AIP Communiqué du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique : Point de la situation de la COVID-19 au 20/09/2020 APS VINGT-SIX NOUVELLES INFECTIONS DE COVID-19 APS MACKY SALL SOULIGNE L’IMPORTANCE POUR LES PRODUCTEURS DE CONSTITUER DES COOPÉRATIVES AGRICOLES AIP Les membres du Rotory de Daloa et de Bouaflé à œuvrer pour le bien-être des populations malgré la pandémie de la Covid AIP Les leaders communautaires de Man sensibilisés sur la pratique de l’avortement thérapeutique AIP Cinquante tricycles remis aux femmes du Gôh, dans le cadre du programme social du gouvernement AIP Le plan national de gouvernance expliqué aux acteurs de la société civile de Daloa AIP Une campagne de sensibilisation sur la prévention des conflits électoraux lancée à Man AIP Une coordination des cadres du RHDP de Ferkessédougou installée AIP Le Conseil régional du N’zi offre des complets de pagne aux femmes de la région

Côte d’Ivoire-AIP/ Le commissaire divisionnaire Aminata Coulibaly-Koffi dévoile sa vision pour le fonds de prévoyance de la police nationale


  20 Août      13        Securité (1590),

   

Bouaké, 20 août 2020 (AIP)- En campagne à Bouaké, dans le cadre de l’élection du directeur général du fonds de prévoyance de la police nationale (FPPN), le commissaire divisionnaire, Aminata Coulibaly-Koffi, a dévoilé sa vision pour sortir cette structure mutualiste de son agonie.

« Au bout de 21 ans de fonctionnement, il est temps d’en finir avec la mauvaise gestion du fonds de prévoyance de la police nationale. Notre équipe veut avec vous remettre à flot ce fonds », a-t-elle déclaré d’entrée au cours de sa rencontre avec les délégués des différentes unités de police des régions de Gbêkê et du Hambol, le mercredi 19 août 2020, au siège local de la chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI).

Elle a ensuite défini les quatre axes majeurs de cette vision qui constituent la trame de son programme d’actions. Le premier axe concerne le toilettage des textes. « Pour que le FPPN marche, il faut des textes solides. Il nous faut des textes forts et non des hommes forts », a-t-elle fait observer, déplorant un bicéphalisme à la tête de cette organisation du fait de l’élection à la fois du président du conseil d’administration et du directeur général.

Le second axe de ce programme se rapporte à l’externalisation des prestations médicales. « Cela fait 21 ans qu’on gère, mais on n’arrive pas à s’en sortir, il faut donc expérimenter une autre stratégie. Mon équipe et moi, nous nous proposons d’externaliser le volet santé des prestations du fonds », a préconisé Mme le commissaire.

Elle a assuré qu’en cas de victoire, son équipe va rentrer en contact avec une maison d’assurance de telle sorte qu’individuellement chaque policier puisse avoir une carte d’assurance pour une prise en charge objective dans un centre de santé agréé.

« Je sais que beaucoup parmi nous sont contre, mais sachez que la seule solution qui nous reste, c’est l’externalisation de la prise en charge sanitaire des mutualistes », a-telle indiqué, expliquant que « c’est l’incapacité du FPPN à satisfaire ses adhérents par manque d’expertise pousse la quasi-totalité de ceux-ci à contracter des assurances complémentaires, notamment, Ivoir’santé ».

Le troisième axe du programme de celle dont le slogan de campagne est « FPPN, visons haut, voyons grand » va consister à reverser systématiquement l’épargne des membres à la fin des cotisations. Si notre structure se comporte comme une banque, elle doit pouvoir verser notre épargne à la fin des cotisations. Nous allons donc mettre un point d’honneur à reverser systématiquement vos cotisations », a fait savoir la toute première femme candidate au poste de DG du FPPN.

Le quatrième volet de son programme concerne la communication. A cet égard, elle se propose de réactiver les commissions consultatives qui sont des maillons essentiels du FPPN au sein des différents services de police. Elle entend également créer un numéro vert en vue d’instaurer une véritable communication entre les adhérents du FPPN et la direction de cette structure.

Commissaire Divisionnaire de Police de son état, Aminata Coulibaly-Koffi est mariée et mère de deux enfants. Après de nombreux et loyaux services au sein de plusieurs unités et services de la police nationale et de la police des Nations-Unies au Tchad, cette femme aux compétences reconnues (elle a obtenu le prix d’excellence du 3e meilleur policier en 2016) a été détachée à l’office national de l’Etat-Civil (ONECI) où elle occupe actuellement la fonction de sous-directeur du contentieux.

Dans la même catégorie