GNA LiPF engages 50,000 sub holder farmers in two years GNA Covid-19 vaccine doesn’t cause infertility GNA Osei-Owusu refutes Minority’s claim of rejecting three nominees AGP N’Zérékoré/société : Le corps d’un homme lynché découvert au quartier Horoya AGP Kankan/société: Décès de l’Evêque du diocèse de Kankan des suites de covid-19 AGP Dubréka/Société: Calvaire des usagers de la route Dubréka-Falessadé AGP Guinée/Société: Pas de mobilisation à l’occasion de la journée internationale de la femme AGP Guinée/transport: Vers la numérisation de la délivrance des documents de transport APS RIPOSTE CONTRE LE COVID-19 : DES DÉBUTS DIFFICILES, AVEC ‘’UN MANQUE CRIANT DE MOYENS’’ APS FIÈVRE JAUNE : LE DISTRICT SANITAIRE DE TAMBACOUNDA A VACCINÉ 94 % DE SA CIBLE

Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: Un appel « urgent » à la cohésion sociale à Toumodi avant le scrutin


  14 Janvier      24        Politique (15480), Société (29402),

   

Toumodi, 14 jan 2021 (AIP) – Un appel « urgent » à la cohésion sociale a été lancé à Toumodi avant la tenue des élections législatives en vue de la reconstruction du tissu social.

Cet appel a été lancé par le président des couturiers du département de Toumodi, Adissa Rahifu dit Barth. Il estime, en effet, que plus de deux mois après la crise post-électorale dans cette localité, il y règne une atmosphère de méfiance encore entre autochtones et allogènes.

« Toumodi ne s’est pas encore retrouvée car les autochtones et allogènes se regardent avec méfiance. Plusieurs de ceux qui ont fui la ville ne sont toujours pas de retour. Oublions les politiciens et recherchons la cohésion sociale pour notre bien », a justifié M. Adissa, lors d’un entretien accordé à l’AIP.

Pour lui, les populations doivent prendre leur destin en main et ne compter que sur eux-mêmes. Pour preuve, lorsque le marché a été brûlé pendant la crise post-électorale, c’est eux-mêmes, autochtones comme allogènes, qui se sont endettésà nouveau pour reconstruire leurs magasins et acheter de nouvelles marchandises.

« Plusieurs des nôtres qui n’ont pas pu le faire sont encore à la maison. Nous sommes en train de reconstruire la marché « Anango » mais si le tissu social n’est pas reconstruit, c’est peine perdue et nos efforts peuvent être anéantis par un autre incendie dont nous ne pourrons plus nous relever car les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets », a soutenu Adissa Rahifu.

Le marché « Anango » situé dans le quartier de Toumodikro avait été entièrement détruit pendant la crise électorale avec un bilan de 218 magasins pillés et incendiés sur un total de 250 et une perte matérielle estimée à plus de 388 millions de francs CFA.

Dans la même catégorie