« Pour mieux le comprendre, considérons l’hypothèse ou un Président de la République, autre que celui en exercice, était élu au terme du scrutin électoral du 31 octobre écoulé. Dans ce cas, il est évident que le Président Alassane Ouattara, qui achève officiellement son mandat en cours le lundi 14 décembre 2020 comme prescrit par l’article 58 de la Constitution ivoirienne, ne pourrait pas nommer un vice-Président, avant cette date, pour son successeur. Cette compétence d’attribution relève du nouveau Président élu qui ne peut le faire qu’après sa prestation de serment », poursuit le juriste.

Or, poursuit-il, comme il a été évoqué, le Président de la République (nouvellement élu ou réélu), « reçoit les attributs de sa fonction » le lundi 14 décembre, jour de sa prestation de serment, conformément à l’article 58 de la Constitution du 08 novembre 2016, révisée le 19 mars 2020.

« C’est donc une fois revêtu des attributs de sa fonction à l’issue de la prestation de serment, que le Président de la République disposant de la plénitude de ses attributs, peut pourvoir à la nomination de son Vice-président. Et sur ce point, il n’a pas une compétence exclusive mais une compétence partagée avec le Parlement, en accord avec lequel il nomme le Vice-président de la République », écrit le député.

Dr Guibessongui fait donc remarquer que le vice-Président de la République ne prête donc pas conjointement serment avec le Président de la République mais ultérieurement au cours d’une autre audience solennelle du Conseil Constitutionnel. Alors que la cérémonie de prestation de serment du Président de la République est prévue par l’article 58 de la Constitution ivoirienne, celle du vice-Président l’est par l’article 79 de cette Constitution.

Dans la même catégorie