AIP Communiqué du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique : Point de la situation de la COVID-19 au 20/09/2020 APS VINGT-SIX NOUVELLES INFECTIONS DE COVID-19 APS MACKY SALL SOULIGNE L’IMPORTANCE POUR LES PRODUCTEURS DE CONSTITUER DES COOPÉRATIVES AGRICOLES AIP Les membres du Rotory de Daloa et de Bouaflé à œuvrer pour le bien-être des populations malgré la pandémie de la Covid AIP Les leaders communautaires de Man sensibilisés sur la pratique de l’avortement thérapeutique AIP Cinquante tricycles remis aux femmes du Gôh, dans le cadre du programme social du gouvernement AIP Le plan national de gouvernance expliqué aux acteurs de la société civile de Daloa AIP Une campagne de sensibilisation sur la prévention des conflits électoraux lancée à Man AIP Une coordination des cadres du RHDP de Ferkessédougou installée AIP Le Conseil régional du N’zi offre des complets de pagne aux femmes de la région

Côte d’Ivoire-AIP/ Le FIDHOP condamne les violences des manifestations de rue


  24 Août      4        Politique (11220), Société (22849),

   

Abidjan, 24 août 2020 (AIP)- Les femmes de la Fondation ivoirienne pour les droits de l’homme et la vie politique (FIDHOP) condamnent « avec la dernière énergie » toutes les violences des forces de l’ordre et de certains individus lors des manifestations de rue.

Dans une déclaration dont l’AIP a eu copie lundi 24 août 2020, elles présentent leurs condoléances aux familles des victimes et apportent leur réconfort aux blessés.

Ces femmes dénoncent également le silence des autorités qui n’ont « produit aucun communiqué officiel pour condamner et déplorer les divers dérapages constatés », exigent « la libération immédiate » de la militante Pulchérie Édith Gbalet, des femmes de Génération peuple solidaire (GPS) et de tous les manifestants arrêtés sur l’étendue du territoire national.

Les manifestations de protestation de l’opposition contre la candidature du président Alassane Ouattara à la prochaine élection présidentielle ont officiellement occasionné quatre morts et plusieurs blessés ainsi que le saccage du commissariat de police de Bonoua.

Le gouvernement a pris la décision, lors du conseil des ministres du mercredi 19 août, d’interdire jusqu’au 20 septembre 2020 les manifestations de rues pour éviter les violences liées aux activités politiques.

Dans la même catégorie